Navigation – Plan du site

Entre gentes putéolitaines et élite alexandrine : étude des acteurs du commerce au long cours dans l’Égypte romaine

Between Puteoli’ Gentes and Alexandrian Elite: the Actors of Long-Distance Trade in Roman Egypt
Lucia Rossi

Résumés

Cette étude s’intéresse aux acteurs du commerce au long cours entre Rome et l’Égypte, en s’interrogeant sur la pertinence de la notion d’élite négociante pour les milieux marchands du monde romain sous la République et le Haut-Empire. Le corpus documentaire mobilisé est constitué d’inscriptions, papyrus, ostraka et témoignages littéraires, en langue grecque et latine, provenant pour la plupart de l’Égypte et de Campanie et datant du iie s. av. J.-C. au iiie s. ap. J.-C. En premier lieu y sont étudiés l’origine géographique et les statuts juridiques des gens de commerce. Il est question ensuite du rôle de ces acteurs dans la réalisation des opérations commerciales et de leurs statuts professionnels respectifs, classés suivant trois catégories fonctionnelles conçues comme souples et nuancées. Enfin, sont étudiées les différentes formes d’autoreprésentation de ces acteurs dans les contextes municipal et provincial, dans le cadre d’une réflexion plus large sur la mobilité sociale des gens du commerce.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

élite, commerce, Égypte, Rome, papyrus

Keywords :

elite, trade, Egypt, Rome, papyri
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Suétone, Vie d’Auguste, 98, 2 : « Comme il [Auguste] longeait la baie de Pouzzoles, les passagers (...)

1Dans un passage de la vie d’Auguste, Suétone évoque les « magnifiques louanges » prodiguées à l’empereur par les matelots d’un navire d’Alexandrie, amarré dans le port de Pouzzoles. Dans ce passage, les « marchandises d’Alexandrie » et le port phlégréen ont une valeur symbolique, commémorant la prospérité des commerces et la sécurisation de la navigation qu’assura l’institution du Principat1.

2Le port de Pouzzoles était depuis le début du iie s. av. J.-C. le port de haute-mer de Rome, apte à accueillir les marchandises importées depuis l’Orient méditerranéen aussi bien que le blé ravitaillant Rome. Les milieux marchands de la ville développèrent ainsi des relations économiques privilégiées avec les marchés orientaux, notamment avec l’Égypte, qu’ils maintinrent au cours du ier s. ap. J.-C. La création de la province d’Égypte, en 30 av. J.-C., et l’institutionnalisation de la fonction annonaire de Pouzzoles facilitèrent le renforcement des trafics commerciaux dont étaient titulaires les négociants de Pouzzoles. Dans le même temps, des nouveaux acteurs intégrèrent les réseaux commerciaux qui transitaient par le territoire égyptien reliant l’Occident romain aux marchés situés au-delà des frontières de l’Empire.

3Le développement des commerces et l’accroissement du volume des échanges entre la fin de l’époque républicaine et le Haut-Empire eurent des répercussions multiples, concernant, entre autres, les acteurs des commerces et leur condition socioprofessionnelle. Plus précisément, on constate l’émergence d’individus ou de groupes d’individus se distinguant des autres gens du commerce par l’importance des richesses cumulées et des distinctions obtenues.

4Peut-on dès lors parler de l’existence d’une élite négociante au sein de ces gens de métier ? En effet, les hiérarchies sociale et professionnelle n’opéraient pas de façon interdépendante dans le monde de l’entreprise commerciale. En d’autres termes, l’activité marchande permettait d’atteindre une respectabilité et une visibilité relatives, en dépit des statuts juridiques et des conditions censitaires. Les documentations papyrologique et épigraphique, en provenance de l’Égypte et de la Campanie, permettent d’aborder l’ensemble des questions que l’on vient d’évoquer, pendant un arc temporel assez large, allant du iie s. av. J.-C. au début du iiie s. ap. J.-C.

5Pour cela, il convient de s’intéresser avant tout à l’origine et aux statuts juridiques des acteurs du commerce au long cours et de traiter ensuite de leurs fonctions et statuts professionnels respectifs. Enfin, il sera question d’étudier les modalités de la construction identitaire de ces acteurs au sein de l’espace civique et provincial.

*

6La variété ethnique des acteurs du commerce au long cours actifs en Égypte sous la République et le Haut-Empire est extraordinaire. Il est possible de distinguer en leur sein trois catégories principales, établies en fonction de leur origine géographique : les Romains résidant en Italie faisant du commerce en Égypte, les Italiens installés en Égypte et les pérégrins hellénophones ayant bénéficié dans certains cas de la citoyenneté romaine.

7Le premier groupe est assez riche et diversifié. Nous y retrouvons à la fois des gens au statut libre et servile. La documentation la plus significative provient des Paneia du Wadi Menih et du Wadi Menih el-Her, deux stationes in monte situées sur la route caravanière conduisant de Coptos aux ports romains sur la mer Rouge, Bérénice et Myos Hormos (De Romanis 1996a, p. 203-210, Cuvigny et al. 1999, p. 133-136 et 164-165). Elle est complétée par le corpus épigraphique putéolitain et, dans une moindre mesure, par les textes littéraires. Les données relatives à Alexandrie ainsi qu’à la Moyenne et Basse-Égypte sont relativement rares et peu généreuses ; elles datent pour la majorité de l’époque républicaine.

  • 2 Cf. la prosopographie des marchands romains élaborée par F. De Romanis (1996a, p. 241-259 ; 1996b, (...)
  • 3 De Romanis 1996b, p. 734-735 : Τίτος Οὐεστώριος Ἰάλυσος / L η Τιβερίọυ̣ Και [---] ỊΑỊỊΟΥ Ι « Titus (...)
  • 4 Cette regio est mentionnée dans une dédicace à l’empereur Domitien, datant de 95, CIL X 1631 : [I] (...)
  • 5 Vitruve, De architectura, 7, 11, 1 : Caeruli temperationes Alexandriae primum sunt inventae, poste (...)
  • 6 Le gentilice est attesté à Pouzzoles (4 inscriptions lapidaires) ainsi qu’à Pompéi (8 graffiti pei (...)
  • 7 TPSulp. 43, cf. Camodeca 1999, p. 117-119.

8Parmi les nombreux affranchis campaniens ayant laissé leur signature dans les mansiones in monte du désert oriental2, un T. Vestorius Ialysos s’était arrêté dans le Paneion du Wadi Menih El-Her, en l’année 21-22 ap. J.-C.3. Nous devons le déchiffrement de l’inscription et son étude à F. De Romanis (1996b, p. 734-735). Le gentilice Vestorius est bien documenté en Campanie, notamment à Pouzzoles, où il se retrouve dans la toponymie d’une regio augustéenne, la regio uici Vestoriani et Calpurniani4. La rareté du gentilice en Égypte et en Italie renforce l’hypothèse de la provenance putéolitaine de T. Vestorius Ialysos (De Romanis 1996b, p. 737, n. 40). Si la documentation littéraire prouve l’existence, à l’époque républicaine, d’un C. Vestorius engagé dans la production de colorants à Pouzzoles, ayant introduit la technique de fabrication du caeruleum5 depuis Alexandrie, les inscriptions d’époque républicaine sont, en revanche, pratiquement inexistantes. Les documents épigraphiques édités jusqu’à ce jour datent de l’époque augustéenne et julio-claudienne et font état de la présence d’esclaves et affranchis des Vestorii à Pouzzoles6, sans pour autant éclairer leurs activités lucratives et leurs rapports avec l’Égypte. Les tablettes de Murecine, quant à elles, documentent les connexions égyptiennes de l’affranchi T. Vestorius Arpocras Minor, ayant acquis un esclave par un acte d’emptio-venditio par un autre affranchi, T. Vestorius Phoenix7.

  • 8 Cf. De Romanis 1996a, p. 214, n. 12 : Γάιος Μουνάτιος ἐπόησεν ἑατοῦ τὸ προσκύνημα « Caius Munatius (...)

9À cette même catégorie appartenait C. Munatius. Ce dernier était auteur d’un acte d’adoration dans le Paneion du Wadi Menih, rédigé au cours d’une année non précisée de l’époque julio-claudienne8. Le gentilice est très diffusé en Campanie et dans le Latium à la période impériale. Les témoignages existants ne permettent pas de définir clairement les noyaux originaires et les ramifications successives de la gens Munatia entre Pompei et Pouzzoles. Il est néanmoins probable que le C. Munatius ayant parcouru le désert oriental sous les Julio-Claudiens doive être identifié avec l’affranchi C. Munatius Faustus, résidant à Pompei, qui exerça les fonctions d’Augustalis et Paganus dans les premières décennies du ier s. ap. J.-C. (De Romanis 1996a, p. 254-257 ; Tchernia 2011a, p. 67-68).

  • 9 P. Bingen 45, 32 av. J.-C. Le document provient du cartonnage d’Abousir el-Melek, dans le nome Hér (...)
  • 10 Cf. Bean 1954, 54 : ὁ δῆμος ὁ Καυνίων ἐπαινεῖ / καὶ στεφανοῖ χρυσῶι στε/φάνωι, τειμᾶ δὲ καὶ εἰκόνι (...)
  • 11 L’Epigraphik-Datenbank Clauss / Slaby recense 26 attestations de Cascellii dans la ville de Rome e (...)
  • 12 Cf. De Romanis 1996a, p. 250-251 ; Tchernia 2011a, p. 68-69.

10Les attestations d’hommes libres faisant le commerce entre l’Italie et l’Égypte ou bien encore entre l’Italie et l’Inde sont représentatives des époques républicaine et impériale. Tout en étant relativement rares, les données onomastiques permettent de préciser l’origine de ces personnes. Je m’attarderai sur les cas de Q. Cascellius et C. Peticius. Le premier, connu par un papyrus de 32 av. J.-C.9, doit probablement être identifié avec un financier actif en Asie Mineure, patron de la cité de Caunos, entre la fin de l’époque républicaine et le tout début de l’époque augustéenne10. L’analyse onomastique s’appuie sur un bon nombre d’attestations épigraphiques provenant de Rome et c’est ici que naît probablement le noyau originaire de la gens Cascellia11. C. Peticius, en revanche, attesté dans des textes très variés provenant d’Égypte comme d’Italie, était originaire de l’Italie centro-méridionale, ainsi que le gentilice le suggère. Il était issu de l’un des municipes des Marses et des Péligniens, ayant obtenu le statut de municipium cum civitate optimo iure après la guerre sociale (Tchernia 2011a, p. 68-69). Dernier représentant de la tradition marchande de cette famille, le C. Peticius ayant laissé sa signature en latin dans le Paneion du Wadi Hammamat, s’était engagé dans le commerce du vin dans les ports égyptiens sur la mer Rouge12.

11À l’époque augustéenne et julio-claudienne, les commerces égyptiens des marchands de Pouzzoles et de la Campanie s’inscrivaient dans la continuité des pratiques d’époque républicaine. Il en va de même pour les acteurs occidentaux installés en Égypte : ce phénomène, débuté dès le dernier quart du iie s. av. J.-C., prit une ampleur considérable après la création de la province d’Égypte.

  • 13 ID 1526 (127 av. J.-C.) : Ῥωμαίων οἱ εὐεργετηθέντες ναύκληροι / καὶ ἔμποροι ἐν τῆι γενομένῃ καταλή (...)
  • 14 ID 1527 (127 av. J.-C.) : [Πολέ]μαρχον συνγενῆ /βασιλέως Πτολεμαίου Εὐεργέτου /καὶ βασιλίσσης Κλεο (...)
  • 15 ID 1526 (127 av. J.-C.) : Ῥωμαίων οἱ εὐεργετηθέντες ναύκληροι / καὶ ἔμποροι (…) ; ID 1699 (99 av.  (...)
  • 16 Cicéron fait allusion à des familiares de Rabirius, eux aussi installés en Égypte et emprisonnés p (...)

12Les inscriptions de Délos font état des professions exercées par les Italiens et les Romains dans le port d’Alexandrie dans le dernier quart du iie s. av. J.-C.13. Exception faite d’une inscription des frères Caius et Lucius Pedii14, il est impossible à présent de recenser les individus ayant exercé une activité marchande au départ du port d’Alexandrie ou d’un autre port égyptien au cours de l’époque républicaine. En effet, les deux autres inscriptions concernant les négociants occidentaux installés à Alexandrie se réfèrent à des groupes indistincts de Romaioi et Italikoi15. De même, les passages cicéroniens relatant les vicissitudes de C. Rabirius Postumus, installé en Égypte en qualité de diœcète ainsi que titulaire de commerces de lin, verre et papyrus, sont peu éclairants16. Nous pouvons tout de même considérer le chevalier romain C. Rabirius Postumus, comme un acteur des commerces entre l’Égypte et Pouzzoles, originaire de Campanie et temporairement installé à Alexandrie, dans l’exercice de la charge de diœcète (Geraci 1983, p. 14-15, n. 12 ; Legras 2013, p. 167-169). La documentation est plus abondante pour l’époque augustéenne : aux côtés des graffiti du désert oriental et des inscriptions d’Alexandrie figure le corpus épigraphique campanien, notamment le putéolitain. Ainsi, il est possible de déceler deux groupes gentilices, originaires d’Italie, mais ayant transféré leur résidence en Égypte : les Annii Plocami et les Mevii.

