Navigation – Plan du site
Le monde colonial grec et romain, entre héritage et identité locale

Place et représentation des femmes dans les structures civiques des provinces de l’Empire

L’exemple des cités romaines et romanisées de l’Afrique sous les Sévères
Caroline Hoerni

Résumés

L’association des femmes à la vie publique et politique romaine s’affiche depuis le Principat. À Rome, la famille impériale se réserve le bénéfice de l’espace public, mais il n’en va pas de même dans les provinces : l’épigraphie africaine montre ainsi, dès le début du ier siècle apr. J.-C., une participation locale des femmes à l’embellissement de l’espace urbain, qui s’intensifie parallèlement au développement des cités. Généralement inscrite dans une tradition d’évergétisme familial, lié ou non à un office publique, la collaboration des femmes à la modélisation de l’espace municipal est d’abord financière et individuelle ; elle est aussi structurelle et collective comme le prouvent les témoignages de cultes matronaux. L’époque sévérienne marque d’ailleurs l’apogée de la représentation publique féminine en Afrique, non seulement dans les colonies et municipes, mais aussi dans les cités pérégrines romanisées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Savalli-Lestrade 1994 ; van Bremen 1996, p. 25-40 ; Bielman 2002, p. 279.
  • 2 Fabia Bira à Volubilis, municipe en 44 : flaminica prima in municipio suo (sous Claude ou Néron, IA (...)
  • 3 Mirón Pérez 1996, p. 207 ; Bielman et Frei-Stolba 1998 ; Melchor Gil 2007.

1Certaines sociétés méditerranéennes antiques se distinguent par la participation des femmes à la vie publique. Pour la partie orientale du bassin méditerranéen, c’est un fait établi dans les cités grecques dès l’époque hellénistique1 ; pour la partie occidentale, leur collaboration est connue essentiellement dans le cadre de l’Empire romain. L’implication des femmes dans le développement urbain et le fonctionnement des structures civiques est bien renseignée par les sources épigraphiques dans les provinces romaines d’Afrique. Dès le ier siècle ap. J.-C., des inscriptions latines témoignent d’honneurs et remerciements que leur adressent les collectivités publiques, et de leur rôle dans la mise en place des institutions municipales2 ; sous les Flaviens et les Antonins, sont attestés des décrets de funérailles publiques en faveur de femmes, dans les cités maurétaniennes et hispaniques3. La représentation des femmes dans les dédicaces publiques s’amplifie à partir de Marc Aurèle et jusque vers 250 : cette période est un temps fort de la croissance urbaine et de la promotion coloniale, notamment en Afrique Proconsulaire et en Numidie à l’époque sévérienne, que je privilégie pour sa richesse documentaire. Les femmes ont, à mon avis, pleinement participé à ce mouvement, bien que leur participation directe à la promotion juridique des cités ne soit pas démontrable.

2Analyser la dynamique civique féminine dans le cadre de la romanisation est très stimulant. Je définirai ici de manière très simple le terme « romanisation » : la diffusion en Afrique du système culturel romain par des notables d’origine italienne ou provinciale, habitant l’Italie ou les provinces, et son adoption et adaptation aux usages locaux par les mêmes notables. La notion autorise par ailleurs une lecture des sources dans trois directions : sociale, car c’est selon Yvon Thébert (1978, p. 77) un « phénomène de classe » animé par les élites locales ; politique, puisque sont mis en œuvre des modèles institutionnels ; culturelle, dans la mesure où sont présentés des qualités, comportements, etc. efficaces et à imiter. Or, en s’intéressant aux femmes, on a l’occasion d’examiner l’une des « facettes d’une domination impériale qu’il conviendrait de qualifier de polycentrique » (Le Roux 2004, p. 303). En effet, se concentrer sur les femmes permet de placer le système culturel au cœur de l’analyse, dans une logique fonctionnelle : c’est l’élément primordial justifiant la suprématie sociale et légitimant l’exercice du pouvoir, et sur lequel s’appuient les stratégies de sollicitation et de communication.

  • 4 Constat identique pour les cités grecques : van Bremen 1996, p. 190.
  • 5 Restitutions dans Zimmer 1989, p. 18, Abb. 5 et p. 35, Abb. 15.
  • 6 ILAlg, II, 3, 7765 ; Zimmer 1989, p. 58, C13 (Tafeln 5).
  • 7 ILAlg, II, 3, 7898 ; Zimmer 1989, p. 62, C27 (Tafeln 6).
  • 8 ILAlg, II, 3, 7944 ; Zimmer 1989, p. 56, C8 (Tafeln 4).

3Au début du iiie siècle, les femmes partagent visuellement l’espace public avec les hommes, à travers l’apparat monumental des colonies et municipes4. Ainsi, vers 230, les statues des notables et hauts fonctionnaires, alignées sur le forum de Cuicul, une colonie nervienne5 : la statue dédiée à la flaminique Claudia fille de Tiberius6, datant peut-être du début du iie siècle ; celles offertes par la Respublica aux filles du légat propréteur de Numidie, deux demoiselles clarissimes, à la fin de 209 ou au début de 2107 ; celle élevée par son mari et ses fils à Gargilia Marciana en 225, à l’occasion de son anniversaire, avec distribution de sportules aux décurions et organisation de spectacles pour les citoyens8.

  • 9 Beaucamps 1990, p. 29‑35 ; van Bremen 1996, p. 47.

4Les femmes ne partagent pas seulement l’espace monumental avec leurs concitoyens mâles. Elles contribuent avec eux à la munificence des cités, à l’activité civique, et en partie à l’administration politique, à travers certaines charges publiques (patronae) et religieuses (flaminicae, matronae, ainsi que des prêtrises publiques locales). Le Digeste (50, 4, 3 et 50, 17, 2) rappelle que les femmes sont écartées de la vie civile pour cause d’incapacités : elles ne peuvent exercer aucune magistrature ni être curiale9. Toutefois, rien ne les empêche de contribuer à la vie publique, selon des modalités de ce fait différentes de la participation masculine. Le pouvoir effectif dont elles disposent, qui est d’essence familiale, repose principalement sur leur renommée, leur fortune, leur entregent ; il est avéré par la communauté, en reconnaissance d’une auctoritas bien réelle, on le verra avec les patronnes. Cependant, parce qu’elles n’occupent pas de magistratures municipales, le cadre de leur intervention politique est peu préhensible. Les spécificités juridiques attachées à la régulation de leur activité publique sont également difficiles à saisir.

5Enfin, concernant l’activité féminine globale, nos documents ne révèlent pas de différence notable liée au statut des cités. Pourtant, dans les colonies et municipes, l’activité publique est normalisée et intégrée dans le fonctionnement municipal ordinaire, suivant le modèle romain (flaminicat, ordo matronarum). Par exemple, le flaminicat étant institutionnalisé, son administration et les conditions d’exercice varient sans doute selon que l’on est dans une colonie ou une communauté pérégrine. Or, il apparaît – hors les spécificités locales – que l’activité et l’image des femmes dans le paysage public ne dépendent guère du statut de la cité considérée. En effet, les mêmes représentations textuelles de l’activité féminine, déployée dans le cadre de la promotion du modèle politique romain, se trouvent dans des cités pérégrines et dans les cités romaines : les fonctions occupées par les femmes, les circonstances de leurs interventions, la figure et le vocabulaire attachés à leur mise en scène sont identiques. Comment, dans ces conditions, comparer les modalités concrètes des interventions féminines selon le statut juridique de la cité, d’autant plus que des incertitudes statutaires pèsent encore sur certaines localités ? La documentation me semble insuffisante et trop imprécise au regard des exigences juridiques formulées au paragraphe précédent pour apporter des réponses satisfaisantes.

  • 10 Les propositions d’interprétation que je donne en ce sens sont donc émises sous réserve d’une docum (...)

6Il m’a donc paru plus utile ici de lire en positif ces creux juridiques, et de considérer l’engagement civique féminin sans se limiter aux cités de droit romain, pour en apprécier l’ampleur : les femmes participent au fonctionnement et à l’extension du modèle municipal romain, qui ne se limite pas à l’exercice des magistratures. Leur rôle politique est en revanche difficile à préciser, hors leur collaboration religieuse (flaminiques, matrones), qui est fondamentale dans les structures institutionnelles coloniales, mais dont la portée en termes d’exercice du pouvoir n’est pas quantifiable10.

