Navigation – Plan du site
Le monde colonial grec et romain, entre héritage et identité locale

Le renouveau identitaire des colonies grecques à l’époque impériale : Ioniens et Doriens dans le Pont-Euxin

Madalina Dana

Résumés

Deux grandes métropoles se détachent clairement dans la colonisation de la mer Noire : Milet, ou plus généralement l’Ionie, et Mégare, avec une participation béotienne. Bien que les anciennes colonies se forgent une histoire propre au contact de leur environnement grec et indigène, le passé, et notamment la mémoire de la colonisation, jouent un rôle central dans l’affirmation de leur identité. La persistance des traditions liées à la fondation que l’on voit ressurgir à l’époque impériale, à première vue étonnante, s’explique aisément dans cette période où les Grecs de l’Empire font de la revendication de leurs racines un outil identitaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sauf mention contraire, les traductions des textes épigraphiques sont personnelles. Les traduction (...)

1Pour qui s’intéresse au processus identitaire dans l’Antiquité1, l’espace colonial que fut la mer Noire offre un terrain de recherche très fertile, grâce aux multiples systèmes d’interaction mis en place par les habitants des cités grecques : avec les populations locales, mais aussi avec les Grecs d’ailleurs, et notamment avec les autres cités grecques de la région, d’autant plus quand elles pouvaient se prévaloir d’une origine commune. La conviction de descendre des mêmes ancêtres – parfois imaginaires ou partiellement inventés – pouvait former la base d’une alliance durable et être une source de fierté, si la métropole était célèbre. Bien que cette recherche de la parenté commence à être attestée à l’époque hellénistique, je me contenterai d’évoquer brièvement cette période, pour insister, sur les traces de Louis Robert, sur la réactivation de ces liens sous l’Empire, quand le monde grec, bouleversé par l’arrivée de Rome, cherche à se donner de nouveaux repères, en renouant avec son passé, que l’on met désormais en exergue comme des lettres de noblesse. Le but de cette étude est de montrer que, dans cette reconfiguration politique et culturelle, l’affichage d’une parenté commune, bien des siècles après la colonisation, est loin de servir à se fondre dans la masse des cités issues d’un même mouvement de colonisation : en réalité, cette démarche, qu’on remarque dans les documents privés aussi bien que publics, fait partie d’une stratégie de singularisation, non seulement des cités-filles, mais aussi des cités-mères. Ma recherche s’appuiera principalement sur les sources épigraphiques, corroborées par les sources littéraires relatives aux récits de fondation, ainsi que par les monnaies. Je m’interrogerai sur la pertinence de chaque type de source, qui varie d’une époque à l’autre et d’une cité à l’autre.

Les métropoles des cités pontiques

  • 2  Les deux références sont, pour la colonisation milésienne, Ehrhardt 1988², et, pour Mégare, Hannel(...)
  • 3  Pour toutes ces traditions, voir Robu 2008, p. 224-257.
  • 4  Colonie mégarienne : Xénophon, Anab. 6.2.11 ; Arrien, Per. Pont. Eux. 13. Contribution béotienne : (...)
  • 5  Selon le Ps-Scymnos 827-832, colonie fondée conjointement par les Héracléotes et les Déliens obéis (...)
  • 6  Arrien, FGrHist 156 F 71 (= Eustathe, Ad Dion. 549).
  • 7  Colonie ionienne (Étienne de Byzance, s.v. ρμνασσα, citant Denys le Périégète et le Pseudo-Scymn (...)

2Les traditions concernant la colonisation de la mer Noire, quoique divergentes sur de nombreux points, insistent sur la prééminence de deux grandes métropoles qui se disputaient les côtes du Pont-Euxin : Milet et Mégare2. D’autres cités sont néanmoins évoquées par les sources comme ayant envoyé des colons vers le Pont : une pléthore de poleis en rapport avec la fondation de Byzance (les Corinthiens, les Arcadiens, les Mycéniens, les Carystiens, les Béotiens, les Spartiates, les Argiens et même les Milésiens, conformément à un possible accord avec les Mégariens dans la colonisation)3 ; les Béotiens dans le cas d’Héraclée4 ; Délos, bien qu’une hypothèse récente, à laquelle je me rallie, mette en doute sa participation à la fondation de Chersonèse avec les Héracléotes, car il est très probable qu’il y ait eu une confusion entre les habitants de l’île de Délos et ceux d’un polichnion béotien du nom de Dèlion (Hind 1988, p. 141-148)5 ; Téos, d’où serait originaire le fondateur éponyme de Phanagoria6, et Mytilène, d’où serait venu le fondateur éolien d’Hermonassa7.

  • 8  Pour la fondation des deux cités, voir Malkin et Shmueli 1988.
  • 9  Ivantchik 1997 ; voir, en dernier lieu, Firicel-Dana 2007, p. 514-520.
  • 10  Voir aussi Robu 2008, p. 194-204.

3En ce qui concerne Milet, étant donné le nombre considérable de cités fondées par elle, il est évident de nos jours qu’elle ne fut pas la seule cité d’Ionie à avoir envoyé des colons, mais celle qui donna aux nouvelles cités leurs cadres politiques et leurs référents culturels (Dupont 2007). On peut donc comprendre pourquoi les récits, aussi bien externes qu’internes, attribuent à de nombreuses fondations de la mer Noire une très forte identité milésienne, jusqu’à considérer la région comme un véritable « lac milésien ». Mégare occupa néanmoins des territoires non seulement considérables, avec l’implantation d’Héraclée sur les terres des Mariandyniens dans le Pont sud et des Taures en Crimée (grâce à la fondation « secondaire » de Chersonèse), mais aussi stratégiques, avec l’implantation de part et d’autre du Bosphore thrace de deux de ses colonies les plus importantes, Byzance et Chalcédoine8. La plupart des cités invoquaient par ailleurs des origines multiples, forgées à l’aide de récits plus ou moins mythiques, dont Sinope nous offre l’exemple le plus étonnant : contrairement aux sources affirmant l’origine milésienne de la cité, une légende attribue la fondation à trois frères thessaliens. L’un de ces trois frères, Autolykos, bénéficiait vraisemblablement d’un culte dans la cité, du moins à l’époque classique9. Ces récits, issus pour la plupart de sources extérieures, se sont superposés à des traditions locales perpétuées par les colons ; nous pouvons également observer dans ces traditions le poids des légendes englobant les indigènes dans les récits de fondation10.