  • 17 CIL X 2389 : C(aio) Erucio Heniocho / C(aius) Erucius Faustus lib(ertus) / sibi et suis et / C(aio (...)
  • 18 Pline l’Ancien, Naturalis Historia, VI, 84 : (...) nobis diligentior notitia Claudi principatu con (...)

13Je traiterai brièvement des Annii Plocami, dont l’histoire a été bien reconstituée au cours de ces dernières décennies (Camodeca 1979, p. 17-34 ; De Romanis 1996a, p. 247-250 ; Tchernia 2011a, p. 62-64). Les graffiti du Wadi Menih font état de l’implication des Annii Plocami dans le commerce érythréen : Lysas, esclave d’un P. Annius Plocamus, avait laissé une inscription en latin et en grec, en souvenir de son passage le 5 juillet de l’année 6 ap. J.-C. Ainsi que F. De Romanis (1996a, p. 248) l’a fait remarquer, la familiarité de Lysas avec la langue grecque et le calendrier égyptien laisse penser que cet esclave ait eu une résidence égyptienne, tout comme son patron. L’origine et l’identité de ce dernier, P. Annius Plocamus ont donné lieu à débat. P. Annius Plocamus était très probablement issu d’une ramification de la gens Annia de Pouzzoles, celle des Annii Plocami17. Ces derniers s’étaient détachés de la gens d’origine entre la fin de l’époque républicaine et le début de l’époque impériale. En ce qui concerne son identité, un passage de Pline l’Ancien doit être reversé au dossier épigraphique18. Dans ce passage, l’auteur informe qu’un Annius Plocamius fut fermier du vectigal maris Rubri durant le principat de Claude et que l’un de ses affranchis avait découvert l’île de Ceylan. C’est ainsi que de nombreux auteurs ont procédé à l’identification du dominus de Lysas avec le fermier de la mer Rouge. Au contraire, A. Tchernia (2011a, p. 63) pense plutôt à un rapport de parenté entre les deux Annii Plocami, à distance d’une ou deux générations. Il rend ainsi compte de la distance chronologique des deux témoignages et de l’évolution socio-économique de cette gens.

  • 19 Délos (début du ier s. av. J.-C.) : Γάιος Μεύιος Ποπλίου et Λεύκιος Μεύιος (catalogue des souscrip (...)
  • 20 Kayser 1994, p. 26-30, n. 5 : Germanico Caesari Ti(beri) [Caesaris Aug(usti) f(ilio)] / L(ucius) V (...)
  • 21 Kayser 1994, p. 228, n. 72 (ier s. ap. J.-C.) : Μηουίαν Αὔλου / θυγατέρα Τερτίαν / τὸ Νεμεσῆον. Cf (...)
  • 22 Les attestations papyrologiques du gentilice s’élèvent à 22 documents, allant du début du iie s. a (...)
  • 23 TPSulp 51 ; TPSulp 52 ; TPSulp 45. Cf. Camodeca 1994, p. 104-105. A. Tchernia a prouvé que le blé (...)

14Le dossier des Mevii se constitue de documents datant du ier s. av. J.-C. et du ier s. ap. J.-C., provenant de Délos, d’Alexandrie et de Pouzzoles19, et peut être étudié sous différents aspects. Dans cette partie, je traiterai principalement de l’onomastique et des statuts juridiques ; je reviendrai plus loin sur les apports économiques et sociaux du dossier. Trois attestations d’époque républicaine se rapportent à l’entretien du culte de Sérapis à Délos, ce qui laisse ouverte la possibilité que les Mevii aient eu des intérêts économiques en Égypte. La documentation égyptienne, deux inscriptions, et la putéolitaine, deux tablettes des archives des Sulpicii, datent du principat julio-claudien. En 19 ap. J.-C., l’ingénu A. Mevius, fils d’Aulus est co-auteur d’une dédicace à Germanicus, érigée lors du voyage de ce dernier en Égypte20. Le texte mentionnait la filiation dans la partie droite de l’inscription, qui est aujourd’hui perdue et qui occupait un tiers du texte (Kayser 1994, p. 26 et 28). A. Mevius et les deux autres dédicants, L. Tonneius et L. Valerius, étaient magistri Larum Augustorum à Alexandrie. Au ier s. ap. J.-C., une Mevia Tertia, fille d’A. Mevius, faisait l’objet d’une dédicace par le personnel du temple de Némésis d’Alexandrie21. Il s’agissait probablement de la fille du magister de 19 ap. J.-C. Les attestations papyrologiques des Mevii oscillent entre les siècles iie et iiie ap. J.-C., ce qui complique une comparaison éventuelle avec le dossier présenté ci-dessus22. Dans deux tablettes des archives des Sulpicii datant de 37 ap. J.-C., un A. Mevius Celer, fils d’Aulus, inscrit dans la tribu Falerna (Camodeca 1999, p. 27), intervenait comme signator dans une transaction concernant des céréales et des légumes égyptiens23. La proximité chronologique des documents, les tablettes de Pouzzoles datant de 37 ap. J.-C. et l’inscription d’Alexandrie de 19 ap. J.-C., ainsi que la rareté du praenomen Aulus permettent de supposer l’existence d’une véritable filiation entre l’Aulus Mevius signator à Pouzzoles et l’Aulus Mevius magister Larum Augustorum d’Alexandrie.

15Si la présence italienne sur les réseaux du commerce au long cours apparaît renforcée au cours de l’époque impériale, le rôle joué par les groupes hellénophones d’Égypte et, parmi eux, par les pérégrins n’en est pas amoindri.

  • 24 O. Petr. Mus. 122 (2 nov. 37) et 125 (37- 41). Cf. P. Lond. III 1215 (Hermopolis 65 ap. J.-C.) ; P (...)

16Gaius Norbanus Ptolemaios, citoyen romain, exerça les fonctions de iuridicus et de préposé à l’idios logos sous les Flaviens. H. Cuvigny (1998, p. 4) et D. Rathbone (1983, p. 89) ont identifié ce haut fonctionnaire avec le Gaius Norbanus mentionné dans quelques ostraka et inscriptions amphoriques provenant de Coptos, ainsi qu’avec un propriétaire foncier attesté dans un papyrus du nome Hermopolite24. Le gentilice, assez rare en Égypte, est bien attesté en Italie au ier s. ap. J.-C. et se réfère à la famille sénatoriale des Norbani ; leurs relations sont toutefois difficiles à déterminer en l’état actuel de la documentation (Rathbone 1983, p. 89 et 97, n. 38). Quant à son statut juridique, l’exercice de la charge de iuridicus et idiologue présuppose que Gaius Norbanus Ptolemaios fût un membre de l’ordre équestre.

  • 25 Cf. infra.

17Les Iulii Alexandri, membres de l’élite juive d’Alexandrie, sont bien attestés dans la documentation égyptienne, qui a conservé des informations utiles tant à une étude onomastique que sociale25 (Burkhalter-Arce 1999, p. 41-54 ; Deneker et Vandorpe 2007, p. 121-122 ; Tchernia 2011a, p. 70-72). C. Iulius Alexander, sans doute grâce à l’influence de ses ancêtres, bénéficiait de la citoyenneté alexandrine et obtint la citoyenneté romaine sous Auguste. En qualité d’ancien fermier du vectigal maris Rubri, il détenait le titre d’arabarque. Il eut deux fils, Tib. Iulius Alexander qui attint à la fin de sa carrière la préfecture du prétoire (Démougin 1992, p. 584-586), et M. Iulius Alexander, mort à 30 ans, qui était impliqué dans le commerce du pharmakon à Coptos, Bérénice et Myos Hormos (Deneker et Vandorpe 2007, p. 121-122).

  • 26 SEG, VIII, 703 (= AE 1930, n. 53), iie-iiie s. ap. J.-C., Médamoud, Égypte : Λητοῖ θεᾷ μεγίστῃ / Αἰ (...)
  • 27 Le gentilice Aelius n’est pas un élément de datation indiscutable étant donné qu’il apparaît égale (...)
  • 28 Bernand 1984, p. 189-180, n. 62, Coptos, 41-54 ap. J.-C. : (…) ᾿Ạδ̣α̣νίτης ? /της ἔμπορος (…) ; cf (...)

18Des membres des communautés municipales et des pérégrins sont également attestés parmi les acteurs du commerce au long cours. Nous proposons ici deux études de cas qui se réfèrent à Coptos. Une inscription provenant du temple de Medamoud fait état de l’implication de deux femmes dans le commerce érythréen26. Aelia Isidora et Aelia Olympia avaient probablement obtenu la citoyenneté romaine sous Hadrien ou Antonin le Pieux, ainsi que l’indique le gentilice Aelius27 ; elles avaient été décorées du statut de matronae stolatae, titre attesté dès le iiie s. ap. J.-C. en Égypte. On ne saurait cependant préciser quelles sont les raisons du décalage chronologique entre l’obtention de la citoyenneté et celle du titre de matronae stolatae, dont les conditions d’attribution ne sont pas connues (Juguet 1931, p. 10-12). Aelius Apollinaris, frère ou kyrios des deux femmes, avait aussi acquis la citoyenneté romaine à la même époque (Graindor 1931, p. 31-32 ; Juguet 1931, p. 26-28 ; De Salvo 1992, p. 459-460 ; Vélissaropoulos 1980, p. 115-117). Trois inscriptions témoignent de la présence à Coptos de marchands et nauclères d’Arabie et de Palmyre. L’onomastique suggère qu’ils ne reçurent pas la citoyenneté romaine avant 212 ap. J.-C. 28. Leur statut juridique est à présent impossible à déterminer avec précision, mais il est vraisemblable de supposer qu’il s’agissait d’hommes libres.

*

19Le rôle que ces hommes et femmes jouaient dans la réalisation de commerces au long cours n’était pas déterminé par le statut juridique ou social d’appartenance. De la même manière, l’exercice d’un métier marchand donné n’excluait pas l’exercice d’activités traditionnellement attribuées à d’autres catégories d’acteurs du commerce. La documentation égyptienne permet de distinguer au moins trois catégories d’acteurs : les hommes responsables de la réalisation de l’opération commerciale (depuis le lieu d’acquisition des marchandises à celui de commercialisation des biens), les intermédiaires, qui assuraient dans la plupart des cas le transport fluvial, maritime et/ou terrestre des marchandises ; les commanditaires et les affairistes, qui finançaient les opérations commerciales, tout en ayant dans les faits une implication limitée.

  • 29 SB XVIII 13167, l. 2-8 : [δώσω τ]ῷ σῷ καμηλείτηι ἄλλα (τάλαντα) ρο (δραχμὰς(?)) ν̣ πρὸς ἐπίθ̣εσιν (...)
  • 30 Nous connaissons d’autres emporoi par la documentation papyrologique d’époque romaine, cf. BGU XVI (...)

20À la première catégorie appartenaient des gens aux statuts les plus variés. L’esclave Lysas, qui agissait en qualité d’agent de son dominus (De Romanis 1996a, p. 247-248 ; Tchernia 2011a, p. 63) et les affranchis C. Munatius et T. Vestorius Alysos en font partie (De Romanis 1996a, p. 254-255 ; De Romanis 1996b, p. 734-735). Comme les graffiti le laissent supposer, ces hommes avaient fait la traversée de la mer Rouge, en ayant recours aux armateurs actifs dans les ports de Myos Hormos et Bérénice. Les statuts professionnels de ces acteurs ne sont pas précisément connus, mais un terme de comparaison intéressant se retrouve dans un papyrus du iie s. ap. J.-C., mieux connu sous le nom de papyrus de Muziris (De Romanis 1998, p. 11-60 ; Morelli 2011, p. 199-233 ; Rathbone 2000, p. 39-50). Un emporos, ayant contracté un prêt pour la remontée du Nil depuis Coptos (Morelli 2011, p. 202-206), était revenu d’Inde avec une cargaison de poivre, nardus et ivoire. Le terme d’emporos désigne donc ici un marchand, qui avait embarqué avec ses marchandises et dont le trajet se poursuivait au moins jusqu’à Alexandrie29. De la même manière, les matronae stolatae de Medamoud ainsi que les emporoi d’Arabie et de Palmyre, se chargeaient du transport jusqu’à Coptos des marchandises acquises en Inde et Arabie30. C’est probablement à cette catégorie professionnelle que doivent être rattachés les deux affranchis susmentionnés ; quant à l’esclave Lysas, il se peut qu’il ait été marchand, étant donné la nature des opérations qui lui incombaient.

  • 31 Dans cette contribution je ne m’attarderai pas sur l’étude du réseau de transport terrien au dépar (...)

21La catégorie d’acteurs que nous avons désignée comme celle des intermédiaires est la mieux documentée dans les textes papyrologiques d’Égypte. Ces acteurs, transporteurs et armateurs d’une part, chameliers d’autre part, assuraient, entre autres, le transport de marchandises destinées à la commercialisation31. De par leurs statuts professionnels respectifs ils doivent être traités distinctement des négociants, même s’ils pouvaient cumuler l’activité d’armateur et de marchand.