7Le fil soutenant cette réflexion est donc l’idée d’une médiation des femmes dans les dynamiques de romanisation, aux niveaux sociopolitique et culturel. Cette médiation s’exprime dans nos sources suivant deux modèles : celui d’une citoyenne active, et celui d’une matrone exemplaire. À travers trois figures de femmes romaines, j’évoquerai la manière dont les femmes s’approprient l’espace municipal, et comment, par ce biais, elles peuvent soutenir et promouvoir les valeurs sociales romaines, contribuant dans le même temps à la diffusion d’un idéal individuel typiquement romain. En effet, si les opportunités d’intervention féminines sont variées, leur représentation s’appuie toujours sur le modèle politique romain. Au sommet de la hiérarchie sociale – provinciale et impériale – œuvrent les patronnes de cités, puissantes intermédiaires entre Rome et les communautés romaines d’Afrique, entre le gouvernement central et le pouvoir municipal, entre l’empereur et les notables locaux. Localement, les flaminiques entretiennent la cohésion civique en tant que prêtresses du culte impérial, et facilitent l’accès de leurs parents aux fonctions décurionales ou équestres. Enfin, les matrones assurent l’intégrité politique de la cité romaine ; prenons garde d’oublier que la qualité de citoyen se donnait par la mère : le premier service civique des provinciales respectables, pourvues du conubium, est de propager, dans les cités non romaines et avant l’Édit de Caracalla, la citoyenneté romaine.

Patronae

  • 11 Sept autres patronnes, en Italie. Pour le patronage municipal féminin : Nicols 1989, Saller 2002, p (...)
  • 12 CIL, IX, 3428.
  • 13 Hemelrijk 2004, p. 218 : « In comparison with her senatorial husband, who was mostly occupied in Ro (...)
  • 14 Hellegouarc’h 1972, p. 303.
  • 15 Commentaire éclairant d’Hemelrijk 2004, p. 222.

8L’épigraphie africaine fait connaître une douzaine de patronae en Afrique, au nord-est de la Proconsulaire (d’Utique à Bulla Regia) et en Numidie cirtéenne (Cirta, Thibilis, et Calama)11, où Septime Sévère a été très actif sur le plan municipal ; les textes sont datés du iiie siècle. Il s’agit du patronage publique, le patrocinium publicum, un lien juridique formé entre une communauté et un individu, établi dans le cas d’une cité par une résolution formelle du conseil municipal, decreto decurionum. Choisis par les décurions, les patrons figurent au premier rang de l’album municipal comme membres honoraires de l’ordo decurionum. En Italie, une table de patronage (tabula patronatus) rappelle ainsi le patrocinium de Nummia Varia, contrat conclu avec la cité italienne de Peltuinum Vestinum en 24212. Contrairement aux hommes, les patronnes agissent dans la médiation ou le bienfait matériel, non dans le bienfait administratif13, directement ou par l’intermédiaire de leur réseau. Qu’une femme détienne un pouvoir de nature familiale n’empêche ni son efficacité ni sa reconnaissance officielle : l’auctoritas n’est pas propre aux hommes, les femmes en disposent tout autant par leur rang social (dignitas) et leurs qualités personnelles, indissociables du rang. L’auctoritas fonde d’une part la légitimité à dominer et gouverner, d’autre part la vocation à être un modèle durant sa vie et après sa mort, sur lequel les descendants peuvent à la fois asseoir leur prestige et régler leur comportement14. L’auctoritas de la clarissime Nummia Varia est ainsi évoquée dans la table de patronat qui scelle le contrat conclu avec la cité et précise les attentes de la communauté : elle protégera et défendra les intérêts de la cité et des citoyens intercedente auctoritate dignitatis suae15.

  • 16 AE, 1915, 37 ; ILAfr, 414.
  • 17 Chastagnol 2005, p. 183‑187.
  • 18 PIR2, A 158.
  • 19 PIR2, A 464 ; consul suffect dans la première moitié du IIIè siècle, il est connu par les dédicaces (...)
  • 20 Second quart du iiie siècle : AE, 1906, 142 ; CIL, VIII, 25523.

9Les patronae sont, semble-t-il, originaires de la cité patronnée, la patria, et y détenaient des intérêts familiaux, politiques et économiques. C’est le cas d’Aelia Celsinilla (FOS, 11), patronne perpétuelle de la colonie de Thuburbo Minus, à qui l’ordo dédia vers 220 (?) une statue16. Le titre consularis femina que porte Celsinilla désigne, dès le règne de Caracalla et jusque vers 250, l’épouse d’un consul ou d’un ancien consul17. Seules quatre consulares feminae sont connues par l’épigraphie, dont deux en Afrique, la première attestation étant celle d’Aelia Celsinilla. L’attachement actif et durable de la famille de Celsinilla à la région est bien connu : son père présumé, sénateur assassiné sur ordre de Septime Sévère, était natif de la cité18 ; son fils, de rang consulaire, fut curateur des colonies de Thuburbo Minus et de Bulla Regia19, où se poursuivent alors des travaux d’assainissement urbain ; sa petite-fille fut à son tour honorée par la cité de Bulla Regia20. Celsinilla est-elle à l’origine de la renommée familiale ? A-t-elle reçu l’honneur de patrona perpetua eu égard à la curatelle de son fils ?

  • 21 CIL, VIII, 1181 au iiie siècle. Protagonistes en PIR2, A 27, 29, 31 et PIR2, G 52.
  • 22 Jacques 1984, p. 222‑247.

10Curateurs et patrons ont pu exercer des activités complémentaires, les premiers étant chargés de missions extraordinaires de redressement financier ou de contrôle de chantiers, les seconds s’appliquant à promouvoir et embellir leur cité. Est-il possible d’envisager ici une telle complémentarité ? À Thuburbo Minus, Celsinilla la mère est patrona perpetua et son fils curator ; à Utique, le curateur, son épouse Gallonia Octavia et leurs deux filles sont ensemble patrons perpétuels de la cité21. De plus, dans les colonies où se trouvent des patronae (Cirta, Bulla Regia, Thuburbo Minus, Utique), une curatelle de rang consulaire est avérée vers la même période. Or, lorsque Vibia Aurelia est patronne à Calama, la cité est encore un municipe (elle ne deviendra colonie qu’après 212), et un curateur clarissime y est connu, mais plus tard ; pour les quatre petites cités (Avioccala, Thibaris, Thibica et Thibilis) dont le statut municipal est inconnu à l’époque où des patronnes furent actives, aucune curatelle n’est attestée22. Par ailleurs, dans nos textes, seules les deux patronnes liées à un curateur sont qualifiées de perpetuae : il se pourrait que la charge patrona perpetua soit caractéristique des colonies, et octroyée dans un cadre particulier. Dans les colonies, la complémentarité des fonctions entre une patronne et un proche magistrat impérial serait donc effective ; dans les autres cas, la patronne aurait plutôt un rôle d’intermédiaire auprès de l’empereur (voir en ce sens la conclusion de François Jacques 1984). Ces hypothèses sont séduisantes mais les indices sont minces ; prudemment, on reconnaitra plutôt une distribution familiale de la responsabilité de la défense des intérêts de la cité.

  • 23 La complémentarité des activités masculines et féminines dans la cité grecque est remarquable, surt (...)
  • 24 ILAfr, 454 ; Thébert 2003, p. 488, n°12.
  • 25 PIR2, M 462 ; consul suffect en 191-192.

11Le patronage civique s’exerce souvent dans un cadre familial, entre époux, entre parents et enfants : la fonction peut être détenue conjointement23 ou se transmettre par continuité familiale. C’est le cas à Bulla Regia où Iulia Memmia (FOS, 449) a fait bâtir des thermes ; en retour, la cité lui offre une statue dominant l’entrée des bains, vers 220-24024. Iulia Memmia a renforcé l’attrait de sa ville natale (exornauit) et amélioré les structures sanitaires (saluti ciuium). Son père25, alors décédé, avait porté le titre de patronus et alumnus de la cité, comme sa fille, si l’on accepte la restitution de Mireille Corbier (1990) [pa] tronae et [alumnae ?].

  • 26 L’importance du dossier épigraphique concernant les alumni de cité est une spécificité africaine, e (...)
  • 27 « La dédicace de la cité rappelle le singularis in ciues et patriam amor dont le couple a fait preu (...)
  • 28 Inscription inédite, voir Corbier 1990, n° 10 p. 833-834 et p. 836-837 ; ex-voto familial.

12Il ne s’agit plus seulement d’évergétisme, mais de devoir civique : « le terme alumnus souligne le lien privilégié et l’affection réciproque qui unissent la cité et son enfant de prédilection, l’alumnus, qui a contracté lui-même vis-à-vis de son alma cité des devoirs dont il s’acquittera (tel l’alumnus amantissimus) par amour pour ses concitoyens, par des actes de bienfaisances divers et notamment par l’exercice ultérieur du patronat » (Corbier 1990, p. 853)26. Le titre est connu pour d’autres femmes : dans la même cité, Furcia Optata [Tiberian ?]a, clarissime, est patrona et alumna col (oniae) ; fille d’un notable local, elle était mariée à Aradius Paternus, peut‑être gouverneur de Cappadoce en 23127). à Thamugadi, L. Val (eria) Maximilla, clarissime, fille d’une flaminique de rang clarissime, était alumna patriae entre 150 et 20028.

