Navigation – Plan du site
L'écriture efficace

Le pouvoir de l’écriture dans la magie

Attilio Mastrocinque

Résumés

Les papyrus et les écrits magiques de l’Antiquité (époques impériale et tardive) témoignent d’un usage performatif et rituel de l’écriture, où les mots et les lettres disposés en triangles, en rectangles, en cercle, en vertu de la nature géométrique et mathématique de toutes choses, sont réputés guérir, protéger ou envoûter efficacement, selon que des lettres sont retranchées ou ajoutées (dans le triangle) à un mot initial, multipliées (dans le rectangle ou le carré), ou encore disposées en palindrome.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

écriture, magie, démon
Haut de page

Texte intégral

1L’écriture peut constituer un rite sacré parce qu’on écrit des noms, des formules ou des signes sacrés, parce qu’on écrit sur des images divines ou des objets sacrés, parce que ceux qui écrivent sont des opérateurs du sacré en fonction, enfin parce qu’une écriture particulière doit être tracée selon une modalité rituelle.

2Nous envisageons ici le cas d’une écriture performative employée dans la magie. Est « performative » une parole qui agit par le fait même qu’on la prononce. Ainsi, par exemple, quand je dis : « Je te bénis », tu es béni par ce fait même que la formule est prononcée. L’écriture aussi peut être performative. Dans le moment même où j’écris, une action se produit du fait même que j’ai tracé les mots selon certaines modalités précises. Un tel art était employé dans la magie antique : il unissait le sens des mots à des formes géométriques que l’on conférait au tracé de ces mots. Ensemble, forme géométrique et contenu donnaient aux mots une force particulière, propre à l’écriture avant toute prononciation.

  • 1 Testament de Salomon XIX, 58.

3Le Testament de Salomon, une œuvre de magie judaïsante de la première époque impériale, décrit le pouvoir des démons et les moyens de les exorciser et de les contrôler. Le démon Rhyx se présente en disant : « Je m’appelle aussi Rhyx Achôneôth. Je cause le mal au pharynx et aux amygdales. Si quelqu’un écrit sur une feuille de lierre ΛΕΙΚΟΥΡΓΟC, en forme de grappe ΑΝΑΧΩΡΙC, tu t’en vas »1.

4Évidemment il fallait écrire :

ΛΕΙΚΟΥΡΓΟC

ΑΝΑΧΩΡΙC

ΝΑΧΩΡΙ

ΑΧΩΡ

ΧΩ

5Ou plutôt, étant donné que le nombre de lettres est pair :

ΛΕΙΚΟΥΡΓΟC

ΑΝΑΧΩΡΙC

ΝΑΧΩΡΙC

ΑΧΩΡΙC

ΧΩΡΙC

ΩΡΙC

ΡΙC

ΙC

C

6Il s’agit d’une mauvaise graphie de Λυκοῦργοc ἀναχωρεῖc, « Lykourgos, tu t’en vas ». Lykourgos est l’ennemi de Dionysos, toujours représenté en train de couper la vigne avec sa hache.

  • 2 Pintaudi, 1959 : nr. 59 = PGM CXX.

7Un papyrus de la Bibliothèque Laurentiana de Florence conserve une amulette du même type2 :

CΤΑΦΥΛΟΤΟΜΟC

ΤΑΦΥΛΟΤΟΜΟC

ΑΦΥΛΟΤΟΜΟC

ΦΥΛΟΤΟΜΟC

ΥΛΟΤΟΜΟC

ΛΟΤΟΜΟC

ΟΤΟΜΟC

ΤΟΜΟC

ΟΜΟC

ΜΟC

ΟC

C

  • 3 Cf. Marcellus Empiricus, De médicina XIV. 25 ; Pintaudi, 1959 : l.c. ; Kotansky, in PGMT, p. 316 ; (...)