  • 32 Cf. infra.
  • 33 P. Bingen 77, l. 5-8 : Αἰγέων̣ κ Διοδώρου τ̣οῦ Ἀθηνοδότου̣ ἄκατο(ς) Σάρ̣α̣πις Τύχη Ἁρπ̣οκ̣(ρατ- ) / (...)
  • 34 SB XIV 11850 (13 fév. 149 ap. J.-C., Théadelphie) : ἀπὸ τῆς Μάρκου Κλαυδίου Σαβείνου [δημοσ]ί̣[ας τ (...)

22L’association des professions de nauclère et de marchand se trouve explicitement mentionnée dans les inscriptions de Délos, se référant au commerce au départ d’Alexandrie, et dans celles de la Haute-Égypte, se référant au commerce érythréen32. Ces acteurs assuraient ainsi le transport et la commercialisation des produits acquis respectivement en Égypte ainsi qu’en Arabie et en Inde. Les moyens matériels et humains que cette activité requérait devaient être importants, étant donné les tonnages de tels navires (Pomey 2012, p. 111-132 ; Tchernia 2011b, p. 83-88) et l’organisation même de telles opérations commerciales, sur laquelle je reviendrai plus bas. Deux papyrus confirment les données révélées par les inscriptions. Le premier est un registre de navires marchands ayant amarré dans un port non précisé d’Égypte (Heilporn 2000, p. 339-359). Le document, datant du iie s. ap. J.-C. et retrouvé à Karanis, avait été rédigé par des autorités portuaires ou douanières, ce qui explique la précision des informations reportées, relatives aux navires, aux marchandises transportées et aux acteurs (Heilporn 2000, p. 340). Ces derniers y étaient clairement identifiés : ainsi, aux côtés des nauclères transportant de l’huile, du vin et des figues pour le compte de tiers, on retrouve des nauclères qui acheminaient du vin de Sidè et d’Aigeai pour leur propre compte33. Le deuxième document est un contrat de prêt, datant de 149 ap. J.-C. et provenant de Théadelphie34. Deux citoyens d’Ascalon, cité côtière de Syrie, partageaient les risques de l’entreprise maritime qu’ils géraient en qualité de synnauclères. Le document enregistre le prêt d’argent que les synnauclères avaient obtenu par deux citoyens romains pour financer un voyage en mer, comportant probablement un transport de marchandises.

  • 35 Kayser 1994, p. 250-253, n. 83 : Λεύ̣κ̣ιος Τοννήιος Ἀντέρως̣· / εὐπλοία ὑ̣πὲρ πλοίου / Νικαστάρτης (...)
  • 36 I Portus 2 et 3, cf. Sacco 1984, p. 12-16 ; Kayser 1994, n. 84, p. 252-256.

23Dans d’autres cas, la définition professionnelle des acteurs est moins aisée. Le 15 février 14 ap. J.-C., L. Tonneius Antheros offrait une dédicace à la bonne navigation qu’il exposa à Alexandrie35. La nature de cette dédicace prouve avec certitude l’implication de L. Tonneius Antheros dans la navigation commerciale, soit en qualité d’armateur soit d’armateur et commerçant. Qu’il s’agisse d’un homme libre ou d’un affranchi agissant pour le compte de son patron, L. Tonneius magister du culte des Lares Augusti à Alexandrie (Kayser 1994, p. 251), l’hypothèse d’un cumul d’activités ne peut pas être prouvée. De même, les inscriptions érigées par les nauclères des navires frumentaires d’Alexandrie ne permettent pas de savoir si ces armateurs pratiquaient la navigation commerciale aussi pour leur propre compte et, le cas échéant, quelles étaient les répercussions sur les conditions de leur engagement auprès des autorités annonaires36.

  • 37 Il est particulièrement intéressant de constater que les divinités Isis et Adraste sont très souve (...)
  • 38 TPSulp 52 : Chirographum C(ai) No//vii Euni HS III(milia) mutuor(um) / praeter alia HS X(milia) // (...)

24Les Mevii avaient aussi affaire au commerce maritime, mais leur statut professionnel demeure difficile à préciser. Si la dédicace érigée en l’honneur de Mevia Tertia par le personnel du Nemeseion d’Alexandrie peut être mise en rapport, entre autres, avec le milieu professionnel des marchands37, les tablettes de Murecine suggèrent que les Mevii étaient proches des milieux du commerce du blé. En effet, un A. Mevius, fils d’Aulus, est mentionné comme signator dans une transaction concernant la mise en gage de céréales et légumes égyptiens par le mercator frumentarius Novius Eunus, en garantie d’un prêt d’argent de 10 000 et de 3 000 HS38. A. Mevius apparaît dans deux phases de la transaction : lors de la cession du premier prêt et lors de la locatio-condutio de l’entrepôt où étaient stockées les denrées gagées au bénéfice du créancier. On peut penser qu’il était intervenu pour financer le voyage maritime des céréales achetées par Novius Eunus, auquel cas il faudrait supposer que ce dernier se soit rendu à Alexandrie pour acquérir sa marchandise ; ou bien qu’il était directement impliqué dans la vente de ces céréales. Ces dernières pouvaient, en effet, constituer le surplus exportable des propriétés égyptiennes appartenant aux membres de la famille impériale, tel Germanicus, dont A. Mevius administrait le culte. Ainsi, le profil économique de negotiator pourrait bien convenir aux fonctions d’A. Mevius à Pouzzoles et à Alexandrie, dans la continuité d’une tradition commerciale de la famille, qui dès l’époque républicaine figurait parmi les souscripteurs du temple de Serapis à Délos.

  • 39 SB XVIII 13167, milieu du iie s. ap. J.-C., le lieu de rédaction du document était l’un des ports r (...)

25La troisième catégorie d’acteurs, celle des financiers du commerce, est représentative du sommet de la hiérarchie organisationnelle des commerces sur la longue distance. Très rarement impliqués dans la réalisation des opérations commerciales qu’ils finançaient, ils avaient des agents dans tous les lieux-étapes de l’opération et encaissaient une bonne partie des bénéfices. Le papyrus de Muziris montre la complexité du réseau qu’un financier alexandrin s’était constitué au iie s. ap. J.-C. dans les ports de la mer Rouge, où des agents étaient chargés de l’allocation de crédits pour la couverture des frais de transport égyptien (Morelli 2011, p. 204-205), dans les localités de départ des routes caravanières parmi les responsables du transport terrien, dans le poste douanier de Coptos et dans celui d’Alexandrie, où les epitropoi et les phrontistai du créancier auraient procédé à la saisie des marchandises en cas de retard ou de non-restitution de la somme due (De Romanis 1998, p. 18-20)39. Il est vraisemblable que ce réseau s’étendait aussi bien dans les localités de ravitaillement des marchandises, en Inde et Arabie par exemple, que dans les ports de redistribution, tel Rome et Pouzzoles.

  • 40 P. Lond. II 256 (a), 15 ap. J.-C., Fayoum.
  • 41 P. Lond. II 256 (a), l. 6-17 : ὁμ[ολ]ογῶ ἐνβεβλ̣ῆσ[θ]αι παρά σου ἐπὶ τοῦ κα̣/[τὰ Πτολ]εμαίδα [Ὅρμ]ο (...)

26Une organisation similaire devait exister dans le contexte du commerce du blé. Les opérations commerciales concernaient certainement des distances moins importantes, puisque le blé commercialisé provenait le plus souvent de la Moyenne-Égypte. Une déclaration de capitaine de navire datant de 15 ap. J.-C. nous en donne un aperçu40. Le document enregistre un chargement de blé syrien dans le nome Arsinoïte, qu'un capitaine de navire avait assuré pour le compte de deux privés, dont l’un se nommait Philologos. Outre l’engagement à protéger et transporter les denrées chargées sur son bateau, le capitaine déclarait qu’il remettrait « à… et à Philologos ou à ceux qui auront été investis pour que leur soit donné […] l’échantillon41 ». Cette clause a conduit U. Wilcken (Mitteis et Wilcken 1963, p. 521-523) et J. Schwartz (1948, p. 183-184) à identifier les deux destinataires des denrées avec deux nauclères ou deux marchands installés dans le port d’Alexandrie. Les hommes désignés comme « ceux qui auront été investis » (de la réception de l’échantillon) étaient selon toute vraisemblance des agents des deux nauclères (/marchands), auxquels revenaient les tâches du contrôle qualitatif des denrées transportées et peut-être de la commercialisation de ces mêmes denrées. Dans le port d’Alexandrie, des mercatores frumentarii tel C. Novius Eunus acquéraient les denrées qu’ils se chargeaient d’acheminer et de commercialiser dans les ports de Pouzzoles et Rome. La concession de prêts pour le transport maritime des céréales en Méditerranée devait donc avoir lieu à Alexandrie.

  • 42 CIL X 1793, ier s. ap. J.-C. : L(ucio) Calpurnio L(uci) f(ilio) / Capitolino // C(aio) Calpurnio L( (...)

27Le rôle effectif de ces financiers concernait avant tout la cession de prêts commerciaux, pour les voyages maritime et fluvial du marchand débiteur. En plus d’un personnel subordonné, au sein de leur réseau ils disposaient également d’intermédiaires spécialisés dans le transport terrestre, fluvial et, peut-être, maritime. De la même manière, nous pouvons supposer qu’ils possédaient et/ou exploitaient des entrepôts pour le stockage des marchandises avant leur commercialisation. Du fait de l’accumulation de plusieurs activités lucratives et de la nature même de leurs patrimoines, les tentatives de définition professionnelle de ces acteurs ne sont pas aisées. Cette réflexion s’applique également aux acteurs qui, ayant construit leurs patrimoines sur le commerce et sur le prêt d’argent, accédèrent à la ferme d’État. Il convient à ce sujet de suivre J. Andreau (1997, p. 58-60), qui définit ces acteurs comme des « affairistes et hommes de spéculation ». C’est donc à cette catégorie que l’on doit rattacher P. Annius Plocamus et C. Iulius Alexander qui avaient pris à ferme les revenus du vectigal maris Rubri. Aussi, pouvons-nous rapprocher de ces acteurs les Calpurnii de Pouzzoles, dont les frères L. Calpurnius et C. Calpurnius firent l’objet d’une dédicace par les marchands qui Alexandr(iai) Asiai Syriai negotiantur42. Les Calpurnii avaient bâti une partie ou la totalité de leur patrimoine sur le commerce oriental, ce qui permit à L. Calpurnius (Capitolinus) de financer la restauration du Capitolium de Pouzzoles et d’accéder à la charge de duumvir dans la colonie phlégréenne (Tchernia 2011a, p. 66-67). Parmi d’autres, le dossier des Calpurnii de Pouzzoles permet d’établir une équation entre, d’une part, l’enrichissement par le commerce et, d’autre part, l’intégration à l’élite politique.

*

28La documentation relative à l’Égypte, quant à elle, fait état d’autres pratiques, dans lesquelles l’accès à l’élite politique n’était pas le seul aboutissement de la mobilité sociale des gens du commerce. Nous proposons ici plusieurs études de cas, représentatives des catégories d’acteurs les mieux documentées : la première concerne les négociants, la deuxième s’intéresse aux nauclères d’Alexandrie et du Nil, tandis que la troisième est liée au milieu des « affairistes ».

29Les dossiers épigraphiques des négociants concernent respectivement un putéolitain et des pérégrins d’Arabie et de Palmyre, actifs en Égypte au ier s. ap. J.-C. et à la fin du iie s. ap. J.-C.

  • 43 Kayser 1994, p. 26-30, n. 5 : Germanico Caesari Ti(beri) [Caesaris Aug(usti) f(ilio)] / L(ucius) V (...)
  • 44 Kayser 1994, p. 228, n. 72 : Μηουίαν Αὔλου / θυγατέρα Τερτίαν / τὸ Νεμεσῆον « (Statue de) Mevia Te (...)

30En 19 ap. J.-C., l’ingénu putéolitain A. Mevius offrait une dédicace et une statue équestre en l’honneur de Germanicus, en qualité de magister Larum Augustorum43. Plusieurs éléments suggèrent que le métier de négociant et/ou d’armateur procura à A. Mevius et à ses descendants une visibilité significative auprès des milieux dirigeants d’Alexandrie. Tout d’abord, l’utilisation de la langue latine, pratique assez rare en Égypte, laisse supposer que cette inscription s’adressait aux milieux latinophones d’Alexandrie, sans doute proches de la plus haute administration provinciale. De la même manière, la mention d’un collège pour le culte des Lares Augusti est un unicum dans les provinces hellénophones de l’empire ; en Égypte il ne survivra probablement pas au principat de Tibère (F. Kayser 1994, p. 29-30). Ce document est ainsi une marque de romanité que les auteurs de la dédicace souhaitaient afficher dans la capitale de la province. Les caractéristiques formelles du monument épigraphique sont cohérentes avec le propos de l’inscription : la pierre utilisée est en marbre noir et non pas en calcaire comme la majorité des inscriptions égyptiennes, la disposition du texte est régulière et la qualité graphique des lettres est considérable (Kayser 1994, p. 26). Cela suggère que les moyens financiers engagés par les dédicants furent importants, d’autant plus que l’inscription servait de base pour la statue équestre de Germanicus. L’emplacement du monument dans la ville est à présent impossible à déterminer, mais il est vraisemblable qu’il ait été exposé dans un lieu public, près du siège du préfet d’Égypte. A. Mevius et les deux autres magistri revendiquaient ainsi leur place au sein de la communauté romaine d’Alexandrie, en s’identifiant par un acte de dévotion à la maison impériale et non pas par leur métier d’armateurs-négociants. Les bénéfices cumulés par l’entreprise commerciale devaient permettre aux Mevii d’Alexandrie de financer des actes d’évergésie remarquables, tels la réfection ou la restauration du sanctuaire de Némésis, suggérée par une dédicace érigée par le personnel du Nemeseion en l’honneur de Mevia Tertia, fille d’Aulus44. S’étant enrichi par le grand commerce au départ d’Alexandrie, A. Mevius se distinguait ainsi par l’implication dans le culte impérial, et de ce fait, par une proximité probable avec les milieux latinophones de la capitale, sans que cela n’aboutisse à un enfermement social. Bien au contraire, par le culte de Némésis, la famille acquérait une certaine visibilité auprès de la communauté hellénophone de la ville.