  • 29 AE, 1898, 112 ; CIL, VIII, 23832. Datation de François Chausson (2000). Marie‑Thérèse Raepsaet-Char (...)
  • 30 L’expression ciues et patronus est reprise pour son fils (PIR2, A 1096 et CIL, VIII, 23831). D’autr (...)

13Ces caractéristiques se retrouvent à Avioccala, petite cité de Proconsulaire de statut inconnu, dont Oscia Modesta Publiana Patruina fut patronne vers 225-25029. Native du lieu, Publiana en est ciues et patrona30 : le terme ciues est remarquable car peu usité pour les femmes dans un cadre honorifique. Ajoutons que des quatre inscriptions mentionnant cette femme, la dédicace offerte par ses compatriotes est la seule comportant sa nomenclature complète. De plus, le nom de son époux ou de son fils, pourtant personnages importants, ne sont pas précisés : Publiana n’a nul besoin de s’appuyer sur le rang de ses parents masculins pour soutenir sa propre gloire.

  • 31 Forbis 1996, p. 2
  • 32 Forbis 1996, p. 34-35
  • 33 ILAfr, 279 ; dédicace constituée à titre privé vers 230 (?). Le jeune homme est identifié par sa mè (...)
  • 34 PIR2, A 1095 ; consul suffect sous Sévère Alexandre ?
  • 35 CIL, VI, 1478.
  • 36 IG, XIV, 1960. Morte dans les années 260, Publiana a dû naître vers 200.
  • 37 Dans les épitaphes : en Proconsulaire, où est née Publiana, au iie siècle (CIL, VIII, 27139 à Dougg (...)

14C’est en remerciement des bienfaits qu’elle a prodigués (ob insignia eius merita) que la ciuitas lui offre une statue. La formule ob merita s’inscrit dans la rhétorique épigraphique. Elle appuie le dialogue circulaire bienfaits/honneurs dans le contexte de la collectivité ; l’usage du terme merita fait plus précisément référence aux résultats d’un bienfait, qui justifient la reconnaissance épigraphique. Elle participe aussi de la dialectique de l’exemplum municipal, en fondant une vocation à l’exemplarité31. Ici, les bienfaits ont « donné de l’éclat » à la patria (quibus inlustrat originis suae patriam) : l’interprétation d’inlustrare est large, de « rendre célèbre » à « orner ». Les bienfaits pécuniaires sont souvent précisés par le terme munificentia32, ce qui n’est pas le cas ici : on peut donc penser qu’elle a fait connaître cette petite ville auprès du pouvoir impérial dont elle était proche, et dont elle a obtenu quelque avantage. Publiana jouissait en effet d’une belle notoriété : cette clarissime est également mentionnée dans une inscription de la colonie de Thuburbo Maius honorant son jeune fils33, qui devint légat du proconsul d’Afrique, puis consul suffect sous Gordien. Son mari, originaire de Cirta, sénateur d’origine plébéienne, fut adlecté parmi les patriciens34. Elle est connue encore par deux textes de Rome : une statue dédiée par son petit‑fils auiae et educatrici dulcissimae35, et son épitaphe versifiée en dialecte ionien datée des années 26036, qu’elle a composée. Elle se dit descendante des Scipions, chante sa culture, rappelle son univirat : une femme uniuira n’a eu qu’un seul époux. L’expression de cette qualité est la meilleure preuve de sa pudicitia (qui est à la fois la décence personnelle et une vertu civique), du respect qu’elle manifeste pour les convenances sociales ; le qualificatif épigraphique est rare37. Publiana personnifie ainsi le modèle de la dame romaine.

15À l’évidence, les inscriptions concernant des patronnes émanent toutes de communautés fortement romanisées, organisées sur le modèle municipal romain lorsqu’elles ne sont pas colonies ou municipes. N’importe quelle communauté de citoyens, ou une communauté pérégrine dans la mesure où elle se plie aux lois romaines, peut conclure un engagement de patrocinium publicum. Cependant, on pourrait s’étonner du fait que des villes aussi petites qu’Avioccalla, Thibilis ou Thibaris (ci-dessous), simples ciuitates, bénéficient du patronage de femmes aussi puissantes. En fait, cela révèle l’importance que certaines femmes pouvaient tenir dans les réseaux politiques : la préférence marquée par de petites communautés romaines pour des femmes de très haut rang montre qu’elles participent pleinement des stratégies de promotion que se ménagent les cités ; elles apparaissent comme des intermédiaires entre le pouvoir central et les communautés locales, des médiatrices politiques. Ces « petits » patronages n’étaient pas déshonorants pour des bienfaitrices de cette classe, qui avaient à cœur de promouvoir les intérêts de leur patria, d’en accroître le prestige et éventuellement d’obtenir le statut colonial.

  • 38 Gascou 1982, p. 272.
  • 39 AE,1913, 13.
  • 40 Forbis 1996, p. 36.

16On connaît vers 190 (?) la patronne de la res publica Thibaritanor (um), alors cité pérégrine ou municipe38. Seia Potitia Consortiana (FOS, 693) réunissait toutes les qualités de la patronne idéale39 : native de Thibaris (sa patria), clarissime, elle était riche et généreuse. Sa statue a été dressée ob insignem eius et innumerabile (m) liberalitatem40, sur décision des membres du conseil municipal (dicernente ordine), par financement public (PP), sans doute pour un hommage posthume. Une donatio (une « largesse », non précisée dans le texte) constitue le prétexte de l’érection, vraisemblablement un don que Consortiana a effectué avant son décès.

  • 41 ILAlg, II, 2, 4661 ; 211-212.
  • 42 Puînée des filles de Marc-Aurèle née vers 170, elle épouse en premières noces L. Antistitus Burrus, (...)
  • 43 Ce modèle civique, d’essence masculine (vertus de la munificence, du goût des honneurs, etc.), est (...)

17Quant à la communauté de Thibilis en Numidie cirtéenne, elle a choisi pour patronne une femme d’un rang encore supérieur41 : Vibia Aurelia, fille de diuus, sœur et tante des empereurs régnants42 ! Patria de son premier mari, Thibilis est aussi sa patria, à titre honoraire, qu’elle a comblée de son adfectio : ob singu [l] arem eius in patr [ia] m adfectionem - une affection civique concrétisée par des faveurs financières, ainsi que le signale Elizabeth Forbis (1996, p. 46 et p. 49), « Amor and adfectio […] signified an honorand’s loyality to a community’s stability and prestige which ultimately reflected well upon their own self‑image ». Cet idéal du bon citoyen, attaché à la figure publique de tout individu servant sa cité43, permettait d’associer pouvoir central et service local, ici en rapprochant Rome et Thibilis à travers Aurelia, les unissant dans une communauté quasi-familiale. L’activité médiatrice d’Aurelia prendrait encore plus de relief s’il était avéré, comme le pense Jacques Gascou (1982, p. 265), que le statut de municipe a été octroyé entre 253 et 268.

Flaminicae

  • 44 Pour les relations entre le pouvoir et les prêtrises, cf. Delgado Delgado 2000 et Pflaum 1976.
  • 45 Ladjimi-Sebaï 1990, à compléter par Briand-Ponsart 2004.
  • 46 Pavis d’Escurac 1980 ; Bielman et Frei-Stolba 1994.
  • 47 Voir Bertrandy 2006.

18L’attribution aux femmes, dans l’épigraphie municipale, des qualités du citoyen romain est sensible également dans les inscriptions honorant des flaminiques. Le flaminicat, prêtrise municipale accordée aux femmes44, est l’une des fonctions féminines les plus valorisées et valorisantes : en Afrique, 70 flaminiques sont attestées entre le ier et le ive siècle - dont plus de la moitié pour les iie et iiie siècles45. Le flaminicat constitue en effet un moyen privilégié pour faire entrer ou avancer la parentèle masculine dans le cursus local ou impérial : la gestion de ce sacerdoce permet à un mari une promotion indirecte, par son épouse ; elle semble ouvrir aux fils et aux proches parents l’accès à des fonctions décurionales ou équestres46. Le rôle des flaminiques dans la promotion individuelle de notables peut être illustré par l’exemple de deux flaminicae IIII coloniarum47.

  • 48 CIL, VIII, 7080 ; ILAlg, II, 1, 695.
  • 49 Deux autres cas : une affranchie flaminique à Dougga vers 50 (DFH, 27) ; une Volubilitaine, épouse (...)
  • 50 Forbis 1996, p. 87‑88. A Pheradi Maius (est de la Proconsulaire) Didius Preiectus est flamen perpet (...)