8On aura reconnu le double sens du grec staphulê et du latin uva3, qui se donne à lire sur un double registre : à la fois grappe de raisin et uvule (c’est-à-dire la luette, et par contiguïté les amygdales) ; et le mot lui-même tel qu’il est dessiné en forme de grappe sur l’amulette. Cependant le mot cταφυλότομοc ne signifie pas « en coupant la grappe » , mais « celui qui coupe la grappe », c’est à dire, précisement, Lykourgos. L’idée qui préside à cette formule magique est que Lykourgos est une menace pour la vigne, et que pour cette raison la maladie qui rend l’uvule ou les amygdales semblables à une grappe de raisin s’enfuit au nom du coupeur de vignes. Aussi la formule Λυκοῦργοc ἀναχωρεῖc doit s’entendre : « Voici Lykourgos, et toi, maladie en forme de grappe, tu t’en vas ».

  • 4 Sambon, 1909 : p. 112 ; Daniel & Maltomini, cit.

9Une gemme en lapis-lazuli de la Bibliothèque Nationale de Paris4 est gravée d’une semblable inscription :

CΤΑΦΥΛΗ

ΤΑΦΥΛΗ

ΑΦΥΛΗ

ΦΥΛΗ

ΥΛΗ

ΛΗ

Η

10Sur l’autre face de la gemme est gravée l’image d’une grappe.

11Ce type d’amulette fait partie d’une série de remèdes qui ont recours à des figures de la mythologie grecque pour combattre des maladies en invoquant certaines caractéristiques mythiques des héros.

  • 5 PGM XVIIIb.

12Si l’on suit la piste ici découverte, il devient possible de reconnaître la vraie nature d’un papyrus magique5, connu depuis longtemps, dans lequel on lit :

ΓΟΡΓΩΦΩΝΑC

ΟΡΓΩΦΩΝΑC

ΡΓΩΦΩΝΑC

ΓΩΦΩΝΑC

ΩΦΩΝΑC

ΦΩΝΑC

ΩΝΑC

ΝΑC

ΑC

C

13Ces lettres ainsi disposées sont accompagnées de la formule suivante :

Je vous adjure, au nom du nom saint, de guérir Dionysos, dit aussi Anys, mis au monde par Héraklia, de tout frisson et fièvre, soit journalière soit intermittente, le jour ou la nuit, soit quartaine. Maintenant, maintenant, maintenant! Vite, vite, vite!

  • 6 PGMT, p. 255.

14Dans la récente traduction anglaise des papyrus magiques6, John Scarborough suppose que Gorgophonas est un accusatif pluriel féminin, pouvant se référer à Athéna, qui tua la Gorgone. En réalité, celui qui tua la Gorgone fut Persée, et non pas Athéna.

  • 7 Dans le Testament de Salomon XIII, 43-44 on retrouve le démon Obyzouth, c’est-à-dire Abyssos, qui n (...)

15Donc Gorgophonas (Γοργωφώναc) doit être un masculin dorique, nominatif comme Λυκοῦργοc, et doit correspondre à Gorgôphonês (Γοργωφόνηc) ou Gorgôphontês (Γοργωφόντηc). Comme le nom de Lykourgos coupeur de vignes fait s’enfuir la maladie à forme de grappe de raisin, ainsi le nom de Persée, tueur de la Gorgone, fait s’enfuir le démon de la malaria7.

  • 8 Neverov, 1976 : n° 143a. Pradel, 1907, p. 266-7, publie une amulette du moyen âge contre la quartai (...)

16Une gemme magique très fameuse, conservée à Saint-Pétersbourg, représente Persée tenant la tête de Méduse dans sa main, avec l’inscription : φ[γε] ποδάγρα [Π]ερσεύς σε διώχι 8 : « Fuis, podagre, Persée te poursuit ».

  • 9 Festugière, 1975, p. 151 ; Id., 1951, p. 86-9 ; Seyrig, 1934, p. 1-5 ; Bonner, 1950, p. 87-9 ; Dela (...)

17On connaît une petite série de gemmes magiques9 en hématite, qui étaient portées pour combattre les pertes de sang provoquées soit par des hémorragies, soit par des menstruations irrégulières, soit par des ulcères. Elles représentent le dieu Arès accompagné de l’inscription :

ΔIΨACTANTAΛEAIMAΠIE

IΨACTANTAΛEAIMAΠIE

ΨACTANTAΛEAIMAΠIE

ACTANTAΛEAIMAΠIE

CTANTAΛEAIMAΠIE

TANTAΛEAIMAΠIE

ANTAΛEAIMAΠIE

NTAΛEAIMAΠIE

TAΛEAIMAΠIE

AΛEAIMAΠIE

ΛEAIMAΠIE

EAIMAΠIE

AIMAΠIE

IMAΠIE

MAΠIE

AΠIE

ΠIE

IE

E

  • 10 Barb, 1952.
  • 11 Barb, o.c.