La revendication de parentés

  • 11  Il existe six cas de parenté explicitement justifiés par des rapports entre métropole et colonie ( (...)

4Au fur et à mesure que les anciennes colonies se forgent une histoire propre, dans un espace non seulement éloigné de la métropole, mais également soumis à des contacts et à des interactions avec les populations indigènes, elles entrent dans un système complexe de relations avec les autres cités grecques de la région et avec les centres les plus importants du monde méditerranéen. Néanmoins, les cités ne tournèrent jamais le dos à leur passé et notamment à tout ce qui les reliait à une origine commune et à des traditions partagées. Comme le remarque Olivier Curty (1995), quand il s’agissait de nouer des relations entre cités, les Anciens invoquaient la parenté, qui prenait souvent sa source dans les mythes de fondation ; de fait, l’importance des récits légendaires dans les actes officiels est abondamment attestée11.

  • 12 Gehrke 1994 ; Gehrke 2003, p. 298 : « intentional history would then be history in a group’s own un (...)

5Le premier champ de référence est celui de l’hellénité. Mais à l’intérieur de cette large catégorie, interviennent la classification Ioniens/Doriens et d’autres critères de parenté. En effet, en l’absence d’une origine commune réelle, on mettait à profit l’amitié traditionnelle, le voisinage immédiat ou la proximité régionale. H.-J. Gehrke propose pour cet aspect qui articule mythe et histoire le concept d’« intentional history », le terme d’« intentionnel » impliquant des éléments de subjectivité et de « self-categorization » : cette dernière opération, essentielle pour l’identité de groupe, procède d’un retour vers le passé, de sorte que, bien que de date récente ou même inventée, cette catégorisation semble donnée par la tradition et apparaît comme fixée dans la mémoire collective12. À l’époque hellénistique, les relations avec la métropole d’abord, avec les cités-sœurs ensuite, et même avec les cités-filles – car certaines cités du Pont, et tout particulièrement Héraclée, ont fondé elles-mêmes des colonies « secondaires » – s’inscrivent par conséquent dans ce processus plus complexe que le simple épisode diplomatique que sont les conventions d’isopolitie : il s’agit de la transmission et du partage d’un patrimoine culturel, non seulement celui de la métropole, mais du monde hellénique dans son ensemble.

6Le véritable moment fort de la revendication des racines se situe à l’époque impériale, dans un mouvement de « récupération » d’un passé éloigné, parfois résolument mythique, et de renforcement apparent des liens avec la métropole. C’est, comme l’affirme Louis Robert, « l’époque où ces vieilles villes grecques vont chercher dans le passé le souvenir d’une antique splendeur, où elles renouvellent ou parfois créent, avec l’aide de leurs historiens et rhéteurs, des parentés avec d’autres villes, où se multiplient les documents officiels sur les relations entre cités sœurs (δελφ πλις, δελφς δμος) et cités mères et filles » (Robert 1937, p. 248). C’est aussi l’époque où les sophistes exaltent l’atticisme et rendent honneur à la Grèce classique, dans un ample mouvement identitaire qui anime tout l’Orient grec.

Épitaphes et dédicaces privées

7Il convient de noter que, si à l’époque hellénistique la documentation concernant la syngéneia est constituée notamment de décrets ou d’isopolitie, à savoir d’actes officiels – les seuls à avoir été, jusqu’ici, pris en considération –, à l’époque impériale les sources dont nous disposons se diversifient, grâce surtout à l’apport des épigrammes funéraires. À Odessos, la tradition d’une origine ionienne reste toujours vivante à la fin du Haut-Empire. Dans une épitaphe versifiée, la défunte, qui appartenait au « peuple glorieux des Ioniens », est comparée à Alceste :

------ Ι ‌ [---]ωην vel νην ‌ [---]νκαι ‌ [---]ανεινε ‌‌‌‌‌‌‌ ‌
[λυ]θεν ες ε‌ [ρν δ᾿ ]μερεσσαν []δησσόν,
πολλ δ ‌ ‌ λισσομνη δμον‌κδιστον  Ἰώνων
ατ ‌ ‌μοι ζων κα λευθερ‌ην
δωρσατο· νν δ᾿ ν‌τ᾿ μο θνσκει κα ‌χει
φμην κα παινον ς ‌ λκηστις· εκοστν ‌‌‌ ‌
ζσασα τος βιτοιο ‌ ν χερσ φλαις  ακν‌θου
προλιποσα φος ‌ τοτον λχε τνβον. ‌
παροδετα, μ με λπς.

  • 13  IGB I² 222 ; GVI 2088 a ; GSMI 90 (premier quart du iiie s. ap. J.-C.). Voir Calder III 1975.

Une telle fille d’Untel (…) arrivait dans la sainte et charmante Odessos et, suppliant avec insistance le peuple glorieux des Ioniens, m’a offert la vie et la liberté. Maintenant elle meurt à ma place et elle a sa part du renom et de l’éloge comme Alceste. Après avoir passé vingt ans de sa vie dans les bras aimants de Hyakinthos, quittant la lumière, elle gagne ce tombeau. Ô passant, ne m’oublie pas !13

8L’épitaphe a été érigée par son mari, qui évoque comme signe suprême de l’amour conjugal une femme qui meurt à la place de son époux. La référence aux Ioniens fait allusion à la lointaine fondation par les Milésiens, dont les Odessitains avaient précieusement conservé la mémoire. La comparaison avec Alceste, en revanche, est un écho littéraire d’une culture grecque classique partagée par toutes les populations grecques de l’Empire, auquel la cité d’Odessos appartenait depuis un moment.

  • 14  Lucien, Alexandre ou le faux prophète.
  • 15  Rec. gén. Pont/Paphl., p. 130, n° 8 et p. 131, n° 9 (sous Antonin le Pieux) : ΑΒΩΝΟΤΕΙΧΕΙΤΩΝ ΓΛΥΚΩ (...)
  • 16  Lucien, Alexandre ou le faux prophète 11.
  • 17  Robert 1980, p. 409-412. Voir aussi Marek 1993, p. 82-88, pour la situation politique de la cité a (...)