19Veratia Frontonilla fut honorée à Cirta sous les premiers Sévères48. Elle était mariée à un centurion retraité de la Troisième légion Auguste, qui offrit une statue à son épouse irréprochable (uxori probatissimae), avec l’approbation du conseil municipal. L’accès au flaminicat dépend évidemment des circonstances, mais par ce moyen, l’intégration à la communauté peut être facilitée, pour des raisons financières, pour un homme sans expérience, sans dignitas, ou qui n’a pas accès aux charges locales49. L’adjectif probatissima est à noter : utilisé en contexte honorifique masculin, il caractérise la pureté morale d’un homme (la probitas masculine correspond à la castitas féminine), notamment dans le cadre d’un sacerdoce50.

  • 51 CIL, VIII, 18912 ; ILAlg, II, 2, 4686 ; base de marbre trouvée à Thibilis.
  • 52 CIL, VIII, 7043 ; ILAlg, II, 1, 666.
  • 53 Lefebvre 1999.
  • 54 AE, 1941, 45.
  • 55 CIL, VIII, 25846.
  • 56 AE, 1917/18, 23.

20Claudia Vitosa Tertullina occupe la fonction un peu plus tard, vers 230-250. Son cousin (frater patruelis eius), décurion des mêmes colonies, lui élève avec l’accord du conseil une statue51 ob insignem in se amorem et munificentiam eius. On peut proposer une interprétation quelque peu osée de la formule « en remerciement de son attachement et de sa générosité à son égard ». L’amor dont elle fit preuve est là encore de nature civique, ce que prouvent le contexte officiel de la dédicace et l’association des termes amor et munificentia, typiques de l’exercice évergétique et du bienfait municipal. Le cousin Scipion la remercie pour le soutien prodigué au cours de sa carrière, qui a peut-être permis son inscription dans l’ordre équestre [equo publ (ico) ornatus], événement qui constituerait le prétexte de la dédicace. Permettre la promotion et l’assimilation administrative de la parentèle apparaît bien comme une qualité civique, d’autant plus que les chevaliers constituent le groupe aristocratique dominant la vie locale dans la confédération cirtéenne (voir le recueil des ILAlg, II, 1). La patronne de Cirta, Fabia Victoria Iouina, était mariée à un chevalier – seule patronne africaine connue de « niveau » équestre52. Il est intéressant de noter cette particularité : dans les cités africaines, les clarissimes occupent rarement un office municipal ; les choisir pour patronner des cités équilibre donc leur faible implication dans la gestion politique locale53. Le cas du cousin Scipion n’est pas isolé : sous Antonin, à Thamugadi, colonie du Sud-Est numide, la flaminique Flavia Procilla a peut-être soutenu l’ascension de son cognat54 ; le fils de Paeduca Sextina, flaminique perpétuelle de Carthage sous Hadrien, est adlecté à l’ordre équestre55, comme le fils de Iulia Bassilia, flaminique perpétuelle à Thuburbo Maius vers 17556.

  • 57 PIR2, A 1677.
  • 58 CIL, VIII, 7978 ; ILAlg, II, 1, 29. Pour Claudia Gallitta : PIR2, C 1095.
  • 59 PIR2, C 834.
  • 60 ILAlg, II, 1, 30.

21Les témoignages du soutien féminin aux carrières masculines ne sont pas l’apanage des flaminiques : d’autres documents montrent un motif similaire de dédicace. Ainsi à Rusicade, Q. Austurnius Lappianus57 honora entre 198 et 211 son épouse Claudia P. f. Quir. Gallitta58 : Lappianus, magistrat local, avait été élevé au rang de chevalier peut-être par l’entremise de sa femme, dont le frère Ti. Claudius Claudianus59 effectuait une brillante carrière impériale. Celui-ci, un homme du cru, clarissime peut-être né chevalier et adlecté parmi les anciens tribuns par Septime Sévère, fut consul suffect en 199 ; il était marié à Pomponia Germanilla, elle-même honorée à Rusicade par un client de son époux60. Les femmes sont ainsi influentes dans les réseaux de clientèle, au niveau provincial et impérial.

  • 61 Mention de flaminica designata (CIL, VIII, 25490, très mutilée) ; un ex‑voto de Cirta, dédié à Hono (...)
  • 62 Deux bases dédiées à la flaminique : ILAlg, II, 1, 693 par la cité et 694 par sa famille.
  • 63 A Dougga et à Numlulis, avant les Sévères, pagus et ciuitas ont apparemment un flamine commun : Sai (...)

22Le flaminicat est intégré aux structures des colonies. Ainsi, les flaminiques portent le même locatif III coloniarum Cirtensium que les magistrats locaux. S’il est impossible de préciser la procédure d’attribution du sacerdoce, il est évident qu’elle met en jeu une désignation publique (acclamation ? élection ?) par au moins une des instances dirigeantes de la communauté61. Une autre inscription de Cirta témoigne au IIIe siècle de l’octroi du flaminicat perpétuel : la flaminique Sittia Calpurnia Extricata a reçu sa charge par consentement du peuple (ex consensu populi), et en raison de sa générosité (ob munificentiam eius)62. Cela montre que les mécanismes institutionnels articulés sur la dualité municipale ordo/populus fonctionnaient pour la nomination d’une femme, le populus reconnaissant et approuvant ainsi son auctoritas. Le flaminicat est bien entendu largement attesté dans les municipes et colonies, mais aussi dans certaines ciuitates pérégrines où le culte impérial s’est organisé spontanément63.

  • 64 Pour le rôle des flamines et flaminiques dans le développement des structures religieuses à Dougga  (...)
  • 65 CIL, VIII, 12317 et 23888 ; vers 180‑200.
  • 66 CIL, VIII, 5365 ; 17495 ; ILAlg I, 286 et CIL, VIII, 5366 ; ILAlg I, 287. En 161‑169 ou 198-211.
  • 67 AE, 1992, 1833, base de statue, 200-225. Aussi CIL, VIII, 2397 et 2398 (p. 1693), dédiés après son (...)

23Membres de l’élite locale, les flaminiques participent énergiquement au fonctionnement des institutions coloniales. Outre le versement de la summa honoraria, l’évergétisme féminin s’exerçait par ce biais de manière préférentielle, à titre public ou privé : les flaminiques se montraient généreuses en matière d’équipement urbain64. Ainsi, à Henchir Brick dans l’est de la Proconsulaire, à la fin du iie siècle, une statue est décrétée à Modia Quintia qui aménagea un portique en augmentant le montant de la summa legitima65 ; à la même époque, l’ordo de Calama décréta cinq statues en l’honneur de la flaminique qui fit construire le théâtre66. À Thamugadi au début du iiie siècle, le couple fastueux des Sertii, flamines perpétuels, aménagea la place du marché, et Sertia reçut l’hommage de sa cité ob merita in ciuis (sic) patriamque et munificentiam eius67.

  • 68 Inscription lacunaire, relevée sur deux fragments du même épistyle : CIL, VIII, 1578 et p. 1501 ; T (...)
  • 69 AE, 1968, 588.

24Les flaminiques animent la cohésion civique par des libéralités envers le peuple et l’ordo (distributions de sportules, financement de banquets, organisation de jeux…). À Dougga, Asicia Victoria a réglé les dépenses en l’honneur du flaminicat de sa fille : « à la fin du iie siècle et au début du iiie, au moment où Septime Sévère accorda le droit municipal à Thugga, Asicia Victoria joua un rôle de premier plan. Elle donna 20 sesterces pour décorer des bâtiments et institua une fondation de 100 sesterces en l’honneur du flaminicat de sa fille Vibia Asiciane, fondation dont les intérêts devaient servir à distribuer des sportules » (Briand‑Ponsart 2003, p. 86). À Mustis, municipe césarien, Maria Lucina a fait réaliser un bâtiment conjointement avec ses deux fils, des chevaliers, probablement en l’honneur d’Elagabal et Iulia Soaemias, ob honorem, une promesse faite lorsqu’elle briguait le flaminicat, ce don s’ajoutant à la summa honoraria. La cérémonie de dédicace a donné lieu au versement de sportules pour les décurions et à l’organisation d’un banquet pour les citoyens68. Dans la même cité, la flaminique Iulia Q. f. [-], généreuse envers sa patria comme le furent ses ancêtres, institua une fondation perpétuelle « pour banqueter » (in perpetuum epularetur), et, par testament, fit élever et dédier une statue à Cérès, offrant un banquet pour les magistrats, pro salute des Augustes Sévère Alexandre et sa mère69.

  • 70 AE, 1995, 1783.