18L’inscription signifie « Tantale, tu as soif : bois du sang! » Le sens de ce texte a été éclairci par Alphonse Barb10 : « Le sang va se retirer d’un seul coup, aussitôt que le malheureux damné tentera de le boire ». Le recours à la figure de Tantale est attesté aussi par des recettes médicinales ou de tradition populaire11.

  • 12 Serenus Sammonicus prescrit, dans son Liber médicinales 51 (935 p. 48-9 Pépin), d’écrire un triangl (...)

19Nous nous bornons aux amulettes qui ont recours à des figures géométriques de ce type, tout en rappelant qu’il existe d’autres amulettes semblables, évoquant Éole ou Héraklès contre les maladies. On peut aisément supposer que la série des amulettes médicinales invoquant des personnages du mythe grec au moyen de formules inscrites en triangles remontent au même manuel de magie12.

  • 13 Daniel & Maltomini, 1979 : p. 93 ; Versnel, 1996 : p. 265-6.

20Le nom ou la phrase sont efficaces contre les maladies, c’est-à-dire contre les démons des maladies, parce qu’ils sont écrits en triangle. Les mots en triangle peuvent subjuguer les démons ; ils ont une puissance qui leur vient de leur nature divine et du fait qu’ils additionnent les pouvoirs de chacune des parties qui les composent. Parfois les triangles ont, au contraire, la vertu de soustraire, comme dans le cas du mot cταφύλη. En effet, le nom d’une maladie ou d’un élément qui évoque la maladie s’écrit de façon que le décroître du mot efface progressivement la maladie même13.

21Les papyrus magiques offrent à leur tour quantité de formules inscrites en triangle ou en d’autres formes géométriques, destinées soit à chasser les maladies, soit à soumettre des démons dans une intention maléfique, comme dans le cas des défixions.

22Parmi les formules en triangles nous distinguerons les palindromes et le recours aux sept voyelles, comme dans la recette du papyrus magique XCVIII, appelant Sérapis à libérer (de maladies) une certaine Artémidora et prescrivant un triangle ainsi composé :

A

EE

HHH

IIII

OOOOO

ΥΥΥΥΥΥ

ΩΩΩΩΩΩΩ

  • 14 Par exemple PGM XVIIa, 1-25 ; XXXVI, 115-133 ; XXXIX, 1-21.
  • 15 XXXVI, 231-55.

23On rencontre des triangles ou des séries de triangles du même ordre14 dans certaines formules d’attraction, quelquefois très aggressives, comme celle du papyrus magique XXXVI15 où apparaissent trois figures géométriques, dont la troisième est désignée comme un bathron, une « échelle » :

Ερικιcηφηαραραχαραφθιcικηρα

ρικιcιφθηαραραχαραηφθιcικηρ

ικιcιφθηαραραχαραηφθιcικη

(βάθρον)

24Le cas le plus extrême est celui du papyrus magique XIX, qui servait pour contraindre et subjuguer l’âme d’un mort et l’envoyer plier la volonté d’une femme au désir amoureux du bénéficiaire de la magie. Ce papyrus plein de séries géométriques a été trouvé replié dans la bouche d’un mort.

  • 16 Mastrocinque, 2008 : n° Ro 21.
  • 17 Wünsch, 1898 : p. 50-51, n. 48 ; cf. p. 41, n. 34.

25Le même nom magique Eulamô (« éternité ») en formation triangulaire réapparaît sur une pierre gravée destinée à susciter une attraction amoureuse16, ainsi que sur une défixion à l’encontre des cochers du cirque, découverte à Rome17.

ΕΥΛΑΜΩ

ΥΛΑΜΩ

ΛΑΜΩ

ΑΜΩ

ΜΩ

Ω

  • 18 PGM I, 12-19.
  • 19 U. Wilken, 1901, p. 422 : « Abstufungsfigur » ; Frankfurter, 1994, p. 200 : « seven-layered » ; Kot (...)