  • 45 Bernand 1984, p. 189-180, n. 62, Coptos, 41-54 ap. J.-C. : ὑπὲρ〚Τιβερίου〛 Κλαυδίου Καίσαρος /Σεβασ (...)

31Plus généralement, le domaine religieux fut un lieu d’expression privilégié des marchands, grecs et pérégrins, engagés dans les commerces orientaux. L’appartenance aux corps de métiers de marchands et d’armateurs était un élément clef de la construction identitaire de ces acteurs et de leur intégration aux communautés d’exercice de leur métier. Il convient à ce titre de rappeler les inscriptions que deux marchands d’Aden avaient érigées sous les principats de Néron et de Vespasien45. Si la qualité de la pierre et de la gravure laissent penser que les moyens financiers engagés n’étaient pas très importants, l’emploi de la langue grecque et les expressions de dévotions adressées aux empereurs régnants suggèrent, d’une part, leur fréquentation des milieux hellénophones de Coptos et, d’autre part, la reconnaissance publique de l’identité professionnelle de ces pérégrins. Ainsi, en exposant leurs dédicaces dans le sanctuaire d’Isis à Coptos, ces pérégrins exaltaient la dignité acquise par l’exercice de leur métier. Les marchands et les nauclères de Palmyre, quant à eux, affichaient leur appartenance à un groupe professionnel et ethnique commun à Coptos et à Tentyris, localités de départ de deux routes caravanières se dirigeant respectivement vers Bérénice et le mons Porphyrites (Bernand 1984, p. 146-148 et p. 262-263). Les documents conservés montrent l’autonomie et la cohésion interne de ce groupe, dont la solidité économique et sociale était probablement préalable à leur installation sur le territoire égyptien (Yon 2002, p. 120).

  • 46 I. Portus 2 et 3 ; Kayser 1994, p. 252-256, n. 84. Cf. De Salvo 1992, p. 478-481 ; Sirks 1991, p.  (...)
  • 47 I. Portus 2, fin iie s. ap. J.-C. : ὑπὲρ σωτηρίας καὶ διαμονῆς/ τοῦ κυρίου Αὐτοκράτορος / Κομμόδου (...)
  • 48 Kayser 1994, p. 252-256, n. 84 : Ὑπὲρ διαμονῆς τοῦ κυρίου /ἡμῶν Αὐτοκράτορος Καίσαρος /Λουκίου Σεπ (...)
  • 49 I. Portus 3, 200-201 ap. J.-C. : ὑπὲρ σωτηρίας καὶ ἐπανόδου / καὶ ἀϊδίου διαμονῆς τῶν κυρίων / Αὐτο (...)

32La deuxième catégorie d’acteurs est celle des armateurs actifs en Méditerranée et sur le Nil. Trois inscriptions, deux de Portus et une d’Alexandrie, ont gardé la trace des nauclères engagés dans les transports de blé pour l’État46. Suivant un formulaire plutôt standardisé, les nauclères des navires frumentaires d’Alexandrie47 exprimaient leur dévotion à l’empereur Commode, sans afficher des marques évidentes d’appartenance à une organisation collégiale. Soigneusement gravé sur une base de marbre, le texte accompagnait la statue de l’Empereur et devait être exposé dans le complexe portuaire de Portus, lieu profondément marqué par la présence publique. Les deux autres dédicaces, l’une érigée à Alexandrie par le nauclère C. Aelius Aurelius Antonius48, l’autre à Portus par C. Valerius Serenus, prêtre du grand Serapis et épimélète des navires d’Alexandrie49, devaient se situer dans un contexte topographique similaire. Elles sont révélatrices des possibilités de distinction sociale qui s’offraient aux armateurs engagés avec l’État. S’inscrivant dans les registres formels de vœux au salut des empereurs et à la bonne navigation, elles font état du rapport privilégié que ces acteurs nouaient respectivement avec le préfet d’Égypte et le préfet de l’annone, puisque leurs dédicaces furent publiquement exposées sous la tutelle de ces hauts fonctionnaires. Il est probable que la concession de la citoyenneté romaine au nauclère C. Aelius Aurelius, citoyen d’Alexandrie, s’explique par son engagement auprès des services annonaires. En revanche, la position sociale de C. Valerius Serenus était des plus remarquables : prêtre du culte de Sérapis à Portus et épimélète de tous les navires (frumentaires ?) d’Alexandrie, il intégrait les milieux administratifs de l’annone à Portus. L’attribution de la prêtrise et de la charge d’épimélète des navires d’Alexandrie était probablement liée à l’appartenance de C. Valerius Serenus au milieu professionnel des armateurs d’Alexandrie.

  • 50 P. Giss. I 11, 10 juillet 118 ap. J.-C.
  • 51 P. Giss. I 11, l. 4-11 : Παπείρεις Ἀπολλωνίῳ στρατηγ(ῷ) /Ἀπολλωνοπολείτου (ἑπτα)κωμίας /τῷ τιμιωτάτ (...)
  • 52 Sur les collèges et les corpora de naviculaires attestés dans l’Occident romain, cf. De Salvo 1992 (...)
  • 53 P. Giss. I 11, l. 8-10 : ἐπεσταλ{η\ν/}/μένος δὲ κατεσχέτ̣ην ὑπ̣ὸ̣ τ̣ο̣[ῦ] /ἐπιτρόπο̣υ. Sur le proc (...)
  • 54 Papeiris possédait ou exploitait une quantité importante de navires. Outre la petite embarcation m (...)

33On retrouve un phénomène similaire dans le cadre de l’armement fluvial pour les transports du blé fiscal50. Initialement engagé dans les transports de blé au départ du nome Apollonopolite, le nauclère Papeiris fut appelé en 118 ap. J.-C. à exercer la prêtrise du cheirismos des capitaines de navires51, groupe que l’on a pris l’habitude d’identifier avec une « association » ou bien une « corporation » de transporteurs (De Salvo 1992, p. 471-473 ; Vélissaropoulos 1980, p. 118-119). La nature de ce groupe organisé de transporteurs demeure cependant obscure et, en l’état actuel de la documentation, il serait hasardeux de le comparer aux collèges de naviculaires connus dans l’Occident romain52. La nomination à la prêtrise du cheirismos avait été décidée par un epitropos, sans que l’on puisse savoir s’il s’agissait de l’epitropos tês Neas Poleôs, fonctionnaire de rang équestre subordonné du préfet de l’annone en Égypte53. À ce dernier revenait, entre autres tâches, la supervision des activités des nauclères réunis autour du cheirismos des nauclères de Neapolis. Ainsi, en raison de son appartenance au milieu des armateurs et des richesses cumulées par l’armement de plusieurs navires54, Papeiris fut exempté de l’exécution matérielle des transports et fut appelé à exercer sa prêtrise ; on ne saurait cependant affirmer avec certitude s'il l'exerça à Alexandrie aux côtés du procurateur de Neapolis.

  • 55 Flavius Josèphe, Antiquitates Iudaicum, XIX, 5, 276. La documentation papyrologique n’a pas conser (...)
  • 56 Flavius Josèphe mentionne à plusieurs reprises C. Iulius Alexander en qualité d’arabarque (XVIII, (...)
  • 57 Flavius Josèphe, Antiquitates Iudaicum, XX, 5, 100 : Ἦλθε δὲ Φάδῳ διάδοχος Τιβέριος Ἀλέξανδρος Ἀλε (...)
  • 58 Flavius Josèphe, Bellum Iudaicum, V, 5, 3 (205) : καὶ τὸν κόσμον πολυτελέστερον ἐπὶ δαψιλὲς πάχος (...)
  • 59 Cf. Philon d’Alexandrie, Legatio ad Gaium, 157-158 : des offrandes païennes ainsi que des sacrific (...)

34Je traiterai en dernier lieu des affairistes actifs en Égypte entre la fin de l’époque républicaine et le début de l’époque impériale. De nombreuses études ayant déjà largement abordé la question (Burkhalter-Arce 1999, Camodeca 1979, Deneker et Vandorpe 2007, De Romanis 1996a, Tchernia 2011a), je me limiterai ici à dresser un état de la question et m’attarderai davantage sur la question de la mobilité sociale de ces acteurs. J’ai choisi de m’intéresser aux Iulii Alexandri en raison de la qualité des sources conservées et aussi parce qu’il s’agit d’une catégorie particulière de citoyens d’Alexandrie dont la mobilité sociale relève de l’entrelacement de facteurs économiques, politiques et sociaux. L’étude de référence demeure celle de Fabienne Burkhalter (Burkhalter-Arce 1999). En convoquant la totalité de la documentation disponible, l’auteur dégage le processus d’ascension sociale de cette famille durant l’époque julio-claudienne (Burkhalter-Arce 1999, p. 41-54). Né en 10 av. J.-C. d’une illustre et riche famille juive, C. Iulius Alexander obtint la citoyenneté romaine sous Auguste. Ayant intégré les milieux proches de l’administration impériale en qualité de procurateur des propriétés égyptiennes d’Antonia Minor55, il avait accru son patrimoine par le prêt d’argent et le commerce, ce qui lui permit d’assurer l’arabarchie sous les principats de Tibère et Caligula56. De par la dignité acquise au sein de la communauté romaine d’Alexandrie, il assura à ses deux fils une éducation conforme aux coutumes romaines, au point que son fils ainé Tib. Iulius Alexander abandonna aussitôt, par conviction ou par convenance, la religion de ses ancêtres57. On peut légitimement supposer que le cadet Marcus ainsi que l’arabarque Alexander aient abandonné les marques religieuses de l’ethnos juif. En effet, tout au long de sa vie, l’arabarque se révèle soucieux de montrer la richesse et la respectabilité acquises en qualité de citoyen romain. Par le financement du décor en or et en argent des portes du temple de Jérusalem58, il magnifiait un lieu-symbole de l’identité religieuse et culturelle juive, ayant néanmoins accueilli, pendant le premier siècle de la domination romaine, des manifestations du culte impérial et de la prééminence politique et militaire de Rome59. De même, on ne saurait négliger la portée politique du mariage entre M. Iulius Alexander et Bérénice, fille du roi Agrippa Ier. Sollicitée probablement par l’empereur Claude et réalisée entre 41 et 42 ap. J.-C., cette union scellait les liens d’amitié entre Agrippa Ier et Claude (Burkhalter-Arce 1999, p. 42-43). Tributaire de l’intelligence politique de C. Iulius Alexander, la carrière de Tib. Iulius Alexander, fut des plus illustres : procurateur de la province de Syrie, il fut nommé préfet d’Égypte en 66 ap. J.-C. et revêtit la charge d’eparchos tou Iudaikou stratou lors de la guerre de Titus contre les Juifs (Demougin 1992, p. 584), qu’il assura brillamment ; de ce fait il fut nommé préfet du prétoire, la plus haute charge du cursus équestre (Demougin 1992, p. 583-586, n. 693). Ainsi, solidité financière et acuité dans la construction d’un réseau d’amitiés et clientèles ont participé du processus d’ascension sociale des Iulii Alexandri. Dans ce processus, la part jouée par l’acquisition – volontaire ou induite – des marques de romanité fut majeure et aboutit, me semble-t-il, à un véritable glissement identitaire.

*

35Le but de cette étude était de dégager, avec plus ou moins de précision, la variété et la complexité des situations économiques et sociales que les gens de commerce étaient susceptibles d’acquérir par l’exercice de leur activité.

36Si les esclaves-marchands, agissant en qualité d’agents de leurs domini, bénéficiaient d’une visibilité épigraphique limitée dans le contexte urbain, il n’en demeure pas moins que, par les inscriptions laissées dans le Paneion du Wadi Menih et l’évocation des voyages accomplis vers des destinations lointaines, ces esclaves valorisaient leur mobilité et leur rôle dans la réalisation des commerces pour le compte de leur dominus.