25En plus des exigences de fortune et de notabilité, le recrutement des flaminiques s’appuyait peut-être sur des critères de boni mores. À Césarée, à l’époque sévérienne, une épitaphe rappelle les qualités de Rubria Festa, qui fut flaminique provinciale (aurea uitta et corona Mauriciae prouinciae) et incarnait le modèle de la matrone romaine70. D’ascendance illustre (nata claro Rubriorum genere de primoribus), d’une moralité irréprochable (sancta mores), belle (pulchra uisu) et d’une grande intelligence (praecluens prudentia), elle mourut en sa dixième couche, laissant vivants cinq enfants qu’elle avait elle‑même allaités (quinque natos lacte mater ipsa quos aluit suo).

26Grâce à leurs attributions religieuses, les flaminiques détenaient un rôle sociopolitique de premier plan, qui reposait sur le crédit que leur accordaient leurs concitoyens et sur leur dignitas. Leur position sociale les contraignait ainsi à adopter une prestance matronale, indispensable à leur réputation. Ce modèle de la matrone romaine, d’inspiration aristocratique, et à l’imitation des grandes dames de l’Empire, n’était toutefois pas seulement un idéal désincarné.

Matronae

  • 71 Scheid 1991 et 2003 ; Parker 2004, p. 588.
  • 72 Pudicitia à Carpis (CIL, VIII, 993 = 12454) et Auzia ; Bona Dea à Mactar (CIL, VIII, 11795 et p. 23 (...)

27Selon Nicole Boëls‑Janssen (1993, p. 14) « la matrone se définit d’abord par un statut social et religieux lié à la mission qui lui est confiée par la société ». Le terme de matrona est une qualification juridique restrictive désignant une femme respectable, ingénue, disposant du conubium et mariée légalement ; elle assure la (re) production des citoyens romains. Par ailleurs, la collectivité des matrones est une composante structurelle de la cité romaine, garante de la bonne marche de la société civique, qui se manifeste par des rites collectifs de première importance71. La catégorie sociale des matrones est constitutive de la cité romaine, et, logiquement, s’est mise en place dans les colonies. C’est peut-être le seul rôle féminin spécifiquement colonial, mais, dans la mesure où il ne s’agit pas d’une charge, il n’apparaît pas dans les textes honorifiques ; les inscriptions africaines commémorant des matronae sont funéraires. Elles proviennent de Tunisie centrale et des colonies militaires du limes maurétanien, Sitifis et Auzia, et sont datables du iie au ive siècle. Les défuntes s’y distinguent par l’éloge de leur prééminence sociale et de leurs vertus. En mettant en relation les épitaphes de matrones avec les témoignages de cultes matronaux72, la mention matrona paraît être plus qu’un simple compliment funéraire : il faudrait plutôt l’appréhender comme un indice d’appartenance à l’organisation matronale, dont la puissance se fonde sur la renommée et la fortune de ses membres.

  • 73 Gagé 1963, p. 116‑131 ; Boëls‑Janssen 1993, p. 275‑281 et 2008 ; Pailler 1997 ; Hänninen 1999, spéc (...)
  • 74 Un chœur de 109 matrones clarissimes et équestres, sous la direction de Julia Domna, participait au (...)
  • 75 Consulter la mise au point d’André Chastagnol 2005, p. 191‑192.

28Les matrones peuvent, dans la cité et sans supervision des magistrats, s’organiser et s’administrer comme un corps constitué disposant de règles propres, accessible selon des critères juridiques et d’usage que nous ignorons mais qui incluent des critères de moralité établie (entre autres ?) pour le service de cultes particuliers. La collectivité matronale est représentée par une « sélection » de matrones, qui agissent au nom de toutes et sur leur propre initiative (fondation de cultes, dédicace de temples…)73. L’histoire romaine est semée d’exemples de cette représentation de toutes par les meilleures : ainsi, lors des rites ordinaires – par exemple, le service de la statue de Pudicitia est réservé aux uniuirae, celles qui ont le mieux fait preuve de pudicitia ; lors de cérémonies exceptionnelles – pour recevoir une nouvelle divinité, lors des punitions expiatoires sous inculpation de complot contre l’État, ou lors des Jeux séculaires organisés sous Auguste puis Septime Sévère74. Cette même organisation matronale est ridiculisée dans l’Histoire Auguste75 ; si les passages doivent être interprétés avec prudence, plusieurs éléments sont à retenir : les matrones, issues des familles aristocratiques, détiennent des sacerdoces publics, s’assemblent pour des occasions solennelles, « légifèrent » à propos d’étiquette les concernant. Il semble que les empereurs sévériens aient voulu maintenir ou redynamiser le fonctionnement de cette catégorie sociale, lui redonner une place importante au cœur des institutions politiques.

  • 76 CIL, VIII, 9090 et p. 1960.
  • 77 CIL, VIII, 9014.

29Je présenterai ici l’exemple des matrones d’Auzia qui ont vécu sous les Sévères : deux femmes y sont qualifiées de bonae memoriae matronae. Caecilia Victorina, morte à 70 ans en 247 ; elle a 20 ou 30 ans lorsqu’Auzia devint colonie (entre 198 et 211 : Gascou 1982, p. 208)76. Si L. Cecilius Victorinus, nommé en 224 dans une dédicace au dieu protecteur de la colonie77 est son parent proche (frère ou père ?), elle appartient alors aux familles financièrement et politiquement actives au moment de la promotion coloniale : on ne s’étonnera pas de son statut de matrone.

  • 78 CIL, VIII, 9154.
  • 79 CIL, VIII, 20812.
  • 80 CIL, VIII, 9050.
  • 81 Mueller 1998 ; Parker 2004.

30Leur contemporaine Pullaenia Minucia78 appartient à la gens des Pullaeni, dont plusieurs membres sont identifiés à Auzia. Par exemple, une épitaphe double mentionne Sex. Pullaenius Mininus, enterré avec une matrona, sans précision des liens qui les unissent79. Certains membres ont le rang équestre, tel Q. Pullaenius Donatius, chevalier, fils de chevalier, dont l’épouse fut desservante de Pudicitia (cultrix Pudicitiae). Son épitaphe est lacunaire et non datable80 ; elle était parée de vertus matronales essentielles : la discrétion ([ma ?]ritas secretissima), car une bonne matrone doit s’efforcer de ne pas faire parler d’elle ; une réputation honorable (honesta fama), assise sur son rang social et un comportement vertueux, qui doit ici être mis en relation avec le service de Pudicitia. L’importance civique du culte de Pudicitia est connue : il garantissait la cohésion et la sûreté de l’état81.

  • 82 Aurelius Victor, XLVI ; Ovide, Les fastes, IV, 293-348 ; Tite-Live, Histoire romaine, XXIX, 14, 12.

31La fama était la notoriété dont on bénéficiait dans sa communauté, la (bonne) réputation qu’on laissait derrière soi. Cette notion est une clé pour comprendre la représentation et le rôle publics des femmes : les matrones bénéficient d’une fama qui leur donne du crédit auprès de leurs concitoyens. L’importance de la réputation apparaît dans l’histoire romaine : ainsi Claudia Quinta, dont la castitas fut mise en doute, s’imposa une ordalie pour prouver que les soupçons n’étaient que persiflages ; elle fut confirmée castissima matronarum82.

  • 83 En 62 av. J.-C., P. Clodius Pulcher, déguisé en femme, fut découvert parmi les matrones lors de la (...)

32La fama féminine est cependant complexe : elle se construit d’abord négativement puisque la femme ne doit pas faire parler d’elle, c’est-à-dire que personne ne doit avoir l’occasion de médire à son propos (ce que seuls un comportement irréprochable et une grande discrétion garantissent). Dans le même temps, la femme romaine étant invitée à participer à la vie publique comme garante d’un sain ordonnancement de la société, elle doit faire parler d’elle en termes de bienséance. De plus, elle cautionne le prestige de sa famille, de son mari, et prépare l’avenir de ses enfants au sein de l’élite : César avait divorcé car la réputation de son épouse était ternie par le scandale de la fête de Bona Dea83 ; Apulée, pour disqualifier son adversaire, jetait l’opprobre sur sa femme et sa fille (Apologie, LXXV et LXXVI) : celles-ci discréditées, l’homme le serait également. N’étant point anonyme dans sa cité, une matrone doit donc faire parler d’elle en termes excellents, ce que dit joliment un poème de Numidie : Exemplum Matro/na sita est qua/fama loquetur/sanctius et me/lius non potuisse/dari (jeu de mots entre le nom et le qualificatif, CLE, 2090).

  • 84 CIL, XII, 519 et p. 814.

33Issues d’une élite sociale, investies – aux plans symbolique et pratique – d’un pouvoir de représentation, de cohésion et de médiation sis dans la structure civique, jouissant d’un prestige certain et disposant de moyens d’action réels dans les cités africaines, les « saintes matrones » de Leïla Ladjimi‑Sebaï (1999) tenaient donc un rôle civique de premier plan. À l’appui de cette interprétation, il faudrait verser une inscription de Narbonnaise honorant une flaminique également qualifiée de matrona84.