26Étant donné que le tracé de ces figures géométriques avait le pouvoir de soumettre les démons, on l’employait pour obtenir un démon assistant. La procédure est décrite dans le PGM I18 dans lequel deux formations de voyelles sont dessinées et appelées κλίματα, terme énigmatique qui doit probablement se comprendre comme κλίμακεc, « échelles »19, définissant la formation triangulaire que nous avons mentionnée ci-dessous.

Α

EE

HHH

IIII

OOOOO

ΥΥΥΥΥΥ

ΩΩΩΩΩΩΩ

ΩΩΩΩΩΩΩ

ΥΥΥΥΥΥ

OOOOO

IIII

HHH

EE

A

  • 20 PGM XIII, 1001-5. Selon Frankfurter, 1994, p. 205, les séries magiques de voyelles dérivent des hym (...)

27On ne saurait dire quelle était l’origine précise de cette géométrie de la parole magique. Un papyrus magique20 prescrit de graver une lamelle d’une série de charaktêres en étant soi-même en état de pureté, les poignets enguirlandés de fleurs, après avoir offert de l’encens. La force de cette étrange méthode d’écriture rituelle résidait dans les figures géométriques réalisées. Il est possible que le mot « échelle » se soit référé seulement à la forme du triangle, pourvu de marches formées par le décalage des lettres.

  • 21 Pteryx, pterygoma : PGM II, 2 e 5 ; VII, 716 ; XIII, 903-4 ; kardiai : PGM II. 68 ; VII, 523 ; LXII (...)
  • 22 IV, 1305 ; V, 348 ; 360 ; VII, 656.
  • 23 Sur les noms des formations de mots et leur emploi : Daniel & Maltomini, 1990, p. 4-6 ; Kotansky, 1 (...)

28Dans les papyrus magiques on lit que les formations de lettres ou de mots en triangles sont dites « ailes » ou « cœurs » (pteruges, pterugômata, kardiai21), ou, en cas de formation en rectangle, plinthion22, « briquette ». Probablement s’agit-il simplement d’une ressemblance triviale entre les formes des mots et celles des ailes, des cœurs ou des briques : ces noms seraient donc tout à fait conventionnels. Sans doute la grappe destinée à guérir l’uvule est-elle une exception23, car elle se trouve présenter la même forme que la maladie.

  • 24 Alphabet, pp-58-59.
  • 25 Philolaos, fr. A 11 Timpanaro Cardini ; Jamblique, Vie de Pythagore 18. 82 (où la Tétraktys est déf (...)

29Le principe inspirateur des triangles est l’exaltation du mot magique à travers sa multiplication. Franz Dornseiff24 a remarqué que la formation en triangle remontait à une tradition des Pythagoriciens, qui concevaient la Tétraktys comme la génération du 10 par sa mère, le 4, à travers l’addition de 1+2+3+425. On représentait parfois la Tétraktys sous forme de triangle :

°

°°

°°°

°°°°

  • 26 Damascius, Vie d’Isidore, dans Photius, 343 a2. Platon se servait de calculs du même genre quand il (...)

30Ce type de figure géométrique et mathématique intéressait aussi les Platoniciens, jusqu’à Damascius26, selon qui la chatte calculait les 28 formes de la lumière de la lune, parce qu’elle engendrait 28 petits, 7 à la première portée, 6 à la deuxième, 5 à la troisième, 4 à la quatrième, à la cinquième, 2 à la sixième, 1 à la septième, avec un schéma en triangle de 28 unités :

°°°°°°°

°°°°°°

°°°°°

°°°°

°°°

°°

°

  • 27 GMA I, n° 37, p. 202-205.
  • 28 In Johannis Evangelium CXXIII. 8. 35-43 ; Corpus Christianorum XXXVI, 673 : le nombre 153 correspon (...)

31Roy Kotansky27 a récemment étudié une lamelle-phylactère d’Éphèse portant une série de 17 voyelles dans une formation triangulaire de 17 lignes, qui donne un total de 153 voyelles. Kotansky a identifié dans le commentaire de saint Augustin à l’évangile de Jean28 la clé d’interprétation de cette figure. Augustin écrit que 153 est la somme de : 1+2+3+4+5+6+7+8+ 9+10+11+12+13+14+15+16+17.