9Si l’origine ionienne d’Odessos n’était pas contestée, la revendication des Ioniens comme ancêtres par une petite cité de la côte paphlagonienne, Abonotique, n’est pas évidente à première vue. Il est connu qu’Alexandre, le faux prophète du serpent Glycon raillé par Lucien dans un célèbre opuscule14, avait obtenu de l’empereur Marc-Aurèle le privilège que l’ancien nom d’Abônouteichos soit changé en Iônopolis, fait attesté par les monnaies15. Pour le choix du nom, rattaché au héros Ion, Louis Robert écarte une relation avec le verbe ἰᾶσθαι(« guérir ») – Ion étant le fils d’Apollon, donc d’un dieu guérisseur, tout comme Glycon –, et explique qu’il était l’ancêtre des Ioniens et aussi le fondateur de la terre d’Asie. Il est remarquable que le nom turc moderne de cette localité, İnebolu, ait conservé non pas l’ancien nom de la ville, mais celui qui rappelait – ou plutôt inventait – son passé ionien. Alexandre était ainsi le porte-parole d’un mouvement très ample dans tout le monde grec, à savoir l’engouement et la passion des cités, à cette époque, pour leur passé et leur antiquité. Il s’agit également de raviver ou même de se créer une origine grecque ancienne, notamment pour les petites cités de l’intérieur de l’Asie Mineure – et, ajouterais-je, de la périphérie – afin de prouver leur εγενεα. Ces récits de fondation et ces généalogies ne se lisent pas seulement dans les notices des auteurs comme Alexandre Polyhistor ou Étienne de Byzance, souligne Louis Robert, mais aussi dans les documents officiels, les inscriptions, les titres et les légendes monétaires. On ne sait rien sur les origines d’Abonotique, mais un oracle d’Alexandre exprimait un lien avec Sinope : « Sur les rivages du Pont-Euxin, non loin de Sinope/Il naîtra, près de Rempart, sous les rois Ausoniens, un prophète »16. Sinope était non seulement une ville beaucoup plus importante qu’Abonotique, mais aussi, à la différence de celle-ci, incontestablement ionienne17.

  • 18  GVI 788 ; SEG XXX 1452 ; I. Amastris 114 ; SEGO II 10/03/06 ; Ameling 1994, p. 126.
  • 19  Pour Kytôros voir Marek 1999. Amastris était le nom d’une princesse perse répudiée par Cratère, se (...)
  • 20 IOSPE I436.

10Dans le milieu dorien, les témoignages sont encore plus nombreux. Qui plus est, les origines remonteraient, à en croire nos textes, non à une métropole clairement désignée, mais bien au fondateur même de l’ethnos dorien, le héros éponyme Dôros. C’est du moins ce qu’on voit dans une épigramme funéraire particulièrement riche, érigée, au iie-iiie s. ap. J.-C., pour Aristandros fils d’Aristoxénos, éphébarque très brillant (λαμπρτατος)18. La tournure poétique Δροιο πλις (v. 7), qui désigne sa cité d’origine, avait déterminé Louis Robert (1980, p. 413-414) à supposer qu’il s’agissait de la petite cité de Kytôros. À l’origine cité dorienne fondée par Héraclée, elle fut ensuite englobée dans le synœcisme d’Amastris avant de regagner son indépendance au iis. ap. J.-C.19 ; la même expression avait, en revanche, conduit Christian Marek (1993, p. 17-18, 64) à penser à Héraclée du Pont. Néanmoins, le fait que la pierre ait été trouvée à Cide, près de Kytôros (auj. Gideruz), rend l’hypothèse de Robert plus plausible. On trouve un parallèle à la même époque dans une autre cité dorienne, Chersonèse Taurique, elle aussi colonie d’Héraclée. Il s’agit d’une inscription funéraire, du iis. ap. J.-C., qui fait allusion à l’origine dorienne et surtout à la généalogie des Chersonésitains, où l’on évoque le même héros mythique des Doriens : le gymnasiarque Démotélès fils de Théophilos a dédié les prix de la victoire à Hermès, divinité protectrice du gymnase, qu’il prie d’être « favorable à tous ceux qui habitent l’illustre cité de Dôros, qui n’ont jamais oublié les bienheureux » (ελαος ρχεο πσιν, σοι κλυτν στυ τ Δρου | ναουσιν, μακρων οποτε ληθμενοι)20.

  • 21  L’historien local Hérodôros (ve s. av. J.-C.) lui a consacré une histoire monumentale ( καθ ̓ ρα (...)
  • 22 I. Sinope I 112. Voir Firicel-Dana 2007, p. 520-521.

11Dans la métropole de ces deux cités, en revanche, la tradition à l’honneur concerne sa fondation par Héraclès, héros dorien par excellence et éponyme de la cité21 : à l’époque impériale, un Héracléote dont l’épigramme a été retrouvée à Odessos, Zôsimiôn fils de Ménandros, affirmait avoir comme patrie la cité qui porte le nom d’Héraclès ([π]τρη δ᾿ ρακλους μν πνυμος, IGB I² 223). On notera que ce héros, a priori dorien, a été honoré même dans une cité milésienne : on a retrouvé à Sinope une dédicace, du ier-iie s. ap. J.-C., d’un certain Iucundus qui consacre à Héraclès un autel sur lequel il fait inscrire θε ρακλε, preuve de l’importance de son culte également dans cette cité22.

Les documents publics

  • 23 I. Heraclea 51 ; le n° 82, fragmentaire, porte : [---] τν ν τι Πντωι πολίων[---].
  • 24 Pour les références, voir Head 1911, p. 516 : ΗΡΑΚΛΕΩΤΑΝ ΜΑΤΡΟΣ ΑΠΟΙΚΩΝ ΠΟΛΙΩΝ ΤΟΝ ΚΤΙΣΤΑΝ, et la t (...)

12Si les épigrammes funéraires et les dédicaces individuelles se font l’écho de la quête d’ancêtres mythiques et donc d’autant plus prestigieux, les documents officiels mettent en avant la parenté historique, tout aussi élaborée, du reste, que les traditions purement mythologiques. Le souvenir de la colonisation est évoqué par des légendes monétaires et des monuments épigraphiques : à côté des cités-filles, qui se vantent de leur origine, la revendication du statut de métropole fait aussi l’orgueil des cités-mères. Deux inscriptions d’Héraclée, dont la première est une dédicace à Antonin le Pieux, mettent en évidence sa fierté d’être une métropole de cités pontiques : [ μτηρ τν κτ]ισθεισν π ατ<>ς πολίων κα πρτα το[ Πντου ρακλεωτν πλις], « la cité des Héracléotes, mère des cités fondées par elle et la première du Pont »23. Comme l’avait remarqué Louis Robert (1937, p. 245-253), cette inscription rappelle les monnaies d’Héraclée à l’époque impériale qui portent cette légende : ρακλας (ou ρακλεωτν) ματρς ποκων πολων24.