37Tout aussi significatives sont les manifestations épigraphiques d’affranchis ou d’ingénus, qu’il s’agisse de citoyens romains ou de pérégrins. Les formes de leur intégration aux communautés civiques d’appartenance ou d’exercice de leur métier sont très diversifiées et exaltent, selon des codes différents, la richesse, les bienfaits et les distinctions découlant de leur profession marchande. Il est ainsi possible de distinguer deux pratiques épigraphiques selon que l’on est en présence de citoyens romains ou de pérégrins. Dans le premier cas, la fonction assurée dans l’espace civique et le rapport à l’autorité impériale occupent la totalité du message épigraphique, dans le deuxième, en revanche, la dévotion à l’empereur paraît légitimée par l’appartenance à un corps de métier donné.

38Enfin, dans le monde des « affairistes » les dynamiques de promotion sociale et les formes d’affichage public s’éloignent des cas évoqués ci-dessus. De par la nature de leurs patrimoines et l’absence d’une implication matérielle dans le commerce, les affairistes peuvent être difficilement comparés aux négociants ou aux armateurs connus en Égypte. Certains d’entre eux pouvaient trouver l’aboutissement de leur carrière dans l’exercice des magistratures municipales ou équestres ; d’autres, en revanche, atteignaient le sommet de leur carrière en participant à la ferme d’état, mais tous exaltaient leur richesse par le financement d’œuvres édilitaires destinées à imprimer les espaces publics et sacrés de leur mémoire.

39Ainsi, plutôt qu’à la notion d’élite négociante, peut-être conviendrait-il de se référer à une approche casuistique qui puisse rendre compte des différents types de mobilité sociale des gens du commerce et des processus historiques qui les sous-entendent.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Adams C. (2007), Land transport in Roman Egypt, Oxford.
DOI : 10.1093/acprof:oso/9780199203970.001.0001

Andreau J. (1983), « À propos de la vie financière à Pouzzoles : Cluvius et Vestorius », dans Cébeillac-Gervasoni M. éd., Les « Bourgeoisies » municipales italiennes aux iie et ier siècles avant J.-C. Actes du colloque international de Naples 7-10 décembre 1981, Naples-Paris, p. 9-20.

Andreau J. (1997), Patrimoines, échanges et prêts d’argent : l’économie romaine, Rome.

Bean G. E. (1954), « Notes and inscriptions from Caunos », JHS 74, p. 85-110.

Bernand A. (1984), Les portes du désert, Paris.

Burkhalter-Arce F. (1999), « Les fermiers de l’arabarchie : notable et hommes d’affaire à Alexandrie », dans Leclant J. éd., Alexandrie, une mégapole cosmopolite. Actes du 9e colloque de la Villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer, les 2 et 3 octobre 1998, Paris, p. 41-54.

Camodeca G. (1977), « L’ordinamento in regiones e vici di Puteoli », Puteoli 1, p. 62-98.

— (1979), « La gens Annia puteolana in età Giulio-Claudia : potere politico e interessi commerciali », Puteoli 3, p. 17-34.

— (1994), « Puteoli porto annonario e il commercio del grano in età imperiale », dans Le ravitaillement en blé de Rome et des centres urbains des débuts de la République jusqu’au Haut-Empire. Actes du colloque international de Naples (1991), Naples, p. 103-128.

— (1999), Tabulae pompeianae Sulpiciorum (TPSulp.) : edizione critica dell'archivio puteolano dei Sulpicii, Naples.

Castren P. (1975), Ordo populusque Pompeianus. Polity and Society in Roman Pompeii, Rome.

Charles-Picard G. et Rougé J. (1969), Textes et documents relatifs à la vie économique et sociale dans l’empire romain, Paris.

Cuvigny H. (1998), « Bouchons cachetés des fouilles d’Adolph Reinach à Coptos », Bulletin des musées et monuments lyonnais 4, p. 4-7.

et al. (1999), « Inscriptions rupestres vues et revues dans le désert de Bérénice », BIFAO 99, p. 133-193.

— éd. (2003), La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice, Le Caire.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

D’Arms J. H. (1981), Commerce and social standing in ancient Rome, Cambridge.
DOI : 10.4159/harvard.9780674331198

Demougin S. (1992), Prosopographie des chevaliers romains julio-claudiens (43 av. J.-C.- 70 ap. J.-C.), Rome.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Demougin S. (2007), « Nouveaux représentants du Prince en Égypte », CCG 18, p. 83-92.
DOI : 10.3406/ccgg.2007.1643

Denecker E. et Vandorpe K. (2007), « Sealed amphora stoppers and tradesmen in Greco-Roman Egypt: archaeological, papyrological and inscriptional evidence », BABesch 82, p.115-128.

De Romanis F. (1993), « Puteoli e l’Oriente » dans Zevi F. éd., Puteoli, Naples, p. 61-72.

— (1996a), Cassia, cinnamomo, ossidiana : uomini e merci tra Oceano Indiano e Mediterraneo, Rome.

— (1996b), « Graffiti greci da Wadi Menih El-Her. Un Vestorius tra Coptos e Berenice », Topoi 6/1, p. 731-745.

— (1998), « Commercio, Metrologia, Fiscalità. Su P. Vindob. G 40.822 Verso », MEFRA 110, p. 11-60.

De Salvo L. (1992), Economia privata e pubblici servizi nell'impero romano : i corpora naviculariorum, Messina.

Dubois Ch. (1907), Pouzzoles antique : histoire et topographie, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Eilers Cl. (2002), Roman patrons of Greek cities, Oxford-New York.
DOI : 10.1093/acprof:oso/9780199248483.001.0001

Ferrary J.-L. et al. (2002), « Liste des Italiens de Délos », dans Hasenohr Cl. et Müller Ch. éd., Les Italiens dans le monde grec iie siècle av. J.-C. - ier siècle ap. J.-C., BCH Supplément 41, Paris, 2002, p. 183-239.

Fucks A. (1951), « Notes on the archive of Nikanor », JJP 5, p. 207-216.

Geraci G. (1983), Genesi della provincia romana d’Egitto, Bologne.

Graindor P. (1931), « À propos de la dédicace de Médamoud », BIFAO 31, p. 31-32.

Hasenor Cl. (2007), « Les Italiens à Délos : entre romanité et hellénisme », Pallas 73, p. 221-232.

Heilporn P. (2000), « Registre de navires marchands », dans Malaerts H. éd., Papyri in Honorem Johannis Bingen Octogenarii, Leuven, p. 339-359.

Juguet P. (1931), « Dédicace grecque de Médamoud », BIFAO 31, p. 1-29.

Kayser Fr. (1993), « Nouveaux textes grecs su Ouadi Hammamat », ZPE 98, p. 111-156.

— (1994), Recueil des inscriptions grecques et latines (non funéraires) d’Alexandrie impériale (ier-iiie s. apr. J.-C.), Le Caire.

Keay S. (2008), « Portus and the Alexandrian Grain Trade Revisited », dans Fentress E. et al. éd., XVII Conference of the Associazione Internazionale di Archeologia Classica (AIAC) (Rome 2008), Bolletino di Archeologia Online, Volume Speciale.
URL : http://eprints.soton.ac.uk/336909/1/3_Keay_paper.pdf

Nicolet Cl. (1974), L’ordre équestre à l'époque républicaine (312-43 av. J.-C.), Rome.

Labbé G. (2012), L’affirmation de la puissance romaine en Judée, Paris.

Legras B. (2013), « Autour du papyrus dit de Cléopâtre : les prostagmata lagides et les interactions romano-égyptiennes », dans Bussi S. éd., Egitto. Dai Faraoni agli Arabi. Atti del Convegno Egitto : amministrazione, economia, società, cultura dai Faraoni agli Arabi. Égypte : administration, économie, société, culture des Pharaons aux Arabes’ (Milan, 7-9 janvier 2013), Pise-Rome, p. 159-172.

Lichoka B. (2004), Nemesis en Égypte romaine, Mainz am Rhein.

Mavrojannis Th. (2002), « Italiens et orientaux à Délos : considérations sur l’“absence” des negotiatores romains dans la Méditerranée orientale », dans Hasenohr Cl. et Müller Ch. éd., Les Italiens dans le monde grec (iie s. av. J.-C.-ier s. ap. J.-C, BCH Supplément 41, Paris, p. 163-179.

Mitteis L. et Wilcken U. (1963), Grundzüge und Chrestomathie der Papyruskunde, Hildesheim.

Morelli F. (2011), « Dal mar Rosso a Alessandria : il verso (ma anche il recto) del papiro di Muziris (SB XVIII 13167) », Tyche 26, p. 199-233.

Pavis d’Escurac H. (1976), La préfecture de l’annone, service administratif impérial d’Auguste à Constantin, Rome.

Parassoglou G. M. (1978), Imperial estates in Roman Egypt, Amsterdam.

Pomey P. (2012), « À propos des navires de la mer Érythrée. Découvertes récentes et nouveaux aspects de la question », dans Boussac M.-Fr., Salles J.-Fr. et Yon J.-B. éd., Autour du Périple de la mer Érythrée, Topoi Supplément 11, Lyon, p. 111-132.

Rathbone D. (1983), « Italian wines in Roman Egypt », Opus 2.1, p. 81-98.

— (2000), « The “Muziris” papyrus (SB XVIII 13167): financing Roman trade with India », dans Alexandrian Studies II in Honour of Mostafa el Abbadi, BSAA 46, Alexandrie, p. 39-50.

Sacco G. (1984), Iscrizioni Greche d’Italia, Rome.

Sarischouli P. (2000), « Spätptolemaïsche Urkunden συγχώρησις-VERTRAG und Eide. 45 συγχώρησις-VERTRAG (Alexandrie ?), 23 février 33 avant notre ère) », dans Malaerts H. éd., Papyri in Honorem Johannis Bingen Octogenarii, Leuven, p. 213-222.

Schwartz J. (1948), « Le Nil et le ravitaillement de Rome », BIFAO 47, p. 179-200.

Sirks A. J. B. (1991), Food for Rome : the legal structure of the transportation and processing of supplies for the imperial distributions in Rome and Constantinople, Amsterdam.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Tchernia A. (1969), « Les fouilles sous-marines de Planier (Bouche-du-Rhône) », CRAI 113/2, p. 292-309.
DOI : 10.3406/crai.1969.12394

— (2011a), Les Romains et le commerce, Naples.

— (2011b), « L’utilisation des gros tonnages », dans Harris W. V. et Iara K. éd., Maritime technology in the Ancient economy: ship-design and navigation, JRA Supplement 84, Portsmouth, p. 83-88.

Tran N. (2006), Les membres des associations romaines. Le rang des collegiati en Italie et en Gaule sous le Haut-Empire, Rome.

Yon J.-B. (2002), Les notables de Palmyre, Bibliothèque archéologique et historique 163, Beyrouth.

van Minnen P. (2000), « An Official Act of Cleopatra (with a Subscription in her Own Hand) », Anc. Soc. 30, p. 29-34.

van Minnen P. (2001), « Further Thoughts on the Cleopatra Papyrus », AfP 47/1, p. 74-80.

Vélissaropoulos J. (1980), Les nauclères grecs, Genève-Paris.

Zimmermann K. (2002), « P. Bingen 45 : Eine Steuerbefreiung für Cascellius, adressiert an Kaisarion », ZPE 138, p. 133-139.

Haut de page

Notes

1 Suétone, Vie d’Auguste, 98, 2 : « Comme il [Auguste] longeait la baie de Pouzzoles, les passagers et les matelots d’un navire d’Alexandrie qui venait d’aborder, s’étant rendus auprès de lui, vêtus de blanc, couronnés de fleurs et brûlant d’encens, lui avaient prodigué avec tous leurs vœux de bonheur, les plus magnifiques louanges : “c’est grâce à vous, disaient-ils, que nous vivons, grâce à vous que nous jouissons de notre liberté et de nos biens”. Ravi de cet hommage il donna quarante pièces d’or à chacun de ses compagnons et leur fit promettre sous serment qu’ils consacreraient intégralement cette somme à l’achat de marchandises d’Alexandrie. »

2 Cf. la prosopographie des marchands romains élaborée par F. De Romanis (1996a, p. 241-259 ; 1996b, p. 731-745). Cf. plus récemment A. Tchernia 2011a, p. 62-72.

3 De Romanis 1996b, p. 734-735 : Τίτος Οὐεστώριος Ἰάλυσος / L η Τιβερίọυ̣ Και [---] ỊΑỊỊΟΥ Ι « Titus Vestorius Alysos année 8 de Tiberius Cé(sar) (Auguste ?) ».

4 Cette regio est mentionnée dans une dédicace à l’empereur Domitien, datant de 95, CIL X 1631 : [I]mp(eratori) Caesar[i] / divi Vespasiani [f(ilio)] / Domitiano Au[g(usto)] / Germ(anico) pont(ifici) ma[x(imo)] / trib(unicia) potest(ate) XIII[I] / imp(eratori) XXII co(n)s(uli) XVI[I] / censori perpet(uo) p(atri) [p(atriae)] / reg(iones) vici / Vestoriani et / Calpurniani. Cf. Camodeca 1977, p. 62-75.

5 Vitruve, De architectura, 7, 11, 1 : Caeruli temperationes Alexandriae primum sunt inventae, postea item Vestorius Puteolis instituit faciundum ; cf. Pline l’Ancien, Naturalis Historia, 33, 57, 161-162. Cf. Andreau 1983, p. 9-20 ; D’Arms 1981, p. 48-54 ; De Romanis 1993, p. 64 ; Dubois 1907, p. 74-78 ; Tchernia 1969, p. 302-303.