  • 29 Mastrocinque, 2005 : p. 109-114.

32L’« aile » de l’amulette d’Éphèse se référait à ce type d’addition. La logique de ce type de tracé écrit peut se comparer à celle qui présidait à la création de noms divins à valeurs numériques, procédant de l’addition d’un nombre et de ses multiples par dix, cent et mille. On s’efforçait de créer des mots qui eussent une valeur de 99, 9999, ou 888, 666, 366329.

33Les formations géométriques magiques traitaient donc les mots comme des additions. EYLAMÔ est l’addition de Ô+MÔ+AMÔ+LAMÔ+YLAMÔ+EYLAMÔ.

  • 30 Par exemple PGM X, 42-48 ; XIII, 905 ; XIXa sec. 18-23 ; Krauss, 1973, tab. 137 ; GMA I, n° 9.

34Notons que si le pouvoir des triangles réside dans l’addition ou dans la soustraction des lettres, celui des « briques » réside dans leur multiplication. Les « briques » présentent quelquefois une dynamique hélicoïdale, comme dans le cas des séries des sept voyelles, que l’on écrit sept fois en les décalant d’une voyelle à chaque ligne30. Chaque voyelle correspond à la note musicale d’une planète, et la circulation des voyelles au sein de la série symbolise le mouvement circulaire des planètes. On lisait par exemple dans la « brique » suivante la série canonique des voyelles, dans le sens horizontal et dans le sens vertical :

ΑΕΗΙΟΥΩ

ΕΗΙΟΥΩΑ

ΗΙΟΥΩΑΕ

ΙΟΥΩΑΕΗ

ΟΥΩΑΕΗΙ

ΥΩΑΕΗΙΟ

ΩΑΕΗΙΟΥ

  • 31 Delatte, 1914 : p. 28.
  • 32 PGM X, 36-50.
  • 33 De Ridder, 1911 : n° 3470 ; cf. Mastrocinque, 2002 : p. 118.
  • 34 PGM V, 304-69.

35L’écriture des mots magiques a sa dynamique interne dans ce sens aussi qu’elle agit par des figures, des changements, des inversions, des coupures, opérés sur le nom de la personne ou du démon qui se trouve inscrit en position contiguë. En 1914 Armand Delatte31, en décrivant les palindromes magiques, que les Grecs appelaient anagrammata32, écrivait : « Les formules anagrammatiques, qui sont faites pour des inscriptions circulaires et dont le modèle est le serpent ourobore, sont une image du cours du Soleil ». Un palindrome, comme le fameux ABLANATHANALBA, parce qu’il se lisait dans les deux sens, pouvait être facilement écrit en forme de grappe. On le retrouve aussi en forme de cercle, comme dans une gemme d’attraction amoureuse de la collection De Clercq33. On y lit le nom FAVSTINA encerclé par le palindrome ABLANATHANALBA. Ce mot écrit en cercle est comme un anneau qui emprisonne et donc contraint la femme dont le nom est encerclé. Un papyrus magique décrit le rite par lequel on contraignait une personne à faire ou à ne pas faire une chose34. On prenait un morceau de papyrus hiératique ou une lamelle de plomb et un anneau de fer, avec une plume on traçait les cercles extérieur et intérieur de l’anneau sur le papyrus ou la lamelle. Dans l’anneau dessiné on écrivait une longue formule magique, dans le cercle intérieur on dessinait un rectangle de mots magiques et on écrivait : « Que telle chose ne soit pas faite tant que cet anneau restera enseveli ». On repliait le papyrus ou la lamelle sur l’anneau, on les liait et on les plaçait dans une source abandonnée ou dans la tombe d’un mort prématuré. Le même papyrus conserve encore le dessin d’une défixion de ce type et présente le palindrome :

ΙΑΕΩΒΑΦΡΕΝΕΜΟΥΝΟΘΙΛΑΡΙΚΡΙΦΙΑΕΥΕΑΙΦΙΡΚΙΡΑΛΙΘΟΝΥΟΜΕΝΕΡΦΑΒΩΕΑΙ.

  • 35 PGM IV, 3069.
  • 36 PGM VII, 579-90 ; cf. aussi Delatte & Derchain, 1964, nr. 122 ; SGG I, nr. 191. Pour une interpréta (...)