13À cette même époque (iie s. ap. J.-C.), plusieurs inscriptions de Chersonèse taurique témoignent des rapports très cordiaux entre l’ancienne colonie et sa métropole Héraclée. Dans un décret de 129 ap. J.-C. qui octroie le droit de cité à un Héracléote anonyme, nous rencontrons une expression qui est unique dans la terminologie de la parenté entre les cités, à savoir σδελφος :

[ γαθι τχαι].
[Πρεδροι Χερσονασιτ]ν τ[ν] ποτ τι Ταυρικ[ι]
παν · πειδ Δια - - - Δ]ημητρου ρακλετας
[πρτερν τε - - - σεμνι κεχ]ραμνος θει τν καλο-
[καγαθαν τς πιδαμ]ας εχραστον πφανε[ν]
[κα νν ποτ τος πολετ]ας γπα[ν] γνασαν κδεκν[υ]-
[ται - - - - - - - - φιλ]ικι κα σαδλφωι ενοαι κτλ.

  • 25  IOSPE I² 359.

À la Bonne Fortune. Les proèdres des Chersonésitains qui habitent la Tauride ont fait la proposition suivante : attendu que Dia [---] fils de Démétrios, Héracléote (Ἁρακλεώτας), [---] a fait commodément preuve d’un caractère généreux lors de son séjour et montre maintenant une noble affection envers les citoyens [---] d’un dévouement amical et semblable à un frère, etc.25

14Tout aussi remarquable est l’ethnique, qui comporte un hyper-dorisme, ρακλετας, par ailleurs hapax, car même à l’époque la plus reculée la forme dorienne de l’ethnique était ρακλετας.

15Dans un autre décret, en l’honneur de l’Héracléote Thrasymédès fils de Thrasymédès, petit-fils de Satyros, la cité d’Héraclée est désignée comme métropole ou comme mère, le peuple de Chersonèse apparaît comme fils et celui d’Héraclée comme père :

γαθι τχαι.
[Πρ]εδροι Χερσονασιτ[]ν [τν] ποτ τι Ταυρικι ε[πα]ν ·
[]πειδ Θρασυμδης Θρασυμδους το Σατρου ανρ
τς ματροπλιος  ρακλ(α)ς  φσει πολετας σεμνν
[τ]ν ποθ’ μς αναστ[ρ]οφ[]ν τς πιδαμας πεπατα[ι] 
[κα], οα πατρων γαθν πρς υος φιλοστργους
[εἶχ]εν (ε)νοιαν, [εἴ τ]ις τν κα[λ]οκγαθαν δεξας σε-
[μ]νοττοις θμ[ασιν ἤδ]ετ[ο, καθ]τι εγενεαι διασ-
[μ]ωι κεκοσμαμνος [πάντας εὐεργετε]ν δεδδακται, ν-
θ’ ν τν νδρ[α] πα[ντὸς ἐπαίνου ἄ]ξιον ντα κα διὰ
τν ματρα μν [πατρίδα δὲ α]τορκλειαν
σοπολεταν δοξ[ε γενέσθαι] κτλ.

  • 26  IOSPE I² 357 (époque impériale).

À la Bonne Fortune. Les proèdres des Chersonésitains qui habitent la Tauride ont fait la proposition suivante : attendu que Thrasymédès fils de Thrasymédès, petit-fils de Satyros, citoyen originaire de la métropole Héraclée, a accompli un admirable séjour lors de son passage chez nous, et montrant la bienveillance que les bons pères montrent envers leurs fils bien-aimés (…) étant donné qu’il est un homme digne de tous les éloges et aussi en raison de sa patrie Héraclée qui est notre mère, il a plu qu’il ait l’isopolitie, etc.26

16Le plus intéressant de ces décrets s’avère être un éloge collectif des Héracléotes:

γαθι τχαι.
Π[ρ]εδροι Χερσονασιτν τ[]ν ποτ τ Ταυ-
ρικι επαν · πειδ το εσεβστατοι πα-
τρες ρακλεται οκεωι πθει τν πρ
τς μετρας σωτηρας ποσαντο φρον-
τδα, πσαι σπουδι κα πσ φιλοστροργίᾳ
κεχραμνοι γνασ(α)ι, πρεσβεαν τε ποτ τν [θε]-
ν μν κα δεσπταν Ατοκρτορα Ττον Αλι[ον]
δριανν  ντωνενον κετεσουσαν ξ-
πενψαν πρ μς κτλ.

  • 27  IOSPE I² 362.

À la Bonne Fortune. Les proèdres des Chersonésitains qui habitent la Tauride ont fait la proposition suivante. Attendu que les très vénérables pères, les Héracléotes, se sont préoccupés de notre salut avec un intérêt profond comme l’on en porte à sa famille, et que, usant de tout ce qui est possible en matière d’empressement et de généreuse affection, ils ont envoyé une ambassade auprès de notre dieu et maître l’empereur Titus Aelius Hadrianus Antoninus, afin de supplier en notre faveur, etc.27

  • 28  Dans sa présentation de Chersonèse, où il parle également du statut de la cité, Pline l’Ancien ins (...)
  • 29  Diodore 10.34.3.
  • 30  Abdère : Syll.3 656. Pour les relations métropole-colonie, voir Robert 1935, en partic. p. 497-499 (...)