Conclusion

34Les femmes ont été des forces vives de la romanisation : dès la conquête, elles ont permis la diffusion de la citoyenneté romaine, par transmission statutaire. Les « grandes dames » ont, très tôt dans les cités des provinces africaines, participé à la mise en place puis au fonctionnement des institutions de type romain, par exemple en adoptant le comportement politique des matrones dans les colonies ; dans les cités pérégrines, elles se sont impliquées dans les stratégies déployées en vue d’une promotion juridique. Elles ont soutenu l’intégration progressive des notables locaux dans le système des distinctions romaines. Enfin, dans le cadre de leur contribution à la vie municipale, elles se sont approprié la représentation publique et les qualités du « bon citoyen ».

35Elles se sont également approprié le modèle de la femme romaine et ont soutenu la diffusion de cet idéal aristocratique, et, sans doute, d’un genre de vie importé de Rome, notamment via la sociabilité matronale. Le nom de matrone se méritait : spécimens provinciaux conformes aux normes romaines, les matronae étaient habilitées à métaphoriser et matérialiser la pax deorum et la cohésion politique ; elles disposaient d’une autorité sociale et morale certaine, assise sur leur naissance et leur réputation, et représentaient le meilleur et l’idéal de la communauté. Ces réseaux féminins pouvaient constituer des appuis solides pour les femmes publiquement actives : de ces matrones faisaient évidemment partie les flaminiques et les prêtresses publiques, les femmes les plus en vue et les plus riches de la communauté, même dépourvues de fonctions officielles, telles les patronnes ou les épouses des fonctionnaires impériaux en poste dans la province, qui entretenaient des clientèles à travers l’Empire. Le statut matronal sanctionnait leur pouvoir, un pouvoir genré et élitiste, établi au cœur de la construction civique des colonies. En effet, la collectivité matronale était une catégorie structurelle du corps politique ; si diverses célébrations religieuses officielles conditionnaient des formes rituelles de son expression, certains événements (par exemple, la dédicace d’un monument offert par une femme) devaient générer d’autres manifestations publiques de la société des matrones, en accord avec le conseil municipal.

36Le paysage des cités africaines, romaines ou romanisées, n’était pas réservé aux hommes : ils le partageaient avec leurs mères, leurs épouses, leurs filles ou leurs cousines, qui, comme eux, avaient assimilé et représentaient l’idéal civique romain. Elles construisaient avec eux la mémoire politique et monumentale de la cité. Elles attestaient aussi la légitimité statutaire de tel personnage public, ce qui constitue évidemment l’un des piliers de la vocation publique féminine. Ainsi, la dédicace monumentale associait souvent l’épouse à l’époux, simple donateur, magistrat, prêtre, fonctionnaire impérial – caution familiale, qui, par un jeu de miroir entre l’intime et le public, garantissait la bonne gouvernance d’un homme politique. Plusieurs inscriptions étudiées ici présentent la femme comme initiatrice d’une légitimité : dans sa position de « mère », son activité politique permettait aux hommes proches, notamment à ses enfants, d’accéder à une plus grande dignité au service de la communauté ou de l’état. Enfin, les femmes s’inscrivaient aussi bien dans la geste familiale citoyenne : elles prolongeaient au même titre que leurs parents mâles la tradition participative de la gens et la transmettaient à leurs enfants, filles et garçons.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations

CILCorpus Inscriptionum Latinarum : vol. VI, Inscriptiones urbis Romae Latinae, E. Bormann et G. Henzen (éd.), 1876 ; vol. VIII, Inscriptiones Africae Latinae, G. Willmans, Th. Mommsen, R. Cagnat, I. Schmidt, H. Dessau (éd.), 1881-1959 ; vol. IX, Inscriptiones Calabriae, Apuliae, Samnii, Sabinorum, Piceni Latinae, Th. Mommsen (éd.), 1883 ; vol. XII, Inscriptiones Galliae Narbonensis Latinae, O. Hirschfeld (éd.), 1888.

CLE = Fr. Büecheler, Anthologia latina II, Carmina latina epigraphica, Stuttgart, 1895‑1897.

DFH = M. Khanoussi et L. Maurin, Dougga, fragments d’histoire : choix d’inscriptions latines éditées, traduites et commentées (ier-ive siècles), Bordeaux, 2000.

FOS = M.-Th. Raepsaet-Charlier, Prosopographie des femmes de l’ordre sénatorial, ier-iie siècle, Louvain, 1987.

IGInscriptiones Graecae, vol. XIV, Inscriptiones Italiae et Siciliae additis Graecis, Galliae, Hispaniae, Britanniae, Germaniae inscriptionibus, 1960.

ILAfr = R. Cagnat, A. Merlin, L. Chatelain, Inscriptions latines d’Afrique (Tripolitaine, Tunisie, Maroc), Paris, 1923.

ILAlg, I = St. Gsell, Inscriptions latines de l’Algérie. Inscriptions de la Proconsulaire, Paris-Alger, 1922.

ILAlg, II, 1, 2 et 3 = H.-G. Pflaum, Inscriptions latines de l’Algérie, Inscriptions de la Confédération cirtéenne, de Cuicul et de la tribu des Suburbures, Vol. 1, Rusicade et région de Rusicade, Cirta, Castellum Celtianum, Caldis, Castellum Tidditanorum, Paris-Alger, 1957 ; Vol. 2, Entre Cirta et Thibilis, Thibilis, De Civitas Nattabuttum à Tigisis, Région au sud de Gadiaufala, Tigisis et Sigus, Sigus et environs de Sigus, Sila et environs de Sila, Paris-Alger, 1976 ; Vol. 3, Inscriptions latines de l’Algérie. II, 3. Inscriptions de la confédération cirtéenne, de Cuicul et de la tribu des Suburbures, Paris, 2003, publiées par X. Dupuis.

IAM 2 = J. Gascou, Inscriptions antiques du Maroc, 2 : inscriptions latines, Paris, 1982.

IAM 2 Suppl. = N. Labory, Inscriptions antiques du Maroc, 2 : inscriptions latines. Supplément, Paris, 2003.

ILTun = A. Merlin, Inscriptions latines de la Tunisie, Paris, 1944.

PIR² = E. Groag, A. Stein, Prosopographia imperii Romani. saec. I. II. III., Berlin, 1933-1999.

Bibliographie générale

Beaucamps J. (1990), Le statut de la femme à Byzance, ive-viie siècle, tome 1, Le droit impérial, Paris.

Bertrandy Fr. (2006), « Le culte impérial dans la contributio cirtéenne : les flamines », dans Vigourt A., Loriot X. et Béranger A. dir., Pouvoir et religion dans les monde romain, en hommage à Jean-Pierre Martin, Paris, p. 401‑413.

Bielman A. (2002), Femmes en public dans le monde hellénistique, ive-ier siècle av. J.-C., Paris.

Bielman A. et Frei‑Stolba R. (1998) « Femmes et funérailles publiques dans l’Antiquité gréco-romaine », dans Bielman A. et Frei-Stolba R. éd., Femmes et vie publique dans l’Antiquité gréco‑romaine, Lausanne, p. 5-31.

Bielman A. et Frei‑Stolba R. (1994), « Les flaminiques du culte impérial : contribution au rôle de la femme sous l’empire romain », Études de Lettres 2, p. 113‑126.

Boëls-Janssen N. (1993), La vie religieuse des matrones à Rome, Paris.

Boëls-Janssen N. (2008), « Maiestas matronarum », Latomus 67‑1, p. 37‑55.

van Bremen R. (1996), The limits of participation, women and civic life in the Greek east in the hellenistic and roman periods, Amsterdam.

Briand-Ponsart Cl. (2003), « Les dames et la terre dans l’Afrique romaine », Histoire et Sociétés Rurales 19, p. 79‑90.

Briand-Ponsart Cl. (2004), « Autocélébration des femmes dans les provinces d’Afrique : entre privé et public », dans Cébeillac‑Gervasoni M., Lamoine L. et Trément Fr. dir., Autocélébration des élites locales dans le monde romain. Contexte, textes, images (iie siècle av. J.-C. - iiie siècle apr. J-C.), Clermont-Ferrand, p. 171-186.

Chastagnol A. (2005), Le sénat romain à l’époque impériale. Recherches sur la composition de l’Assemblée et le statut de ses membres, Paris, 1er tirage 1992.

Chausson Fr. (2000), « Une descendante des Scipions en Afrique au iiie siècle apr. J.-C. », BSAF, p. 165‑176.

Corbier M. (1990), « Usages publics du vocabulaire de la parenté : patronus et alumnus de la cité dans l’Afrique romaine », L’Africa Romana VII‑2 (Sassari 1989), p. 815-854.

Delgado Delgado J. A. (1998), Elites y organización de la religinón las provincias romanas de la Bética y las Mauritanias : sacerdotes y sacerdocios, Oxford.