36Dans les papyrus magiques cette formule est présentée comme équivalente du nom du dieu juif35 ainsi que du serpent ouroboros, qui « mange sa queue »36.

37Les tracés d’écriture magique ici présentés mettent en évidence un mécanisme fréquemment à l’œuvre les opérations de magie : le pouvoir de ces formules réside dans une forme de court-circuit. Tandis que dans le cercle le mot palindrome tourne indéfiniment sur lui-même, dans le triangle le mot additionne ou, parfois, soustrait ses éléments, dans le carré il se multiplie par lui-même. Cet emploi mathématique et géométrique des lettres ou des mots inscrits trahit l’influence de spéculations pythagoriciennes (certains y verraient volontiers encore des influences chaldéennes), c’est-à-dire des théoriciens de la mystérieuse nature géométrique et mathématique de toutes les choses, des êtres vivants et des dieux.

Haut de page

Bibliographie

Barb Alphonse, 1952, « Bois du sang, Tantale », Syria, 29, p. 271-84.

Bonner Campbell, 1950, Studies in Magical Amulets, Ann Arbor.

Colson F. H., 1914, « Triangular Numbers in the New Testament », Journal of Theological Studies, 16, p. 67-76.

Daniel Robert W. & Maltomini F., 1979, « Una gemma magica contro l’infiammazione dell’ugola », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 78, p. 93-4.

Daniel Robert W. & Maltomini F., 1990, Supplementum magicum, I (P. Colon. 16), Opladen.

De Ridder André, 1911, Collection de Clercq. Catalogue. VII : Les bijoux et les pierres gravées, Paris.

Delatte Armand, 1914, « Études sur la magie grecque », Musée Belge, 18, p. 5-96

Delatte Armand & Derchain Philippe, 1964, Les intailles magiques gréco-égyptiennes de la Bibliothèque Nationale, Paris.

Deonna Walter, 1944, « ABRA, ABRACA : La croix-talisman de Lausanne », Genava, 22, p. 131-3.

Dornseiff Franz, 1925, Das Alphabet in Mystik und Magie, Leipzig-Berlin, 19252.

Ernst Ulrich, 1991, Carmen figuratum, Köln.

Festugière André-Jean, 1975, Études d’histoire et de philologie, Paris.

— 1951, « Amulettes magiques », Classical Philology, 46, p. 86-9.

Frankfurter David, 1994, « The Magic of Writing and the Writing of Magic - the Power of the Word in Egyptian and Greek Traditions », Helios, 21, p. 189-221.

GMA : cf. Kotansky, 1994.

Kotansky Roy D., 1994, Greek Magical Amulets : the Inscribed Gold, Silver, Copper and Bronze Lamellae, I : Published Texts of Known Provenance (Papyrologica Colonensia 22.1), Opladen.

Krauss Friedrich, 1973, Das Theater von Milet (Milet, IV. 1), Berlin.

Lenz C., 1954, « Carmina figurata », Realkexikon für Antike und Christentum 2, p. 910-12.

McEleney N. J., 1977, « 153 Great Fishes (John 21,11)-Gematrical Atbash », Biblica, 58, p. 411-7.

Martinez David G., 1991, P. Michigan XVI : A Greek Love Charm from Egypt (P. Mich 757), Atlanta.

Mastrocinque Attilio, 2000, « Studi sulle gemme gnostiche. VIII.  "Bevi sangue, Tantalo" », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 130, p. 137-8.

— 2002, « Metamorfosi di Kronos su una gemma di Bologna », in A. Mastrocinque (éd.) Gemme gnostiche e cultura ellenistica. Atti dell’incontro di studio Verona, 22-23 ottobre 1999, Bologna.

— 2005, From Jewish Magic to Gnosticism, Tübingen.

— 2008, Sylloge gemmarum gnosticarum, II, Istituto Poligrafico dello Stato (collana Bollettino di numismatica).

Michel Simone, 2001, Die magischen Gemmen im Britischen Museum, London (P. & H. Zazoff éd.).

Neverov Oleg J., 1976, Antique Intaglios in the Hermitage Collection, Leningrad.