17En effet, les Héracléotes étaient intervenus auprès d’Antonin le Pieux afin d’obtenir pour Chersonèse l’ancien statut de cité libre, car elle dépendait à cette époque du royaume du Bosphore, quoique, en réalité, la liberté octroyée aux Chersonésitains signifiât simplement un changement d’allégeance, du royaume du Bosphore au contrôle romain. Les Héracléotes s’étaient donc chargés de cette ambassade destinée à intercéder en faveur de leur ancienne colonie28. Venir en secours à leurs « filles » était même perçu comme un devoir de la part des métropoles, comme on le voit chez Diodore : παδες μν ον δικομενοι πρς πατρας καταφεγουσι, πλεις δ πρς τος ποικσαντες δμους (« Dans le malheur, de même que les enfants se réfugient vers leurs parents, les villes aussi ont recours aux peuples qui les ont fondées »)29. On peut invoquer plusieurs situations de ce type : la cité de Pharos, sur la côte dalmate, avait fait appel à sa métropole Paros pour participer à la restauration de la ville ; Abdère, en procès avec le roi thrace Kotys, demanda à Téos, sa métropole, d’envoyer deux ambassadeurs à Rome afin de plaider sa cause auprès de l’empereur30.

  • 31  Philostrate, VS 1.24, p. 529.
  • 32  Pour Markos de Byzance, voir en dernier lieu Follet 2005. Pour le nouvel essor des relations entre (...)
  • 33  Philostrate, VS 2.27, p. 616 ; Robert 1989, p. 366-367.

18D’autre part, il arrivait que les rapports soient inversés et que les ressortissants des anciennes colonies interviennent au nom de la métropole : selon Philostrate, le sophiste Markos de Byzance fit office d’ambassadeur auprès d’Hadrien pour réconcilier Mégare avec sa rivale de longue date, Athènes. Mégare refusait en effet aux Athéniens le droit de participer à ses fêtes, nommées Pythia, en raison des différents conflits qui avaient agité auparavant l’histoire des deux cités voisines31. Si cette tâche délicate était revenue à Markos, c’était autant en raison de son talent de sophiste que pour réaffirmer, à une époque très éloignée du moment de la colonisation, les liens entre la métropole et ses anciennes colonies, qui étaient réactivés et fièrement affichés32. À la fin du iie s., l’acteur Klèmès [Clemens] de Byzance, une célébrité de son temps, avait participé aux concours de Mégare – précisément ceux dont les Athéniens étaient exclus. Il y avait gagné le grand prix, malgré l’opprobre qui pesait sur sa cité qui, dans le conflit entre Septime Sévère et Pescennius Niger, avait choisi le mauvais parti ; le sophiste Hippodromos de Thessalie, arbitre de la compétition, était intervenu en sa faveur33.

  • 34  (1) Pour Antonin le Pieux, I. Milet III 1104 ; (2-3) pour Lucius Verus et Marc-Aurèle, et pour Mar (...)
  • 35  Strabon 14.1.6 (C. 635) : πολλ δ τς πλεως ργα τατης, μγιστον δ τ πλτος τν ποικιν · (...)

19Dans une série de huit dédicaces en l’honneur de plusieurs empereurs, entre Antonin le Pieux et Septime Sévère, la cité de Milet se vantait elle aussi, au iie s. ap. J.-C., d’être μητρπολις πολλν κα μεγλων πλεων ν τ Πντ κα τ Αγπτ κα πολλαχο τς οκουμνης(« la métropole de nombreuses et grandes cités dans le Pont-Euxin, en Égypte et partout dans le monde habité »)34. En réalité, comme le montrent Bernadette Puech (2004, p. 357-404) et Anna Heller (2006, p. 197-210 et 297-298), aussi bien Milet qu’Héraclée, en s’attribuant le statut de métropole, jouaient volontairement sur la polysémie du mot à l’époque impériale, quand l’obtention du rang de métropole allait de pair avec la reconnaissance officielle d’un rôle de centre religieux. Le terme de « cité-mère » désigne, après l’effondrement de l’empire séleucide, non plus une ville fondatrice de colonies, mais la cité principale, la capitale d’un territoire. Par détournement du titre officiel, Milet et Héraclée se vantaient d’être « mères de cités coloniales », le titre de métropole n’ayant pas ici son sens « impérial ». Héraclée et Milet ne célèbrent pas un statut accordé par les autorités romaines, mais la part qu’elles ont prise dans le processus de colonisation, témoignant à la fois de leur grandeur passée et de leur importance présente. Le rappel de leurs nombreuses colonies devient pour ces cités « un instrument de promotion au sein de la hiérarchie provinciale », comme le souligne Anna Heller (2006, p. 298). Dans le cas de Milet, la mise en valeur de son rôle historique de métropole s’inscrit dans une longue tradition35, dont la titulature de l’époque impériale se fait l’écho, preuve que le système des titres honorifiques ne fait que fixer des thèmes d’éloge plus anciens.

20Il faudrait également situer ce phénomène dans le cadre de la concurrence avec les grandes métropoles de l’Asie, ce que Milet n’était pas officiellement : quand les cités surenchérissent sur leur titre de métropole, « la présence des mots “Ionie” et “métropole” dans la formule suffit à rappeler son titre “moderne”, mais la construction détourne l’attention vers un domaine où elle peut prétendre surpasser les arrogantes métropoles d’Asie », remarque Bernadette Puech (2004, p. 378). Pour Héraclée, la revendication du titre de métropole est visiblement un moyen de compenser l’absence de ce statut, mais le procédé est dévoilé et assumé par le recours parallèle à la formule « mère de colonies » (Heller 2006, p. 299). La référence au « Pont » dans le titre affiché sur les monnaies et dans les inscriptions joue, à mon sens, sur cette ambiguïté : d’une part, elle renvoyait à une notion géographique, à savoir la mer Noire, de l’autre, à la dénomination de la partie orientale de la double province romaine de Bithynie-Pont.

Conclusion

21Pour conclure, on peut affirmer que l’invocation d’une parenté plus ou moins légendaire, dans un effort permanent de construction identitaire, fonctionne aussi bien aux premiers siècles de notre ère qu’à l’époque hellénistique. Elle est en outre instrumentalisée à des fins politiques et idéologiques, dans un monde où les Grecs ne cessent de rappeler aux conquérants romains qu’ils ont un passé et que la colonisation en fait partie. Ce deuxième moment fort de la revendication des racines, qui coïncide avec le mouvement identitaire de la Seconde sophistique, rend compte d’un effort de « récupération » de ce passé éloigné, parfois résolument mythique, phénomène visible non seulement à travers des documents publics comme les décrets et les titulatures officielles, mais aussi dans des documents d’ordre privé, telles les épigrammes funéraires. Il convient de noter que, pour cette première catégorie de sources, il s’agit d’un double mouvement, qui donnait à la fois du prestige aux anciennes colonies en leur permettant d’ancrer leur propre histoire dans une tradition plus prestigieuse, et aux anciennes cités fondatrices un moyen de s’attribuer, de manière astucieuse, le titre de métropole, sans s’attirer les sanctions dues à l’usurpation du statut. Les termes de parenté invoqués – cité-mère, cité-sœur (ou peuple-frère), cité-fille (ou peuple-fils) –, témoignent d’une solidarité qui, plus de sept siècles après la fondation des cités, représentait encore un élément commun de référence.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations

BMC Pontus = W. Wroth, Catalogue of Greek Coins. Pontus, Paphlagonia, Bithynia, and the Kingdom of Bosporus, Londres, 1889 (A Catalogue of the Greek Coins in the British Museum 13).