Delgado Delgado J. A. (2000), « Los sacerdotes de las ciudades del Occidente latino : una síntesis », Iberia : Revista de la Antigüedad 3, p. 35‑50.

Fishwick D. (2002), The Imperial Cult in the Latin West : Studies in the Ruler Cult of the Western Provincies of the Roman Empire, vol. 3, Provincial Cult, part 2, the Provincial Priesthood, Leiden/New‑York.

Forbis E. (1996), Municipal Virtues in the Roman Empire, Stuttgart.

Gagé J. (1963), Matronalia. Essai sur les dévotions et les organisations cultuelles des femmes dans l’ancienne Rome, Bruxelles.

Gascou J. (1982), « Politique municipale en Afrique du Nord », ANRW, II, 10‑2, p. 136‑320.

Gordon R. (1990), « Religion in the Roman Empire : the civic compromise and its limits », dans Beard M. et North J. éd., Pagan Priests. Religion and Power in the Ancient World, Londres, p. 235‑255.

Hänninen M.‑L. (1999), « Iuno Regina and the Roman Matrons », dans Setälä P. et Savunen L. éd., Female Networks and the Public Sphere in Roman Society, Rome, p. 39‑52.

Hellegouarc’h J. (1972), Le Vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, Paris, 1er tirage 1963.

Hemelrijk E. A. (2004), « City Patronesses in the Roman Empire », Historia 53, p. 209‑245.

Jacques Fr. (1984), Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de l’Occident romain (161-244), Paris.

Ladjimi-Sebaï L. (1990), « À propos du flaminat féminin dans les provinces africaines », MEFRA 102-2, p. 651-686.

Ladjimi-Sebaï L. (1999), « Saintes matrones et dangereuses dévergondées : deux images des femmes du Maghreb à l’époque romaine », Clio 9, p. 17‑36.

Lefebvre S. (1999), « Les chevaliers dans les hommages publics d’Afrique », dans Demougin S., Devijver H. et Raepsaet-Charlier M.-Th. éd., L’ordre équestre, histoire d’une aristocratie, Rome, p. 513-578.

Le Roux P. (2004), « La romanisation en question », Annales (HSS) n° 2, p. 287-311.

Melchor Gil E. (2007), « Sobre la presencia de la laudatio y la ausencia del funus publicum en la epigrafia de Hispania y de la Mauritania Tingitana », Epigraphica 69, p. 321-339.

Mirón Pérez M. D. (1996), Mujeres, religión y poder : el culto imperial en el occidente mediterráneo, Grenade.

Mueller H.‑F. (1998), « Vita, Pudicitia, Libertas : Juno, Gender, and Religious Politics in Valerius Maximus », Transactions of the American Philological Association, 128, p. 221-263.

Nicols J. (1989), « Patrona ciuitatis : Gender and Civic Patronage », dans Deroux C. éd., Studies in Latin Literature and Roman History V, coll. Latomus 206, p. 117-142.

Pailler J.-M. (1997), « Des femmes dans leurs rôles : pour une relecture des guerres civiles à Rome (Ier siècle av. J.‑C.) », Clio 5, p. 63-78.

Parker H. N. (2004), « Why Were the Vestals Virgins ? Or the Chastity of Women and the Safety of the Roman State », American Journal of Philology 125, p. 563-601.

Pavis d’Escurac H. (1980), « Flaminat et société dans la colonie de Timgad », AntAfr 15, p. 183-200.

Pflaum H.‑G. (1976), « Les flamines de l’Afrique Romaine », Athenaeum n. s. 54, p. 152-163.

Saller R. P. (2000), Personal Patronage Under the Early Empire, Cambridge, 1er tirage 1982.

Savalli‑Lestrade I. (1994), « La place des reines à la cour et dans le royaume à l’époque hellénistique », Études de Lettres 2, 1994, p. 59-76.

Saint‑Amans S. (2004), Topographie religieuse de Thugga (Dougga), Bordeaux.

Scheid J. (1991), « D’indispensables étrangères. Place et rôle religieux des femmes à Rome », dans Perrot M., Duby G., Schmitt Pantel P. dir., Histoire des femmes en Occident, tome 1, Antiquité, Paris, p. 405-437.

Scheid J. (2003), « Les rôles religieux des femmes à Rome, un complément », dans Frei‑Stolba R., Bielman A., Bianchi O. dir., Les femmes antiques entre sphère privée et sphère publique, Berne, p. 137-151.

Thébert Y. (1978), « Romanisation et déromanisation en Afrique : histoire décolonisée ou histoire inversée ? », Annales (HSS) n°1, p. 64-82.

Thébert Y. (2003), Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen, Rome.

Tomlin R. S. O. (1988), « The Identity of the Ignotus in CIL, VIII, 1578 », ZPE 74, p. 145-147.

Zimmer G. (1989), Locus datus decreto decurionum. Zur Statuenaufstellung zweier Forumsanlagen im römischen Afrika, München.

Haut de page

Notes

1 Savalli-Lestrade 1994 ; van Bremen 1996, p. 25-40 ; Bielman 2002, p. 279.

2 Fabia Bira à Volubilis, municipe en 44 : flaminica prima in municipio suo (sous Claude ou Néron, IAM, II, 439 et Suppl.)

3 Mirón Pérez 1996, p. 207 ; Bielman et Frei-Stolba 1998 ; Melchor Gil 2007.

4 Constat identique pour les cités grecques : van Bremen 1996, p. 190.

5 Restitutions dans Zimmer 1989, p. 18, Abb. 5 et p. 35, Abb. 15.

6 ILAlg, II, 3, 7765 ; Zimmer 1989, p. 58, C13 (Tafeln 5).

7 ILAlg, II, 3, 7898 ; Zimmer 1989, p. 62, C27 (Tafeln 6).

8 ILAlg, II, 3, 7944 ; Zimmer 1989, p. 56, C8 (Tafeln 4).

9 Beaucamps 1990, p. 29‑35 ; van Bremen 1996, p. 47.

10 Les propositions d’interprétation que je donne en ce sens sont donc émises sous réserve d’une documentation plus étoffée, et s’appuient sur un faisceau d’indices assez minces.

11 Sept autres patronnes, en Italie. Pour le patronage municipal féminin : Nicols 1989, Saller 2002, p. 145-204, Hemelrijk 2004 (mention de cinq patronnes supplémentaires).

12 CIL, IX, 3428.

13 Hemelrijk 2004, p. 218 : « In comparison with her senatorial husband, who was mostly occupied in Rome, she may have had more time to spend on behalf of her native city : thus, her patronage may have been both accessible and rewarding ».

14 Hellegouarc’h 1972, p. 303.

15 Commentaire éclairant d’Hemelrijk 2004, p. 222.

16 AE, 1915, 37 ; ILAfr, 414.

17 Chastagnol 2005, p. 183‑187.

18 PIR2, A 158.

19 PIR2, A 464 ; consul suffect dans la première moitié du IIIè siècle, il est connu par les dédicaces adressées à sa mère et à sa fille.

20 Second quart du iiie siècle : AE, 1906, 142 ; CIL, VIII, 25523.

21 CIL, VIII, 1181 au iiie siècle. Protagonistes en PIR2, A 27, 29, 31 et PIR2, G 52.

22 Jacques 1984, p. 222‑247.

23 La complémentarité des activités masculines et féminines dans la cité grecque est remarquable, surtout à l’époque hellénistique (van Bremen 1996, p. 144). L’idée d’une répartition genrée des responsabilités entre homme et femme dans le cadre de l’exercice de fonctions municipales ou de prêtrises est intéressante, mais rien, dans l’Afrique romaine, ne permet de l’appuyer. Pourtant, cela expliquerait la valorisation du couple dans la représentation publique. Si l’image publique du couple se répand sans doute par imitation du modèle impérial, et sous l’influence de la philosophie stoïcienne – par exemple, dans les provinces les fonctionnaires impériaux sont souvent associés à leur épouse et leurs enfants –, le modèle des reines hellénistiques a aussi pu jouer un rôle. Au début de l’Empire, à Rome, Livie offre un repas aux matrones à l’occasion des victoires de Tibère en Dalmatie et Pannonie en 9, puis en 7 av. J.-C. lors de son triomphe germain. À ce moment, les rôles et honneurs publics rendus aux femmes de la famille impériale sont liés et complémentaires au rôle public des hommes de leur entourage ; cette situation évolue vers l’autonomie des actions féminines : Scheid 2003.

24 ILAfr, 454 ; Thébert 2003, p. 488, n°12.

25 PIR2, M 462 ; consul suffect en 191-192.

26 L’importance du dossier épigraphique concernant les alumni de cité est une spécificité africaine, et concerne la Proconsulaire et la cité numide de Thamugadi, entre 150 et 300, recoupant en cela l’usage patronal, d’où son intérêt ici.