PGM = Preisendanz Karl (éd.), Papyri Graecae Magicae, Leipzig-Berlin, 2 vol., 1973-19742 (1928-311).

PGMT = Hans Dieter Betz (éd.), The Greek Magical Papyri in Translation*, 1, Chicago and London, 1993 (19861).

Pintaudi Rosario, 1959, Dai papiri della Biblioteca Medicea Laurenziana (Plaur. III), Firenze.

Pradel Fritz, 1907, Griechische und süditalienische Gebete, RGVV III. 3, Giessen.

Sambon Arthur, 1909, « La bague à travers les âges », Le Musée, 6, p. 112.

Schmidt C., 1931, 1934, Comptes rendus de Preisendanz, Göttingische Gelehrte Anzeigen, 193, p. 443 ss. ; 196, p. 177.

Seyrig Henri, 1934, « Invidiae medici. 1. La faim de l’ibis et la soif de Tantale », Berytus, 1, p. 1-5.

Test. Salom. : Chester C. McCown (éd.), 1922, The Testament of Solomon, Leipzig.

Versnel Hendrik S., 1996, « Die Poetik der Zaubersprüke », in T. Schabert & R. Brague (éd.), Die Macht des Wortes, München, p. 265-6.

Wilcken Ulrich, 1901, Archiv für Papyrusforschung und verwandte Gebiete, 1, p. 422.

Wojaczek Günter, 1969, Daphnis. Untersuchungen zur griechischen Bukolik, Meisenheim am Glan.

Wortmann Dirk, 1968, Neue magische Texte, Bonner Jahrbücher, 168, p. 56-111.

Wünsch Richard, 1898, Sethianische Verfluchungstafeln aus Rom, Leipzig.

Haut de page

Notes

1 Testament de Salomon XIX, 58.

2 Pintaudi, 1959 : nr. 59 = PGM CXX.

3 Cf. Marcellus Empiricus, De médicina XIV. 25 ; Pintaudi, 1959 : l.c. ; Kotansky, in PGMT, p. 316 ; Daniel & Maltomini, 1979 : p. 93-4.

4 Sambon, 1909 : p. 112 ; Daniel & Maltomini, cit.

5 PGM XVIIIb.

6 PGMT, p. 255.

7 Dans le Testament de Salomon XIII, 43-44 on retrouve le démon Obyzouth, c’est-à-dire Abyssos, qui n’est rien d’autre que la Gorgone elle-même. Son corps est invisible, recouvert de ténèbres, mais ses cheveux sont visibles et apparaissent dans leur nature sauvage. Elle admet que ses victimes préférées sont les enfants et les femmes, qu’elle s’attache aux yeux, à la bouche et à l’esprit des personnes. Elle a le pouvoir de glacer. Mais Salomon lui fait avouer qu’elle s’enfuit si l’on écrit son nom sur un papier quand une femme met au monde un enfant. L’ange qui s’oppose à elle est Raphaël.

8 Neverov, 1976 : n° 143a. Pradel, 1907, p. 266-7, publie une amulette du moyen âge contre la quartaine, sur laquelle on écrivait : Καδαβρα ρουβρα καδαβρα ρουβρα καδαβρα ρακειδα βρακαδα δαβρα αβρα βαρααφα ουνουc περ ουνουc φιλιουc ουνουc cπιριτουσαντουc αμην.

9 Festugière, 1975, p. 151 ; Id., 1951, p. 86-9 ; Seyrig, 1934, p. 1-5 ; Bonner, 1950, p. 87-9 ; Delatte & Derchain, 1964, n° 364 ; Mastrocinque, 2000, p. 137-8 ; Michel, 2001, n° 410.

10 Barb, 1952.

11 Barb, o.c.

12 Serenus Sammonicus prescrit, dans son Liber médicinales 51 (935 p. 48-9 Pépin), d’écrire un triangle magique contre la fièvre qui revient tous les 2 jours et demi (hemitritaios) : « Inscribes chartae quod dicitur abracadabra saepius et subter repetes, sed detrahe summam et magis atque magis desint elementa figuris singula, quae semper rapies, et cetera figes, donec in angustum redigatur littera conum : his lino nexis collum redimire memento ».