CIGCorpus Inscriptionum Graecarum, I-IV, Berlin, 1828-1877.

DPhA = R. Goulet (éd.), Dictionnaire des philosophes antiques, I-IV, Paris, 1989-2005 (en cours).

DNP = H. Cancik et H. Schneider éd., Der Neue Pauly. Enzyklopädie der Antike, Stuttgart-Weimar, I-XVI, 1996-2003.

GSMI = S. Conrad, Die Grabstelen aus Moesia Inferior. Untersuchungen zu Chronologie, Typologie und Ikonografie, Leipzig, 2004.

GVI = W. Peek, Griechische Vers-Inschriften, Berlin, 1955.

I. Amastris = Chr. Marek, « Katalog der Inschriften von Amastris », dans Stadt, Ära und Territorium in Pontus-Bithynia und Nord-Galatia, Tübingen, 1993, p. 157-187.

IGB I² = G. Mihailov, Inscriptiones Graecae in Bulgaria repertae, I², Sofia, 1970.

I. Heraclea = Ll. Jonnes, The Inscriptions of Heraclea Pontica, Bonn, 1994 (IK 47).

IOSPE I² = B. Latyschev, Inscriptiones Antiquae Orae Septentrionalis Ponti Euxeni Graecae et Latinae, I², Saint-Pétersbourg, 1965.

I. Milet III = P. Herrmann, W. Günther et N. Ehrhardt, Milet. VI. Inschriften von Milet, III, Berlin-New York, 2006.

I. Sinope = D. H. French, The Inscriptions of Sinope, Bonn, 2004 (IK 64).

Rec. gén. Bithynie = W. H. Waddington, continué par E. Babelon et Th. Reinach, Recueil général des monnaies grecques d’Asie Mineure, I.2. Bithynie (jusqu’à Juliopolis), Paris, 1908.

Rec. gén. Pont/Paphl.= W. H. Waddington, continué par E. Babelon et Th. Reinach, Recueil général des monnaies grecques d’Asie Mineure, I.1. Pont et Paphlagonie, Paris, 1925².

SEGSupplementum epigraphicum Graecum, Leyde (puis Amsterdam), 1923-.

SEGO = R. Merkelbach et J. Stauber éd., Steinepigramme aus dem griechischen Osten, I-IV, Stuttgart-Leipzig, 1998-2002.

Syll.3Sylloge inscriptionum Graecarum, éd. W. Dittenberger, nouvelle éd. par F. Hiller von Gaertringen, Leipzig, 1915-19203.

Bibliographie générale

Ameling W. (1994), « Prosopographia Heracleotica », dans Jonnes Ll., The Inscriptions of Heraclea Pontica, Bonn (IK 47), p. 115-168.

Avram A., Hind J. et Tsetskhladze G. (2004), « The Black Sea Area », dans Hansen M. H. et Nielsen T. H. éd., An Inventory of Archaic and Classical Poleis, Oxford, p. 925-973.

Calder W. M. III (1975), « The Alkestis Inscription from Odessos : IGBR I² 222 », AJA 79, p. 80-83.

Clarke K. (2008), Making Time for the Past. Local History and the Polis, Oxford.

Curty O. (1995), Les parentés légendaires entre cités grecques. Catalogue raisonné des inscriptions contenant le terme ΣΥΓΓΕΝΕΙΑ et analyse critique, Genève.

Curty O. (1999), « La parenté légendaire à l’époque hellénistique. Précisions méthodologiques », Kernos 12, p. 167-199.

Dupont P. (2007), « Le Pont-Euxin archaïque : lac milésien ou lac nord-ionien ? Un point de vue de céramologue », dans Bresson A., Ivantchik A. et J.-L. Ferrary éd., Une Koinè pontique. Cités grecques, sociétés indigènes et empires mondiaux sur le littoral nord de la mer Noire (viie s. a.C.- iiies. p.C.), Bordeaux, p. 29-36.

Ehrhardt N. (1988²), Milet und seine Kolonien. Vergleichende Untersuchung der kultischen und politischen Einrichtungen, I-II, Francfort.

Firicel-Dana, M. (2007), « Traditions de fondation dans l’épigraphie de Sinope », REG 120-2, p. 511-525.

Follet S. (2005), s.v. Marcus de Byzance (Memmius -) (M 40), DphA, IV, p. 281-282.

Fuentes González P. B. et Campos Daroca J. (2000), s.v. Hérodore d’Héraclée (H 101), DphA, III, p. 671-675.

Gallotta S. (2005), « I rapporti tra l’Eolide et la regione del Mar Nero », dans Mele A. et al., Eoli ed Eolide tra madrepatria e colonie, Naples, p. 297-305.

Gehrke H.-J. (1994), « Mythos, Geschichte, Politik – antik und modern », Saeculum 45, p. 239-264.

Gehrke H.-J. (2003), « Myth, History, and Collective Identity : Uses of the Past in Ancient Greece and Beyond », dans Luraghi N. éd., The Historian’s Craft in the Age of Herodotus, Oxford, p. 286-313.

Hannel K. (1934), Megarische Studien, Lund.

Head B. W. (1911), Historia Numorum. A Manual of Greek Numismatics, Oxford.

Heller A. (2006), « Les bêtises des Grecs ». Conflits et rivalités entre cités d’Asie et de Bithynie à l’époque romaine (129 a. C.-235 p. C.), Bordeaux.