6 Le gentilice est attesté à Pouzzoles (4 inscriptions lapidaires) ainsi qu’à Pompéi (8 graffiti peints). Alors que les quatre témoignages de Pouzzoles se réfèrent à des gens aux statuts serviles, les graffiti pompéiens documentent l’exercice de l’édilité par un Caius Vestorius Priscus, en 75-76 ap. J.-C., cf. Castrén 1975, p. 238-239.

7 TPSulp. 43, cf. Camodeca 1999, p. 117-119.

8 Cf. De Romanis 1996a, p. 214, n. 12 : Γάιος Μουνάτιος ἐπόησεν ἑατοῦ τὸ προ<σ>κύνημα « Caius Munatius a fait pour lui-même un acte d’adoration ». L’auteur restitue la forme corrigée de προ<σ>κύνημα en soulignant l’omission du σ, mais ne procède pas de la même manière avec ἑατοῦ, forme erronée de ἑα<υ>τοῦ. Ainsi, Cuvigny 1999, n. 10. Cf. SB 24 16084 (14), 1, 30 av. J.-C. - 68 ap. J.-C., Paneion du Wadi Menih, Γάιος Μουνάτιος, « Caius Munatius ». On ne peut établir aucun rapport de parenté ou professionnel entre ce personnage et le M. Munatius ayant laissé un proskynème dans le Ouadi Hammamat en 67-68 ap. J.-C., cf. Kayser 1993, p. 121-122, n. 10.

9 P. Bingen 45, 32 av. J.-C. Le document provient du cartonnage d’Abousir el-Melek, dans le nome Hérakléopolite mais avait été rédigé à Alexandrie, probablement dans le bureau de l’archidikastès d’Alexandrie. Après la première édition, le texte a été émendé à plusieurs reprises, cf. Sarischouli 2000, p. 213-222 ; van Minnen 2000, p. 29-34 ; van Minnen 2001, p. 74-80 ; Zimmermann 2002, p. 133-139.

10 Cf. Bean 1954, 54 : ὁ δῆμος ὁ Καυνίων ἐπαινεῖ / καὶ στεφανοῖ χρυσῶι στε/φάνωι, τειμᾶ δὲ καὶ εἰκόνι / χαλκῆι, Κοίντον Κασκέλλιον / Κοίντου υἱὸν Γέμεινον / εὐεργέτην καὶ σωτέρα / καὶ πάτρωνα γεγονότα / τῆς πόλεως ἡμῶν. Cf. Eilers 2002, p. 243, n. C109.

11 L’Epigraphik-Datenbank Clauss / Slaby recense 26 attestations de Cascellii dans la ville de Rome et 11 dans la regio I, dont 1 à Pompei, 1 à Pouzzoles, 3 à Misène et 2 à Ostie ; RE sv. Cascellius, col. 1634-1635, cf. Zimmermann 2002, p. 134.

12 Cf. De Romanis 1996a, p. 250-251 ; Tchernia 2011a, p. 68-69.

13 ID 1526 (127 av. J.-C.) : Ῥωμαίων οἱ εὐεργετηθέντες ναύκληροι / καὶ ἔμποροι ἐν τῆι γενομένῃ καταλή/ψει Ἀλεξανδρείας ὑπὸ βασιλέως/Πτολεμαίου Θεοῦ Εὐεργέτου,/Λόχον Καλλιμήδου, τὸν συγγενῆ βασι/λέως Πτολεμαίου καὶ βασιλίσσης /Κλεοπάτρας, ἀρετῆς ἕνεκεν καὶ /εὐεργεσίας τῆς εἰς ἑαυτούς,/ Ἀπόλλωνι « Les nauclères et les marchands Romains, qui ont été traités avec bonté lors de la prise d’Alexandrie par le roi Ptolémée, dieu Evergète, (ont dédié) à Apollon (une statue de) Lochos fils de Kallimèdès, parent du roi Ptolémée et de la reine Cléopâtre, pour son courage et sa bienveillance envers eux » ; ID 1699 (99 av. J.-C.) : [C. Marium legat]um Alexandreae Italicei quei fuere /[virtut]is beneficique ergo./ Ἀγασίας Μηνοφίλου / Ἐφέσιος ἐποίει./ [Γάιον Μάριον πρεσβευ]τὴν οἱ ἐν Ἀλεξανδρείαι [παρα]/[γενόμενοι Ἰταλικ]οὶ ἀρετῆς καὶ εὐεργεσίας [ἕνεκεν] « Les Italiens qui étaient présents à Alexandrie (ont honoré) le légat [C. Marius (?)], pour son courage et sa bienveillance. Agasias, fils de Mènophilos, d’Ephèse, a réalisé (la statue). » Cf. Mavrojannis 2002, p. 175-179. Sur les problèmes interprétatifs posés par les ethniques « Italiens » et « Romains » dans les inscriptions de la basse époque hellénistique, cf. Hasenohr 2007, p. 221-232.

14 ID 1527 (127 av. J.-C.) : [Πολέ]μαρ<χ>ον συνγενῆ /βασιλέως Πτολεμαίου Εὐεργέτου /καὶ βασιλίσσης Κλεοπάτρας καὶ /ἐπιστράτηγον /Λ<ε>ύκιος καὶ Γάιος Πέδιοι Γαίου υἱοὶ /Ῥωμαῖοι ἀρετῆς ἕνεκεν καὶ /καλοκἀγαθίας καὶ τῆς εἰς ἑαυτοὺς /εὐνοίας Ἀπόλλωνι, Ἀρτέμιδι,/[Λητοῖ?] « Lucius et Caius Pedii, fils de Caius, Romains, (ont dédié) à Apollon, Artémis (et) [Léto ?] (une statue de) Timarchos (?), parent du roi Ptolémée Evergète et de la reine Cléopâtre, épistratège, pour son courage, sa noblesse et sa bienveillance envers eux. »

15 ID 1526 (127 av. J.-C.) : Ῥωμαίων οἱ εὐεργετηθέντες ναύκληροι / καὶ ἔμποροι (…) ; ID 1699 (99 av. J.-C.) : [C. Marium legat]um Alexandreae Italicei quei fuere (…).

16 Cicéron fait allusion à des familiares de Rabirius, eux aussi installés en Égypte et emprisonnés par le souverain Ptolémée XII Aulète, cf. Cicéron, Pro Rabirio Postumo, 39: An, cum credebat inductus usuris, id agebat ut haberet quam plurimum; postea quam exegit quod crediderat, ut existimaretur egere? novum genus hoc gloriae concupiscit. 'dominatus est enim,' inquit, 'Alexandreae.' immo vero in superbissimo dominatu fuit; pertulit ipse custodiam, vidit in vinclis familiaris suos, mors ob oculos saepe versata est, nudus atque egens ad extremum fugit e regno. Il est probable qu’il s’agisse là des esclaves et/ou affranchis de Rabirius, responsables des commerces de Rabirius au départ d’Alexandrie ; le terme pourrait cependant faire référence également à des amis de Rabirius, ayant des statuts professionnels plus ou moins similaires. Sur les commerces dont était titulaire Rabirius, cf. Cicéron, Pro Rabirio Postumo, 40 : At permutata aliquando pecunia est,delatae naves Postumi Puteolos sunt, auditae visaeque merces. fallaces quidem et fucosae <e> chartis et linteis et vitro ; quibus cum multae naves refertae fuissent, naulum non potuit parari. Cf. Andreau 1983, p. 58.

17 CIL X 2389 : C(aio) Erucio Heniocho / C(aius) Erucius Faustus lib(ertus) / sibi et suis et / C(aio) Erucio Oceano conl(iberto) et / P(ublio) Annio Plocami l(iberto) Eroti / amico. L’inscription a été retrouvée à Capri mais doit être attribuée à Pouzzoles. Cf. Tchernia 2011a, p. 63.

18 Pline l’Ancien, Naturalis Historia, VI, 84 : (...) nobis diligentior notitia Claudi principatu contigit legatis etiam ex ea insula aduectis. id accidit hoc modo. Anni Plocami, qui maris Rubri uectigal a fisco redemerat, libertus circa Arabiam nauigans aquilonibus raptus praeter Carmaniam, XV die Hippuros portum eius inuectus, hospitali regis clementia sex mensum tempore inbutus adloquio percunctanti postea narrauit Romanos et Caesarem.

19 Délos (début du ier s. av. J.-C.) : Γάιος Μεύιος Ποπλίου et Λεύκιος Μεύιος (catalogue des souscripteurs du Serapeion C), M. Mevi(us) L. f. (sceau), cf. Ferrary et al. 2002, p. 202 ; Alexandrie : Kayser 1994, p. 26-30, n. 5 (19 ap. J.-C.) ; ibid., p. 228, n. 72 (ier s. ap. J.-C.) ; Pouzzoles : TPSulp 45 et 52 (2 juillet 37).

20 Kayser 1994, p. 26-30, n. 5 : Germanico Caesari Ti(beri) [Caesaris Aug(usti) f(ilio)] / L(ucius) Valerius [---] / L(ucius) Tonneius L(uci) f(ilius) [---] /A(ulus) Mevius {²vac.}² A(uli) [f(ilius) ---] / magistri Larum Aug̣[ustorum] / anno V Ti(beri) Cae[saris Aug(usti)].

21 Kayser 1994, p. 228, n. 72 (ier s. ap. J.-C.) : Μηουίαν Αὔλου / θυγατέρα Τερτίαν / τὸ Νεμεσῆον. Cf. I. Portus 3, dédicace mentionnant la déesse Adraste, identifiée avec Némesis, cf. Sacco 1984, p. 15-16.

22 Les attestations papyrologiques du gentilice s’élèvent à 22 documents, allant du début du iie s. ap. J.-C. à la première moitié du iiie s. ap. J.-C.

23 TPSulp 51 ; TPSulp 52 ; TPSulp 45. Cf. Camodeca 1994, p. 104-105. A. Tchernia a prouvé que le blé d’Alexandrie, le blé amidonnier, les pois chiches, les lentilles et le monocopus, donnés en gage contre un prêt de 13 000 HS au total, provenaient d’une même cargaison d’un navire alexandrin. Cf. Tchernia 2011a, p. 336-340.

24 O. Petr. Mus. 122 (2 nov. 37) et 125 (37- 41). Cf. P. Lond. III 1215 (Hermopolis 65 ap. J.-C.) ; P. Oxy. XLV 3250 (Hermopolis 63 ap. J.-C.). Cf. Cuvigny 1998.

25 Cf. infra.

26 SEG, VIII, 703 (= AE 1930, n. 53), iie-iiie s. ap. J.-C., Médamoud, Égypte : Λητοῖ θεᾷ μεγίστῃ / Αἰλία Ἰσιδώρα καὶ Αἰλί[α] / Ὀλυμπιὰς ματρῶναι / στολᾶται, ναύκληροι κα[ὶ] / [ἔμπο]ροι Ἐρυ̣θραϊκαί, ἅμ[α]/ σὺν Αἰλίῳ Ἀ]πολιναρίῳ / ἐπάρχ[ῳ ὑπὲρ τῆ]ς Ὀλυμ/πιάδος καὶ [Ἰσιδώρας] / ἀμφοτέρων [σωτηρίας] / ἀνέθηκαν [ἐπ’ ἀγαθῷ] « À Leto, très grande déesse, Elia Isidora et Elia Olympia, matrones stolatai, nauclères et marchands de la mer Rouge, en même temps que (avec) le commandant (?) Elio Apolinaris, ont consacré (cette statue) pour la pérennité de toutes deux, Olympias et Isidoras, pour le bien. »

27 Le gentilice Aelius n’est pas un élément de datation indiscutable étant donné qu’il apparaît également dans quelques papyrus du iiie s. ap. J.-C.

28 Bernand 1984, p. 189-180, n. 62, Coptos, 41-54 ap. J.-C. : (…) ᾿Ạδ̣α̣νίτης ? /της ἔμπορος (…) ; cf. ibid., p. 193-195, n. 65, Coptos, 70 ap. J.-C. : (…)Ἑρμερῶς / Ἀθηνίωνος Ἀδανείτης, (…) ; ibid., p. 262-263, n. 103 : --------/υ̣ἱὸν Ζαβδαλλιαλμα/νου (…). Cf. l’inscription p. 146-148, n. 39, où le gentilice Aurelius suggère une datation postérieure à 212 ap. J.-C.

29 SB XVIII 13167, l. 2-8 : [δώσω τ]ῷ σῷ καμηλείτηι ἄλλα (τάλαντα) ρο (δραχμὰς(?)) ν̣ πρὸς ἐπίθ̣εσιν τῆς εἰς Κόπτον /[εἰσόδο]υ̣ (…)καὶ κατοίσω εἰς τὴν / [ἐν Ἀλεξ]ανδρείᾳ τῆς τετάρτης παραλημπτικὴν ἀποθήκην. Pour la traduction, cf. infra, n. 39.

30 Nous connaissons d’autres emporoi par la documentation papyrologique d’époque romaine, cf. BGU XVI 2611 (17 décembre 10 av. J.-C., Hérakléopolite), BGU XVI 2630 (21 décembre 10 av. J.-C., Hérakléopolite), P. Oxy. I 36 (iie-iiie ap. J.-C., Oxyrhynchos).