27 « La dédicace de la cité rappelle le singularis in ciues et patriam amor dont le couple a fait preuve » ; inscription inédite, voir Corbier 1990, n° 3, p. 827 et p. 838.

28 Inscription inédite, voir Corbier 1990, n° 10 p. 833-834 et p. 836-837 ; ex-voto familial.

29 AE, 1898, 112 ; CIL, VIII, 23832. Datation de François Chausson (2000). Marie‑Thérèse Raepsaet-Charlier, FOS, 587, propose quant à elle de l’identifier avec la matrona senatoria des jeux de 204.

30 L’expression ciues et patronus est reprise pour son fils (PIR2, A 1096 et CIL, VIII, 23831). D’autres attestations en confirment l’usage dans la région, dans la première moitié du iiie siècle : CIL, VIII, 971 (Neapolis) ; CIL, VIII, 1439 (Thibursicum Bure, 198‑211) ; CIL, VIII, 26622 (Thugga, 193-235) ; à Uchi Maius : CIL, VIII, 15455 (après 238) et CIL, VIII, 26270 (238-245).

31 Forbis 1996, p. 2

32 Forbis 1996, p. 34-35

33 ILAfr, 279 ; dédicace constituée à titre privé vers 230 (?). Le jeune homme est identifié par sa mère Publiana et par son père défunt, ce qui prouve l’égale renommée des deux parents.

34 PIR2, A 1095 ; consul suffect sous Sévère Alexandre ?

35 CIL, VI, 1478.

36 IG, XIV, 1960. Morte dans les années 260, Publiana a dû naître vers 200.

37 Dans les épitaphes : en Proconsulaire, où est née Publiana, au iie siècle (CIL, VIII, 27139 à Dougga ; CIL, VIII, 11294 à Zaatli au sud de la province : la matrone défunte était aussi unicuba) ; à Cirta en Numidie, où Publiana est honorée, au iie siècle ou au début du iiie (ILAlg, II, 1, 1079 qualité exprimée par solo contenta marito ; ILAlg, II, 1, 1185 ; ILAlg, II, 1, 1406) ; à Rome (CIL, VI, 31711 et p. 3805, 4777).

38 Gascou 1982, p. 272.

39 AE, 1913, 13.

40 Forbis 1996, p. 36.

41 ILAlg, II, 2, 4661 ; 211-212.

42 Puînée des filles de Marc-Aurèle née vers 170, elle épouse en premières noces L. Antistitus Burrus, consul en 181, assassiné sur ordre de Commode. Sœur de Septime Sévère, tante de Caracalla et Géta, elle fut aussi patronne de la colonie de Calama (ILAlg, I, 241, patrona municipii).

43 Ce modèle civique, d’essence masculine (vertus de la munificence, du goût des honneurs, etc.), est adopté par les femmes dès l’époque hellénistique (Bielman 2002, p. 300‑303).

44 Pour les relations entre le pouvoir et les prêtrises, cf. Delgado Delgado 2000 et Pflaum 1976.

45 Ladjimi-Sebaï 1990, à compléter par Briand-Ponsart 2004.

46 Pavis d’Escurac 1980 ; Bielman et Frei-Stolba 1994.

47 Voir Bertrandy 2006.

48 CIL, VIII, 7080 ; ILAlg, II, 1, 695.

49 Deux autres cas : une affranchie flaminique à Dougga vers 50 (DFH, 27) ; une Volubilitaine, épouse d’un préfet de cohorte, vers 100, qui reçut au début du IIè siècle des funérailles publiques ob eximiam eius probitatem et mariti sui merita.

50 Forbis 1996, p. 87‑88. A Pheradi Maius (est de la Proconsulaire) Didius Preiectus est flamen perpetuus, probatissimus adque integerrimus uir (ILTun, 251).

51 CIL, VIII, 18912 ; ILAlg, II, 2, 4686 ; base de marbre trouvée à Thibilis.

52 CIL, VIII, 7043 ; ILAlg, II, 1, 666.

53 Lefebvre 1999.

54 AE, 1941, 45.

55 CIL, VIII, 25846.

56 AE, 1917/18, 23.

57 PIR2, A 1677.

58 CIL, VIII, 7978 ; ILAlg, II, 1, 29. Pour Claudia Gallitta : PIR2, C 1095.

59 PIR2, C 834.

60 ILAlg, II, 1, 30.

61 Mention de flaminica designata (CIL, VIII, 25490, très mutilée) ; un ex‑voto de Cirta, dédié à Honos et Virtus Augustes par Q. Domitius Primianus et son épouse Iulia Fortunula, la qualifie de candidata eius (CIL, VIII, 6951 ; ILAlg, II, 1, 482) : le mari appuie la candidature de son épouse à une fonction, que rien ne permet cependant d’associer au flaminicat.

62 Deux bases dédiées à la flaminique : ILAlg, II, 1, 693 par la cité et 694 par sa famille.

63 A Dougga et à Numlulis, avant les Sévères, pagus et ciuitas ont apparemment un flamine commun : Saint-Amans 2004, p. 115-127 et 160-166. A Numlulis, le flaminicat a été octroyé ex decreto utriusque ordinis (CIL, VIII, 26121 ; en 168-171) : le pagus et la ciuitas ont choisi Iunia Saturnina comme flaminique et l’ont instituée par un décret commun.

64 Pour le rôle des flamines et flaminiques dans le développement des structures religieuses à Dougga : Saint‑Amans 2004, p. 122-129.

65 CIL, VIII, 12317 et 23888 ; vers 180‑200.

66 CIL, VIII, 5365 ; 17495 ; ILAlg I, 286 et CIL, VIII, 5366 ; ILAlg I, 287. En 161‑169 ou 198-211.

67 AE, 1992, 1833, base de statue, 200-225. Aussi CIL, VIII, 2397 et 2398 (p. 1693), dédiés après son décès par son mari et CIL, VIII, 2396 et 17905, élevés par ses enfants adoptifs.

68 Inscription lacunaire, relevée sur deux fragments du même épistyle : CIL, VIII, 1578 et p. 1501 ; Tomlin (1988). Le père des deux fils de Lucina n’est pas nommé : peut-être n’était-il pas citoyen, ou n’appartenait-il pas à l’ordre équestre.

69 AE, 1968, 588.

70 AE, 1995, 1783.

71 Scheid 1991 et 2003 ; Parker 2004, p. 588.

72 Pudicitia à Carpis (CIL, VIII, 993 = 12454) et Auzia ; Bona Dea à Mactar (CIL, VIII, 11795 et p. 2372), Sila (ILAlg, II, 2, 6863) et Zarai (CIL, VIII, 10765) ; Vesta à Thuburbo Maius (ILAfr, 258), Mustis (AE, 1968, 597) ; Iuno Regina à Thugga (AE, 1906, 122), Thuburbo Maius (ILAfr, 234), Thubursicu Numidarum (ILAlg, I, 1234), Portus Magnus en Césarienne (CIL, VIII, 9753 et p. 2046).

73 Gagé 1963, p. 116‑131 ; Boëls‑Janssen 1993, p. 275‑281 et 2008 ; Pailler 1997 ; Hänninen 1999, spécialement p. 41 et p. 51.

74 Un chœur de 109 matrones clarissimes et équestres, sous la direction de Julia Domna, participait aux célébrations des Jeux séculaires de 204 : Scheid 2003, p. 140.

75 Consulter la mise au point d’André Chastagnol 2005, p. 191‑192.

76 CIL, VIII, 9090 et p. 1960.

77 CIL, VIII, 9014.

78 CIL, VIII, 9154.

79 CIL, VIII, 20812.

80 CIL, VIII, 9050.

81 Mueller 1998 ; Parker 2004.

82 Aurelius Victor, XLVI ; Ovide, Les fastes, IV, 293-348 ; Tite-Live, Histoire romaine, XXIX, 14, 12.

83 En 62 av. J.-C., P. Clodius Pulcher, déguisé en femme, fut découvert parmi les matrones lors de la fête de Bona Dea, qui se tenait dans la maison de César, sous la direction de sa mère, de son épouse et de sa sœur ; cela provoqua un scandale politique formidable dont César prit prétexte pour divorcer : Plutarque, Vie de César, X ; Suétone, César, VI, 3.

84 CIL, XII, 519 et p. 814.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Hoerni, « Place et représentation des femmes dans les structures civiques des provinces de l’Empire », Cahiers « Mondes anciens » [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 20 juillet 2011, consulté le 24 avril 2017. URL : http://mondesanciens.revues.org/478 ; DOI : 10.4000/mondesanciens.478

Haut de page

Auteur

Caroline Hoerni

ANHIMA - UMR 8210

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers « Mondes Anciens » sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques - UMR 8210
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org