Hind J. (1998), « Megarian Colonisation in the Western Half of the Black Sea (Sister- and Daughter-Cities of Herakleia) », dans Tsetskhladze G. R. éd., The Greek Colonization of the Black Sea Area. Historical Interpretation of Archaeology, Stuttgart, p. 131-152.

Ivantchik A. (1997), « Les légendes de fondation de Sinope du Pont », REA 99, p. 33-45.

Lafond Y. (2006), La mémoire des cités dans le Péloponnèse d’époque romaine (iie s. av. J.-C. - iiies. ap. J.-C.), Rennes.

Leschhorn W et Franke P. R. (2002), Lexikon der Aufschriften auf griechischen Münzen, I [Lexicon of Greek Coin Inscriptions I], Vienne.

Malkin I. et Shmueli N. (1988), « The “City of the Blind” and the Founding of Byzantium », MHR 3, p. 21-36.

Marek Chr. (1993), Stadt, Ära und Territorium in Pontus-Bithynia und Nord-Galatia, Tübingen.

Marek Chr. (1999), s.v. Kytoros, DNP, 6, col. 1025.

Müller Chr. (2010), D’Olbia à Tanaïs. Territoires et réseaux d’échanges dans la mer Noire septentrionale aux époques classique et hellénistique, Bordeaux.

Puech B. (2004), « Des cités-mères aux métropoles », dans Follet S. éd., L’hellénisme d’époque romaine : nouveaux documents, nouvelles approches (iers.a.C. - iiie s.p.C.) Actes du Colloque international à la mémoire de L. Robert. Paris, 7-8 juillet 2000, Paris, p. 357-404.

Robu A. (2008), La cité de Mégare et les établissements mégariens de Sicile, de la Propontide et du Pont-Euxin. Fondations et institutions mégariennes, Thèse de l’université, Neuchâtel-Le Mans, 2008.

Robert L. (1935), « Inscription hellénistique de Dalmatie », BCH 59, p. 489-513.

Robert L. (1937), Études anatoliennes. Recherches sur les inscriptions grecques de l’Asie Mineure, Paris.

Robert L. (1960), « Inscriptions hellénistiques de Dalmatie », Hellenica 11-12, p. 505-541.

Robert L. (1980), À travers l’Asie Mineure : poètes et prosateurs, monnaies grecques, voyageurs et géographie, Paris.

Robert L. (1989), Opera Minora Selecta, V, Amsterdam.

Vinogradov I. et Zolotarev M. (1990), « La Chersonèse de la fin de l’archaïsme », dans Lordkipanidzé O. et Lévêque P. éd., Le Pont-Euxin vu par les Grecs. Sources écrites et archéologie, Besançon, p.85-119.

Haut de page

Notes

1  Sauf mention contraire, les traductions des textes épigraphiques sont personnelles. Les traductions des textes littéraires sont celles de la Collection des Universités de France. Je remercie vivement Christel Müller et Anna Heller pour les améliorations apportées à cet article.

2  Les deux références sont, pour la colonisation milésienne, Ehrhardt 1988², et, pour Mégare, Hannel 1934 ; cf. en dernier lieu Robu 2008.

3  Pour toutes ces traditions, voir Robu 2008, p. 224-257.

4  Colonie mégarienne : Xénophon, Anab. 6.2.11 ; Arrien, Per. Pont. Eux. 13. Contribution béotienne : Pseudo-Scymnos F 31 [972-975 M. = 1016-1019 D. = Anon. Per. Pont. Eux. 10 M.] ; Éphore, FGrHist 70 F 44b ; Apollonios de Rhodes 2.846 ; Pausanias 5.26.7 précise qu’il s’agissait des Béotiens de Tanagra ; pour la Souda, s. v.ρακλεδης Εφρονος(Η 461), Héraclide du Pont était issu de la souche de Damis, l’un des chefs des colons originaires de Thèbes.

5  Selon le Ps-Scymnos 827-832, colonie fondée conjointement par les Héracléotes et les Déliens obéissant à un oracle de Délos. Cf. aussi pour la confusion des sources Avram, Hind et Tsetskhladze 2004, n° 695, p. 942. Sur la base du matériel céramique et des noms fournis par des ostraka, Vinogradov et Zolotarev 1990 allèguent une fondation bien antérieure, à la fin du vie s., par des colons originaires d’Héraclée et par des Ioniens : cf. Müller 2010, p. 58-60.

6  Arrien, FGrHist 156 F 71 (= Eustathe, Ad Dion. 549).

7  Colonie ionienne (Étienne de Byzance, s.v. ρμνασσα, citant Denys le Périégète et le Pseudo-Scymnos) ; d’après un œciste du nom d’Hermôn, colonisée par des Ioniens (Eustathe, Ad Dion. 549) ; Arrien (FGrHist 156 F 71) raconte qu’elle aurait reçu son nom d’Hermonassa, femme de l’œciste Sémandros de Mytilène, qui avait dirigé des colons éoliens. Pour cette dernière tradition, voir Gallotta 2005.

8  Pour la fondation des deux cités, voir Malkin et Shmueli 1988.

9  Ivantchik 1997 ; voir, en dernier lieu, Firicel-Dana 2007, p. 514-520.

10  Voir aussi Robu 2008, p. 194-204.

11  Il existe six cas de parenté explicitement justifiés par des rapports entre métropole et colonie (les numéros sont ceux du corpus cité) : Odessos et Tomi (n° 20), Istros et Apollonia pontique (n° 21), Cos et Camarina, Cos et Géla (24), Magnésie du Méandre et Antioche de Perside, Magnésie du Méandre et Antioche de Pisidie (46) ; cf. aussi Curty 1999.

12 Gehrke 1994 ; Gehrke 2003, p. 298 : « intentional history would then be history in a group’s own understanding ». Voir aussi Clarke 2008.