31 Dans cette contribution je ne m’attarderai pas sur l’étude du réseau de transport terrien au départ de Coptos. Cf. Fucks 1951, p. 207-216, pour une étude des archives du chamelier Nikanor ; Adams 2007 pour une étude générale du transport terrien dans l’Égypte romaine.

32 Cf. infra.

33 P. Bingen 77, l. 5-8 : Αἰγέων̣ κ Διοδώρου τ̣οῦ Ἀθηνοδότου̣ ἄκατο(ς) Σάρ̣α̣πις Τύχη Ἁρπ̣οκ̣(ρατ- ) / (ἀρτάβαι) Β ἄγε̣ι τῷ ναυκλήρ̣ῳ οἴ̣ν̣(ου) ̣[ ̣( )]α̣τ̣ι̣κ(οῦ) μέ̣λ̣α̣[(νος)] ψ / Αἰγέων̣ κ Δ̣η̣μητρίου [ -ca.?- ] ̣ ̣[ -ca.?- ]π̣λαυδα̣ Φιλο̣μήτωρ Ὁμ(οίως) / [(ἀρτάβαι)] ̣ ἄ̣γ̣ε̣ι̣ τ̣ῷ̣ ν̣α̣υ̣κ̣λ̣ή̣ρ̣ῳ ο̣ἴ̣ν̣(ου) Αἰγε̣(αίου) μέλα[(νος) ̣ ̣] ; id., l. 24-25 : Ἀνεμο(υρίου) ιγ Νίνου τοῦ Τουνεους ἄκατο(ς) Ζεὺς Ἀφροδείτη Σελ̣ήν̣η ̣ ̣ ̣λ( ) / (ἀρτάβαι) ὅσων̣ ἐὰν̣ ̣ ̣ ̣ ̣( ) ἄγει τῷ ναυκλήρῳ οἴν(ου) Σιδη(τικοῦ) Βφ « D’Ageai, le 20 : l’akatos de Diodôros, fils d’Athènodotos, « Sarapis (et) Fortune » Harpok(rat--) / 2000 artabes. Transporte pour le nauclère 700 (jarres) de vin rouge (?) de… / D’Ageai, le 20 : la plauda (?) de Démétrios, [fils d’Untel], « Philométôr » Idem / …d’artabes. Transporte pour le nauclère,… (jarres) de vin rouge d’Ageia ; id., l. 24-25 : D’Anemourion, le 13 : l’akatos de Ninos, fils de Tounès, « Zeus, Aphrodite (et) Séléné » … Autant d’artabes que…Transporte pour le nauclère 2.500 (jarres) de vin de Sidè. » Traduction de Heilporn 2000.

34 SB XIV 11850 (13 fév. 149 ap. J.-C., Théadelphie) : ἀπὸ τῆς Μάρκου Κλαυδίου Σαβείνου [δημοσ]ί̣[ας τραπέζη]ς/Ζωίλῳ Ζω̣ιγ[ᾶ]τ̣ο̣ς καὶ Κ̣αλ̣λ̣ιμ̣ή̣[δει] Δ̣ι̣ογ[έν]ο̣υ̣ς̣ [Ἀσκα]λωνε(ίταις) (…) Γάιος Λονγεῖνος Κέλερ καὶ Τιβέριος Κλαύδιος Χάρης ἃς ἐπέστειλαν/ ὑμεῖν σὺν Σωστράτῳ κα̣ὶ̣ Σώσῳ ἀμφοτέροις Διοπ̣είθους Ἀσκαλωνε(ίταις) / συνναυκλήροις ὑμῶν πλοίου ἀκάτο(υ) ᾧ ἐπιγραφ\ὴ/ Ἀντίνοο(ς) Φιλοσάραπ(ις) Σώζων ἀλ/ λ̣ηλενγύοις̣ εἰς ἔκτεισιν δά̣νι̣ον ναυτικὸ(ν) κατὰ ναυτικὴν συνγραφὴν ἧς ἡ ἔν/ γ̣ειος παρʼ ἐμ̣οὶ τῷ τραπ(εζίτῃ) ἐπι ̣( )ω[ ̣ ̣]κ̣η̣ ̣( )ω̣ προγεγραμμένῳ πλοίῳ καὶ τοῖς / τούτο(υ) / σκεύεσι ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ἐσχάτῳ ναύ[λ]ῳ (…). « De Marcus Sabinus de la banque de … à Zoilos, fils de Zminis et à Kallimedes fils de Diogenes Ascalonites (…) Gaius Longinus Celer et Tiberius Claudius Charesas vous ont accordé, ainsi qu’à Sostrate et Soson, tous deux fils de Diopeithés, sunnauclères de votre navire, un acatos, nommé Antinoos Philosarapis Sozon, qui se portent garants du remboursement, un prêt maritime, conformément à un contrat , dont un exemplaire a été remis au banquier. En échange d’une hypothèque sur le navire, son appareaux et son prochain fret (…). » Traduction de Charles-Picard et Rougé 1969, p. 167-168.

35 Kayser 1994, p. 250-253, n. 83 : Λεύ̣κ̣ιος Τοννήιος Ἀντέρως̣· / εὐπλοία ὑ̣πὲρ πλοίου / Νικαστά<ρ>της {²vac.}² / (ἔτους) μγʹ Καίσαρος Μεχὶρ καʹ « Lucius Tonneius Antérôs (a fait un vœu de) bonne navigation pour le navire Victoire-d’Astarté, l’an 43 de César, le 21 Mécheir. » Traduction de Kayser 1994.

36 I Portus 2 et 3, cf. Sacco 1984, p. 12-16 ; Kayser 1994, n. 84, p. 252-256.

37 Il est particulièrement intéressant de constater que les divinités Isis et Adraste sont très souvent identifiées avec Némesis. Cf. également I Portus 3.

38 TPSulp 52 : Chirographum C(ai) No//vii Euni HS III(milia) mutuor(um) / praeter alia HS X(milia) // ob pignus tritici // C(aio) C(a)es{sas}are Germanico Aug(usto) / Ti(berio) Claudio Germanico co(n)s(ulibus) / VI Nonas Iulias (…)dedi ei / pignoris tri<t=D>i<c=G>i Al(e)xandrini modi/um septe(m) milia quo<d=T> est pos{s}it[um] / in hor(r)eis Bassianis pu<b=P>licis Put(e)ola[n(orum)] / medi(i)s hor(r)eo duode[cimo] et sac(c)os ducen[t]/os lentis c[ice]r[is ---]issi monocopi / et faris in quibus sunt modium / quat(tu)or milia qui sunt pos{s}iti in / isdem hor(r)eis qu(a)e om{i}nia ab om{i}ni / vi p(e)riculo meo est fat(e)or / actum Put(e)olis // C(ai) Novii E[uni] / A(uli) M[evii] A(uli) f(ilii) / Fal(erna) Iu[li] / Cypaeri / [---] / [C(ai) Novii Euni] ; TPSulp 45 : Chir[ograp]hum Diogne//ti C(ai) Novii Cypaeri servi / co[ndu]ctionis hor//rei XII in Bassianis / in quo triticum est // p[i]gnori accept(um) a C(aio) Novio Euno // C(aio) Caesare Germanico Augusto / Ti(berio) Claudio Nerone Germanico co(n)s(ulibus) / VI Non(as) Iulias (…) act(um) Put<e=I>olis // C(ai) Novii Cypaeri / A(uli) Mevii A(uli) f(ilii) Fal(erna) Iuli / Diogneti C(ai) Novii Cypaeri ser(vi) / C(ai) Novii Cypaeri l(iberti) Euni / Irenaeni C(ai) Iuli Senecionis / ser(vi) / [Dio]gneti / C(ai) Novii Cypaeri ser(vi) //. Cf. Camodeca 1994, p. 104-105.

39 SB XVIII 13167, milieu du iie s. ap. J.-C., le lieu de rédaction du document était l’un des ports romains sur la mer Rouge, cf. l. 2-12 δώσω καμηλείτηι ἀξιοχρέωι πρὸς ἐπίθεσιν τῆς εἰς Κόπτον / [εἰσόδο]υ̣ καὶ ἀνοίσω διὰ τοῦ ὄρους μετὰ παραφυλακῆς καὶ ἀσ̣φ̣α̣λεί̣ας / [εἰς τὰ]ς̣ ἐπὶ Κόπτου δημοσίας παραλημπτικὰς ἀποθήκας καὶ ποι/[ήσω ὑ]π̣ὸ τὴν σὴν ἢ τῶν σῶν ἐπιτρόπων ἢ τοῦ παρόντος αὐτῶν / [ἐξουσία]ν καὶ σφραγεῖδα μέχρι ποταμοῦ ἐμβολῆς καὶ ἐμβαλοῦμαι /[τῶι δέ]οντι καιρῶι εἰς ποταμὸν ἀσφαλὲς πλοῖον καὶ κατοίσω εἰς τὴν / [ἐν Ἀλεξ]ανδρείᾳ τῆς τετάρτης παραλημπτικὴν ἀποθήκην καὶ ὁ/[μοίω]ς̣ ποιήσω ὑπὸ τὴν σὴν ἢ τῶν σῶν ἐξουσίαν καὶ σφραγεῖδα « Je donnerai (la cargaison) à un chamelier digne de confiance pour le transport à Coptos, je ferai remonter (le chargement) par le désert sous surveillance et en sécurité jusqu’aux entrepôts publics pour le calcul des frais de douanes à Coptos. Je mettrai la cargaison sous ton autorité et sous ton sceau, ou de tes agents ou de ceux parmi eux qui seront présents, jusqu’au chargement (pour le transport) fluvial. Je chargerai (la cargaison) dans le temps consenti sur un navire sûr et je la transporterai dans les entrepôts publics pour le calcul des frais de douane à Alexandrie ; de la même manière, je mettrai (la cargaison) sous ton autorité et sous ton sceau ou de tes agents. »

40 P. Lond. II 256 (a), 15 ap. J.-C., Fayoum.

41 P. Lond. II 256 (a), l. 6-17 : ὁμ[ολ]ογῶ ἐνβεβλ̣ῆσ[θ]αι παρά σου ἐπὶ τοῦ κα̣/[τὰ Πτολ]εμαίδα [Ὅρμ]ου τοῦ Ἀρσινοίτ[ου] νομοῦ ἐν Ἐβορ̣ῆ̣ις / [εἰς ̣ ̣ ̣]υσου καὶ Φιλ̣ο̣λόγου λόγομ (…) πυροῦ πρώτου [Σ]υ[ρ]ι/[ακοῦ] καθαλοῦ ἀ̣δ[ό]λου ἀκρίθου κεκ[ο]σκ[ι]νευμένου μέ/[τρῳ δημο]σίῳ κ̣ανκ̣ερλοτῷ̣ τῷ ἀνενηνεγμένῳ ὑπʼ [ἐ]/[μοῦ ἀ]πὸ Ἀλε[ξα]νδρέας πρώτου Συριακοῦ ἀρτάβ[ας] / [χιλία]ς ἑπτακοσ[ία]ς δέκα ὀκτὼ ἡμισον (…) / [ἃς καὶ] καταστ[η]σο εἰς Ἀλεξάνδρεαν καὶ παραδ[ώσω τῷ] / [ ̣ ̣ ̣ ύσ]ῳ καὶ Φιλολόγου ἠι ὗς ἂν συν̣τασος̣ δοθῆ[ναι] το / [ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣] ̣συπ[ ̣ ̣ ̣ ̣] ̣ ̣ ̣ιμε̣[ν]ο̣ν̣ δῖγμα « je déclare qu’ont été chargées par toi dans le port de Ptolémaïs Hormou du nome Arsinoïte, dans le village d’Eboreis, (pour le) compte de […] et de Philologos (…) des prémices de blé syrien pur, non adultéré, non mélangé à de l'orge, mesuré avec la mesure publique de bronze (?), apportée sous ma responsabilité depuis Alexandrie, des prémices (de blé) syrien artabes mille sept cent dix-huit et demi (…) que je livrerai à Alexandrie et que je remettrai à … et à Philologos ou à ceux qui auront été investis pour que leur soit donné [ligne fragmentaire] l’échantillon. »

42 CIL X 1793, ier s. ap. J.-C. : L(ucio) Calpurnio L(uci) f(ilio) / Capitolino // C(aio) Calpurnio L(uci) f(ilio) / [[6]] // mercatores qui Alexandr(iai) Asiai Syriai negotiantur. « À Lucius Calpurnius Capitolinus, fils de Lucius, et à Caius Calpurnius fils de Lucius les marchands qui font du négoce à Alexandrie, en Asie et en Syrie (consacrent ces statues) », cf. CIL X 1613, fin ier s. av. J.-C. : [L(ucius) C]alpurnius L(uci) f(ilius) templum Augusto cum ornamentis d(e) s(uo) f(ecit). « Lucius Calpurnius, fils de Lucius a fait (construire) à ses frais le temple d’Auguste avec son décor ». Cf. Tchernia 2011a, p. 64-66.