13 Daniel & Maltomini, 1979 : p. 93 ; Versnel, 1996 : p. 265-6.

14 Par exemple PGM XVIIa, 1-25 ; XXXVI, 115-133 ; XXXIX, 1-21.

15 XXXVI, 231-55.

16 Mastrocinque, 2008 : n° Ro 21.

17 Wünsch, 1898 : p. 50-51, n. 48 ; cf. p. 41, n. 34.

18 PGM I, 12-19.

19 U. Wilken, 1901, p. 422 : « Abstufungsfigur » ; Frankfurter, 1994, p. 200 : « seven-layered » ; Kotansky, 1994, p. 202 : « gradation-figure ».

20 PGM XIII, 1001-5. Selon Frankfurter, 1994, p. 205, les séries magiques de voyelles dérivent des hymnes vocaliques des prêtres égyptiens (Dem. Phal., Eloc. 71), mais les auteurs anciens attribuent à Ostanès et à la tradition des Mages persans la théorie des sept sons vocaliques et des sept notes : Origène, Contre Celse VI. 22 ; Porphyre, dans Eusèbe, Préparation évangélique V. 14 = fr. 330 Smith.

21 Pteryx, pterygoma : PGM II, 2 e 5 ; VII, 716 ; XIII, 903-4 ; kardiai : PGM II. 68 ; VII, 523 ; LXII sec. 1, 82 ; Martinez, 1991 : p. 13, cf. 105-111 ; dans PGM III, 60-70 la forme en cœur est dite équivalente à celle en grappe : καρδιακῶc, ὡc βότρυc. Dans PGM XIII, 16 on parle d’un livre d’Hermès intitulé Pteryx.

22 IV, 1305 ; V, 348 ; 360 ; VII, 656.

23 Sur les noms des formations de mots et leur emploi : Daniel & Maltomini, 1990, p. 4-6 ; Kotansky, 1994, p. 202-5. Voir aussi Dornseiff, 19252, p. 63-7 ; Deonna, 1944, p. 131-3 ; Lenz, 1954, p. 910-12 ; Wortmann, 1968, p. 104 ; Wojaczek, 1969 : p. 59 ss. et n. 12 ; Ernst, 1991 : p. 33-45.

24 Alphabet, pp-58-59.

25 Philolaos, fr. A 11 Timpanaro Cardini ; Jamblique, Vie de Pythagore 18. 82 (où la Tétraktys est définie comme l’harmonie des Sirènes) ; Pseudo-Jamblique, Theologoumena arithméticien 27-28 ; 86.

26 Damascius, Vie d’Isidore, dans Photius, 343 a2. Platon se servait de calculs du même genre quand il proposait une cité de 5040 citoyens (Lois, 737 e ; 738 a), c’est-à-dire 1x2x3x4x5x6x7.

27 GMA I, n° 37, p. 202-205.

28 In Johannis Evangelium CXXIII. 8. 35-43 ; Corpus Christianorum XXXVI, 673 : le nombre 153 correspond au total des poissons de la pêche miraculeuse. Cf.  Colson, 1914 ; McEleney, 1977 : p. 411-7.

29 Mastrocinque, 2005 : p. 109-114.

30 Par exemple PGM X, 42-48 ; XIII, 905 ; XIXa sec. 18-23 ; Krauss, 1973, tab. 137 ; GMA I, n° 9.

31 Delatte, 1914 : p. 28.

32 PGM X, 36-50.

33 De Ridder, 1911 : n° 3470 ; cf. Mastrocinque, 2002 : p. 118.

34 PGM V, 304-69.

35 PGM IV, 3069.

36 PGM VII, 579-90 ; cf. aussi Delatte & Derchain, 1964, nr. 122 ; SGG I, nr. 191. Pour une interprétation de certaines parties de la formule en partant de l’égyptien, cf. Schmidt, 1931, p. 443 ss. ; 1934, p. 177.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Attilio Mastrocinque, « Le pouvoir de l’écriture dans la magie », Cahiers « Mondes anciens » [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 17 mai 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://mondesanciens.revues.org/168 ; DOI : 10.4000/mondesanciens.168

Haut de page

Auteur

Attilio Mastrocinque

Université de Vérone

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers « Mondes Anciens » sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques - UMR 8210
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org