13  IGB I² 222 ; GVI 2088 a ; GSMI 90 (premier quart du iiie s. ap. J.-C.). Voir Calder III 1975.

14  Lucien, Alexandre ou le faux prophète.

15  Rec. gén. Pont/Paphl., p. 130, n° 8 et p. 131, n° 9 (sous Antonin le Pieux) : ΑΒΩΝΟΤΕΙΧΕΙΤΩΝ ΓΛΥΚΩΝ, le serpent Glycon dressé sur ses replis ; sous Marc-Aurèle : la légende ΙΩΝΟΠΟΛΙΤΩΝ (p. 131, n° 11) ; sous Lucius Verus, avec la légende ΙΩΝΟΠΟΛΙΤΩΝ ex. ΓΛΥΚΩΝ (p. 131, n° 12). Le serpent apparaît sur les monnaies également sous Géta (n° 14 et 15), sous Sévère Alexandre (n° 16), sous Gordien (n° 17), sous Trébonien Galle (n° 18) ; voir aussi Leschhorn et Franke 2002, p. 157 : ΙΩΝΟΠΟΛΕΙΤΑΙ, ΙΩΝΟΠΟΛΕΙΤΩΝ. Pour la monnaie sous Antonin le Pieux, voir BMC Pontus 83 (Abonutichus n° 1, pl. XIX.1) ; pour la monnaie avec le buste de Géta et la légende ΙΩΝΟΠΟΛΕΙΤΩΝ, voir BMC Pontus 83 (Abonutichus n° 2).

16  Lucien, Alexandre ou le faux prophète 11.

17  Robert 1980, p. 409-412. Voir aussi Marek 1993, p. 82-88, pour la situation politique de la cité au iie s. ap. J.-C. et l’intervention d’Alexandre.

18  GVI 788 ; SEG XXX 1452 ; I. Amastris 114 ; SEGO II 10/03/06 ; Ameling 1994, p. 126.

19  Pour Kytôros voir Marek 1999. Amastris était le nom d’une princesse perse répudiée par Cratère, selon Memnon, FGrHist 434 F 4.4, épousée par le tyran Dionysios qui régna sur Héraclée à partir de 348 av. J.-C. : la cité fut fondée, selon la volonté de cette princesse, autour de Sésamos, une colonie milésienne, par le synœcisme avec les villes voisines de Tieion, Krômna et Kytôros.

20 IOSPE I436.

21  L’historien local Hérodôros (ve s. av. J.-C.) lui a consacré une histoire monumentale ( καθ ̓ ρακλα λγος, FGrHist 31 F 1-4), en au moins dix-sept livres, composée en dialecte ionien. Cette œuvre rassemblait l’abondante tradition sur ce héros qui était devenu l’objet d’une activité mythographique importante à l’époque classique. Voir, en dernier lieu, Fuentes González et Campos Daroca 2000.

22 I. Sinope I 112. Voir Firicel-Dana 2007, p. 520-521.

23 I. Heraclea 51 ; le n° 82, fragmentaire, porte : [---] τν ν τι Πντωι πολίων[---].

24 Pour les références, voir Head 1911, p. 516 : ΗΡΑΚΛΕΩΤΑΝ ΜΑΤΡΟΣ ΑΠΟΙΚΩΝ ΠΟΛΙΩΝ ΤΟΝ ΚΤΙΣΤΑΝ, et la tête d’Héraclès ; Rec. gén. Bithynie, p. 357 sq., avec plusieurs légendes : ΗΡΑΚΛΕΩΤΑΝ ΜΑΤΡΟΣ ΑΠΟΙΚΩΝ ΠΟΛΙΩΝ (nos 72, 76, 77, 78, 205, 215, 216, 217, 225) ; ΗΡΑΚΛΕΩΤΑΝ ΜΑΤΡΠΟΛΕΙΤΑΝ (nos 89-101, sous Trajan) ; HρακλHας νεωκOρου ματρOς πολIων (n° 231, sous Philippe l’Arabe). Parmi ces monnaies, plusieurs représentent Zeus ou le Démos, assis sur un trône, et devant lui, à ses pieds, trois petites figures debout, les Charites ou les colonies d’Héraclée – peut-être, à côté de Callatis et Chersonèse, Kytôros (?) (Rec. gén. Bithynie, p. 357, n° 72, pl. LXVII.12). Voir aussi Leschhorn et Franke 2002, p. 47 : Héraclée, ΜΑΤΡΟΣ ΑΠΟΙΚΟΝ ΠΟΛΙΩΝ, titre honorifique pour Héraclée du Pont aux iie-iiie s. ap. J.-C.

25  IOSPE I² 359.

26  IOSPE I² 357 (époque impériale).

27  IOSPE I² 362.

28  Dans sa présentation de Chersonèse, où il parle également du statut de la cité, Pline l’Ancien insiste sur l’origine mégarienne et sur la conservation des mœurs grecques (NH 4.85).

29  Diodore 10.34.3.

30  Abdère : Syll.3 656. Pour les relations métropole-colonie, voir Robert 1935, en partic. p. 497-499 ; Robert 1960, p. 519-520.

31  Philostrate, VS 1.24, p. 529.

32  Pour Markos de Byzance, voir en dernier lieu Follet 2005. Pour le nouvel essor des relations entre cités doriennes à cette époque, voir Lafond 2006, p. 137-180.

33  Philostrate, VS 2.27, p. 616 ; Robert 1989, p. 366-367.

34  (1) Pour Antonin le Pieux, I. Milet III 1104 ; (2-3) pour Lucius Verus et Marc-Aurèle, et pour Marc-Aurèle, I. Milet III 1105 et 1106 (fragmentaires) ; (4) pour Marc-Aurèle, I. Milet III 1107 ; (5-6) pour Marc-Aurèle, I. Milet III 1008 et 1009 ; (7) pour Commode, I. Milet III 1110 ; (8) pour Septime Sévère, CIG 2878, 1-3 = I. Milet III 1111.

35  Strabon 14.1.6 (C. 635) : πολλ δ τς πλεως ργα τατης, μγιστον δ τ πλτος τν ποικιν · τε γρ Εξεινος πντος π τοτων συνκισται πς κα Προποντς και λλοι πλεους τποι (« Les exploits de cette cité sont nombreux, mais le plus grand est le nombre de ses colonies ; en effet, les Milésiens ont colonisé le Pont-Euxin tout entier, la Propontide et plusieurs autres endroits ». Trad. A. Heller).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madalina Dana, « Le renouveau identitaire des colonies grecques à l’époque impériale : Ioniens et Doriens dans le Pont-Euxin », Cahiers « Mondes anciens » [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 20 juillet 2011, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://mondesanciens.revues.org/521 ; DOI : 10.4000/mondesanciens.521

Haut de page

Auteur

Madalina Dana

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ANHIMA - UMR 8210

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers « Mondes Anciens » sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques - UMR 8210
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org