43 Kayser 1994, p. 26-30, n. 5 : Germanico Caesari Ti(beri) [Caesaris Aug(usti) f(ilio)] / L(ucius) Valerius [---] / L(ucius) Tonneius L(uci) f(ilius) [---] /A(ulus) Mevius {²vac.}² A(uli) [f(ilius) ---] / magistri Larum Aug̣[ustorum] / anno V Ti(beri) Cae[saris Aug(usti)]. « À Germanicus César, fils de Tibère César Auguste, Lucius Valerius..., Lucius Tonneius, fils de Lucius..., Aulus Mevius, fils d’Aulus…, “maîtres des Lares Auguste” (ont dédié cette statue) l’an 5 de Tibère César Auguste ». Traduction de Kayser 1994.

44 Kayser 1994, p. 228, n. 72 : Μηουίαν Αὔλου / θυγατέρα Τερτίαν / τὸ Νεμεσῆον « (Statue de) Mevia Tertia, fille d’Aulus (érigée par) le personnel du Nemeseon ». L’inscription, gravée sur un bloc de calcaire, accompagnait la statue de Mevia Tertia et devait être exposée au sein du sanctuaire, situé dans les quartiers occidentaux d’Alexandrie. Les témoignages se rapportant au culte de Némésis à Alexandrie et plus généralement en Égypte, ne sont pas assez nombreux pour que l’on puisse apprécier sa portée d’un point de vue social, cf. Lichocka 2004.

45 Bernand 1984, p. 189-180, n. 62, Coptos, 41-54 ap. J.-C. : ὑπὲρ〚Τιβερίου〛 Κλαυδίου Καίσαρος /Σεβαστοῦ Γερμανικοῦ Αὐτοκράτορος /Ἴσιδι θεᾷ μεγίστῃ [ἐκ τῆς ἰδί]ας δα[πάνης ?] - - - - - - - - - - - ’Α̣δ̣α̣νίτης ? της ἔμπορος ἀνέθηκεν /ἔτους δʹ Νέρωνος, Φαιῶφι ιηʹ., « Pour Tibère Claude César Auguste Germanique empereur, à Isis, déesse très grande, à ses propres frais, ------ marchand d’Aden, a dédié cette stèle, l’an … le 18 Phaophi »; ibid., p. 193-195, n. 65, Coptos, 70 ap. J.-C. : ὑπὲρ Αὐτοκράτορος Καίσαρος / Οὐεσπασιανοῦ Σεβαστοῦ / καὶ τοῦ οἴκου αὐτοῦ Ἴσιδι καὶ /Ἥραι θεαῖς μεγίσταις Ἑρμερῶς / Ἀθηνίωνος Ἀδανείτης, Ἐρυθραῖος / ἔμπορος, (ἔτους) βʹ, μηνὸς Καισαρείου Μεσορὴ ιϛʹ « Pour l’empereur César Vespasien Auguste et sa maison à Isis et à Héra, déesses très grandes, Hermérôs, fils d’Athénion, d’Aden, négociant de la mer Rouge (a fait cette dédicace), l’an 2, le 16 du mois de César-Mesoré. »

46 I. Portus 2 et 3 ; Kayser 1994, p. 252-256, n. 84. Cf. De Salvo 1992, p. 478-481 ; Sirks 1991, p. 103-106 ; Keay 2008.

47 I. Portus 2, fin iie s. ap. J.-C. : ὑπὲρ σωτηρίας καὶ διαμονῆς/ τοῦ κυρίου Αὐτοκράτορος / Κομμόδου Σεβαστοῦ/ οἱ ναύκληροι τοῦ πορευτικοῦ / Ἀλεξανδρείνου στόλου « Pour la pérennité et le salut de l’empereur Commode Auguste, les nauclères des navires de transport d’Alexandrie (ont dédié cette statue). »

48 Kayser 1994, p. 252-256, n. 84 : Ὑπὲρ διαμονῆς τοῦ κυρίου /ἡμῶν Αὐτοκράτορος Καίσαρος /Λουκίου Σεπτιμίου Σευήρος(!) /Περτίνακος Σεβαστοῦ καὶ εὐ/πλοίας τοῦ στόλου ΕΥΕΟΛΗΜΗΤΟ/ΥΕΣ πλοίων πορευτικῶν καὶ παν/τὸς̣ [τοῦ ca. 5 l.]ΦΥΜΟΥ καὶ Ἀλεξαν[δρε]/ί̣ν̣ου Γαίου Αἰλίου Αὐρηλί/ου Ἀ̣ν̣τ̣ω̣ν̣ί̣ο̣υ̣ καὶ ὡς χρηματίζει, /[ναυ]κ̣λήρ̣ου, ἐπὶ Λ(ουκίου) Μαντεννίου /Σαβείνου ἐπάρχου Αἰγύπτου, /(ἔτους) βʹ, Φαρμοῦθι κϛʹ « Pour la pérennité de notre souverain l’empereur César Lucius Septime Sévère Pertinax Auguste et la bonne navigation de la flotte…des navires de transport et de tout(e)… et alexandrin(e) (de ?) Caius Aelius Aurelius Antonius , etc. nauclère, Lucius Mantennius sabinus étant préfet d’Égypte, l’an 2, le 26 Pharmouthi. » Traduction de Kayser 1994.

49 I. Portus 3, 200-201 ap. J.-C. : ὑπὲρ σωτηρίας καὶ ἐπανόδου / καὶ ἀϊδίου διαμονῆς τῶν κυρίων / Αὐτοκρατόρ(ων) ∙ Σεουήρου καὶ Ἀντωνίνου / καὶ Ἰουλίας Σεβ(αστῆς) καὶ τοῦ σύνπαντος / αὐτῶν οἴκου καὶ ὑπὲρ εὐπλοίας / παντὸς τοῦ στόλου τὴν Ἀδράστιαν / σὺν τῷ περὶ αὐτὴν κόσμῳ / Γ(άϊος) ∙ Οὐαλέριος Σερῆνος νεωκόρος / τοῦ μεγάλου Σαράπιδος / ὁ ἐπιμελητὴς παντὸς τοῦ / Ἀλεξανδρείνου στόλου / ἐπὶ Κλ(αυδίου) ∙ Ἰουλιανοῦ ἐπάρχου / εὐθενείας « Pour la pérennité, le bon retour et le salut éternel de (nos) seigneurs les Empereurs Sévère, Antoninus, Iulia Auguste et de tous ceux de leur maison, pour l’heureuse navigation de tous les navires (d’Alexandrie), C. Valerius Serenus, prêtre du grand Sarapis, curateur de tous les navires (de transport) d’Alexandrie, (a offert cette statue d’) Adrasteia avec tous les ornements, Claudius Iulianus étant préfet de l’annone. »

50 P. Giss. I 11, 10 juillet 118 ap. J.-C.

51 P. Giss. I 11, l. 4-11 : Παπείρεις Ἀπολλωνίῳ στρατηγ(ῷ) /Ἀπολλωνοπολείτου (ἑπτα)κωμίας /τῷ τιμιωτάτῳ χαίρειν. γινώσκειν σε θέλω ὅτι ἐπεστά/λην εἰς τ̣ὸν ὑπό σοι νομὸν μόνος /καὶ πλαιρειδῖν ὡς ἀρταβῶν {(ἀρταβῶν)} Δ /ἐμοῦ αἰτησαμένου τὸν νομὸ\ν/ /Βησαρίωνος εἴπαντος. ἐπεσταλ{η\ν/}/μένος δὲ κατεσχέτ̣ην ὑπ̣ὸ̣ τ̣ο̣[ῦ] /ἐπιτρόπο̣υ ὥστε εἱερατεύειν /τοῦ χειρεισμ̣ο̣ῦ τῶ̣ν κυβερν̣[ητ(ῶν).] « Papeiris à Apollonios, stratège de l’Apollonopolite Heptakomia, très cher salut. Je désire que tu saches qu'il m'a été enjoint d'aller seul dans ton nome, avec une embarcation de 4 000 artabes. C'est moi qui ai demandé ton nome et Besarion a donné son consentement. Mais, une fois que j'ai reçu le mandat, j'ai été retenu par le procurateur afin d'exercer la prêtrise du cheirismos des capitaines de navires. »

52 Sur les collèges et les corpora de naviculaires attestés dans l’Occident romain, cf. De Salvo 1992 ; Sirks 1991, p. 38-60, 81-107 et 120-125. Sur les collèges en rapport avec l’annone, voir désormais Tran 2006, p. 302-334.

53 P. Giss. I 11, l. 8-10 : ἐπεσταλ{η\ν/}/μένος δὲ κατεσχέτ̣ην ὑπ̣ὸ̣ τ̣ο̣[ῦ] /ἐπιτρόπο̣υ. Sur le procurateur de Neapolis cf. Pavis D’Escurac 1976, p. 132-139 ; Demougin 2007, p. 88-89.

54 Papeiris possédait ou exploitait une quantité importante de navires. Outre la petite embarcation mentionnée à la ligne 6, ayant un tonnage de 4 000 artabes, il est également question de plusieurs navires ayant un tonnage total de 80 000 artabes, soit 62 400 tonnes.

55 Flavius Josèphe, Antiquitates Iudaicum, XIX, 5, 276. La documentation papyrologique n’a pas conservé le nom de C. Iulius Alexander comme curateur de la propriété d’Antonia Minor, cf. Parassoglou 1978, p. 70. Sur l’histoire de la propriété égyptienne d’Antonia Minor, cf. Parassoglou 1978, p. 20-21.

56 Flavius Josèphe mentionne à plusieurs reprises C. Iulius Alexander en qualité d’arabarque (XVIII, 6, 159 et 8, 259 ; XIX, 5, 276 ; XX, 7, 147) ou de « celui qui exerce l’arabarquie » (Flavius Josèphe, Antiquitates Iudaicum, XX, 5, 100). Les bouchons d’amphores provenant du désert oriental prouvent l’existence du titre d’arabarque, dont F. Burkhalter met en avant la permanence même après le déroulement effectif de la charge (Brukhalter-Arce 1999, p. 49-50). La liste des arabarques présentée par F. Burkhalter (Burkhalter-Arce 1999, p. 50-53) doit être désormais enrichie de deux nouveaux noms, Cl. Aniketos et Apollonios, cf. Deneker et Vandorpe 2007, p. 122.

57 Flavius Josèphe, Antiquitates Iudaicum, XX, 5, 100 : Ἦλθε δὲ Φάδῳ διάδοχος Τιβέριος Ἀλέξανδρος Ἀλεξάνδρου παῖς τοῦ καὶ ἀλαβαρχήσαντος ἐν Ἀλεξανδρείᾳ γένει τε καὶ πλούτῳ πρωτεύσαντος τῶν ἐκεῖ καθ' αὑτόν. Διήνεγκε καὶ τῇ πρὸς τὸν θεὸν εὐσεβείᾳ τοῦ παιδὸς Ἀλεξάνδρου· τοῖς γὰρ πατρίοις οὐκ ἐνέμεινεν οὗτος ἔθεσιν « À Fadus succéda Tiberius Alexander, fils d'Alexander, l'ancien alabarque d'Alexandrie, qui dépassait en son temps tous ses concitoyens par sa noblesse et sa richesse et l'emporta même par sa piété envers Dieu sur son fils Alexander ; car celui-ci ne resta pas fidèle à la religion de ses pères. »

58 Flavius Josèphe, Bellum Iudaicum, V, 5, 3 (205) : καὶ τὸν κόσμον πολυτελέστερον ἐπὶ δαψιλὲς πάχος ἀργύρου τε καὶ χρυσοῦ. Τοῦτον δὲ ταῖς ἐννέα πύλαις ἐπέχεεν ὁ Τιβερίου πατὴρ Ἀλέξανδρος « Et son ornementation était plus magnifique, en raison de l'épaisseur de l'argent et de l'or qui y étaient prodigués. C'est Alexandre père de Tibère qui en avait garni les neuf autres portes. »

59 Cf. Philon d’Alexandrie, Legatio ad Gaium, 157-158 : des offrandes païennes ainsi que des sacrifices étaient célébrées dans le Temple de Jérusalem sous Auguste, qui aurait en outre assuré les financements. Cf. Labbé 2012, p. 54. Sous Caligula et Claude, le don de la chaine en or au roi Agrippa Ier ainsi que son exposition dans le Temple de Jérusalem auraient évoqué la subordination politique du roi de Judée aux empereurs romains. Cf. Labbé 2012, p. 113-114. Particulièrement significative de la supervision romaine sur le déroulement du culte judaïque à Jérusalem fut l’attribution de la garde des vêtements sacrés aux préfets de Judée. Cette tâche fut remise aux autorités juives à la fin du principat de Tibère. Labbé 2012, p. 120, n. 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucia Rossi, « Entre gentes putéolitaines et élite alexandrine : étude des acteurs du commerce au long cours dans l’Égypte romaine », Cahiers « Mondes anciens » [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 21 décembre 2015, consulté le 23 mai 2016. URL : http://mondesanciens.revues.org/1556 ; DOI : 10.4000/mondesanciens.1556

Haut de page

Auteur

Lucia Rossi

LabEx HASTEC, ANHIMA - UMR8210

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers « Mondes Anciens » sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques - UMR 8210
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org